Publicité

Cybercriminalité au Bénin : 623 personnes déjà arrêtées et 34 véhicules saisis par l'OCRC en 2023

Au Bénin, les autorités judiciaires et sécuritaires poursuivent la lutte contre la cybercriminalité. Dans un reportage diffusé par la Présidence du Bénin, le Commissaire de l’Office central de répression de la Cybercriminalité (OCRC), Donatien Sokou a évoqué un bilan à mi-parcours de cette lutte en 2023. 623 personnes ont été arrêtées et plus de 34 véhicules ont été saisi en moins de six mois, selon un bilan partiel de l'année 2023.

Soumaïla Yaya, Directeur général de la police républicaine (DGPR)

Soumaïla Yaya, Directeur général de la police républicaine (DGPR)

La lutte contre les délits et infractions de cybercriminalité a été intensifiée par l'OCRC en 2023. Le patron de l'OCRC a déclaré dans un reportage diffusé par la présidence du Bénin que du 1ᵉʳ janvier au 31 mai 2023, l'OCRC a déjà arrêté 623 personnes dont 39 femmes pour des faits de cybercriminalité.

 

Le préjudice causé par ces personnes arrêtées est évalué à plus 741 millions FCFA. Quant aux numéraires saisis, le patron de l'OCRC indique qu'ils sont évalués à plus de 89 millions FCFA. “Nous avons pu mettre la main sur 57 motos et 34 véhicules”, a-t-il informé rapporte Libre Express.

 

Ces chiffres communiqués par l'officier de police républicaine sur une durée d'opération de moins de six mois en 2023 sont nettement en hausse par rapport à 2022.  “En 2022, nous avons pu interpeller 728 personnes dont 24 femmes”, signale-t-il. 

 

LIRE AUSSI : Bénin : 05 instituteurs dont un directeur d'école présumés gaymans déjà déferrés à la CRIET et déposés en prison

 

Les préjudices causés en 2022 par ses activités d'escroquerie sont évalués à plus de 663 millions FCFA. “Lors des opérations, nous arrivons à faire des saisies d'espèces. En 2022, nous avons pu saisir, 29 577 303 FCFA”. L'OCRC a saisi au cours de ses opérations 45 motos et 52 véhicules en 2022.

 

Communément appelé “gaymans” au Bénin, les cybercriminels qui opéraient en toute tranquillité sont désormais traqués de toutes parts. Une fois mis aux arrêts par l'OCRC, ces cybercriminels sont jugés par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Les personnes interpellées pour cybercriminalité risquent entre deux ans et sept ans de prison. En cas de circonstances aggravantes, la peine peut aller jusqu'à 20 ans de prison.

 

Dans une émission spéciale diffusée sur la télévision nationale ORTB en avril 2023, le procureur spécial près la CRIET, Mario Mètonou, avait indiqué que 1188 personnes sont détenues dans les prisons béninoises pour cybercriminalité. “Nous faisons ce qu'il faut pour que la cybercriminalité ne soit plus un modèle économique que l'on brandit à la jeunesse pour lui faire croire qu'il y a moyen de se développer”, avait informé le procureur Mario Mètonou.

 

N.B : La rédaction du journal Libre Express a constaté une exploitation de certains de ses contenus dont elle a l’exclusivité sans mention de son nom. Toute exploitation de nos contenus sans mention de notre nom et redirection vers l’article concerné sur notre site sera passible de poursuites judiciaires. Respectez le travail de toute une rédaction !

Dans la même catégorie
Image d'illustration

Bénin : un faux militaire arrêté à Tchaourou déposé en prison

Un individu a été interpellé dans la matinée du mercredi 5 juin 2024 à Tchaourou pour avoir usurpé l'uniforme...

Des militaires de l'armée nigérienne

Le Niger recrute 10 000 jeunes pour renforcer ses forces armées face aux menaces sécuritaires

Le Niger s'apprête à recruter 10 000 jeunes Nigériens cette année pour renforcer l'effectif de ses forces...

Des militaires béninois en opération.

Attaque meurtrière dans le parc de la Pendjari : 7 soldats béninois tués dans une embuscade

Dans une embuscade survenue mardi 4 juin 2024 dans le parc de la Pendjari, au nord du Bénin, 7 soldats...

Publicité

Commentaires

Eugène agbidi

Police républicain merci pour votre travail

01-07-23 à 07:15

Richard Dannon Agossou

Comme il n'y a pas de travail dans le pays, et vous continuez toujours d'arrêter les Arnaqueurs , voulez-vous tué L'homme ?

30-06-23 à 08:22

Sambieni Dabime

Mais que le gouvernement béninois puisse penser dans d'autres domaines que les gens on besoin du travail

30-06-23 à 03:01

Laisser un commentaire