Publicité

CRIET : 01 et 07 ans de prison pour la patronne des cybercriminels, un policier et 15 jeunes gaymans

La patronne des cybercriminels, un policier et 15 jeunes ont été condamnés ce jeudi 04 mai 2023 par la CRIET. Poursuivis dans différents dossiers, ils ont été reconnus coupables des faits de cybercriminalité et condamnés à des peines de prison allant d’un an ferme à sept de prison dont six ans fermes. Ces jeunes condamnés doivent payer au total plus de dix-sept millions francs d’amendes, selon les différents verdicts.

Image d'illustration

Image d'illustration

Des peines légères et des peines lourdes pour des jeunes cybercriminels et leur patronne à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Onze différents dossiers impliquant dix-sept personnes dont la patronne des cybercriminels et un policier ont été vidés ce jeudi 04 mai 2023 par la CRIET.

 

Tous les prévenus poursuivis dans ces différents dossiers ont été placés en détention provisoire par le parquet spécial de la Criet entre le mercredi 25 janvier 2023 et le vendredi 31 mars 2023. Il leur est reproché des faits d’escroquerie via internet et de complicité d’escroquerie via internet, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Un an ferme pour un policier et 05 ans fermes pour la patronne des gaymans

 

Dans le premier verdict prononcé par la CRIET, deux hommes sont poursuivis. Il s’agit d’un conducteur de taxi-moto et d’un policier. La Cour a relaxé purement et simplement le conducteur de taxi moto des fins de la poursuite de complicité d’escroquerie via internet. En revanche, le policier a écopé d’une peine un peu plus sévère. Il a été reconnu coupable des infractions de cybercriminalité et condamné à un an ferme de prison et cent mille francs d’amendes.

 

Le deuxième dossier est celui de la patronne des cybercriminels placé en détention provisoire le vendredi 31 mars 2023 après son interpellation à Cotonou. Ce jeudi 04 mai 2023, la Cour a requalifié les faits d’escroquerie via internet en complicité d’escroquerie via internet. Elle a été condamné à cinq ans de prison ferme et à un million francs d’amendes, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

15 jeunes dont 07  Nigérians condamnés pour cybercriminalité

 

Une vendeuse de colas poursuivie pour cybercriminalité dans le troisième dossier a été purement et simplement relaxée par la CRIET. Mais dans le quatrième dossier, un Nigérian poursuivi pour cybercriminalité a écopé de cinq ans de prison ferme et un million FCFA d’amende.

 

Deux jeunes Béninois poursuivis dans les cinquièmes et sixièmes dossiers ont été condamnés à cinq ans de prison ferme chacun et un million FCFA d’amendes. Le septième dossier dont le verdict a été rendu concerne sept Nigérians. Trois Nigérians ont été relaxés et quatre ont été condamnés à sept ans de prison dont six ans fermes et deux millions FCFA d’amendes, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Dans le huitième dossier, deux jeunes Béninois ont été poursuivis pour cybercriminalité. La Cour a prononcé une relaxe au bénéfice du doute et une condamnation à cinq ans de prison dont quatre fermes et un million d’amendes.

La Cour a procédé à la requalification des faits dans le neuvième dossier qui implique trois Nigérians. Ils ont été reconnus coupables des faits de tentative d’escroquerie via internet dans une histoire de Qnet. Ils ont été condamnés à trois ans de prison assortis de sursis. Le juge a ordonné leur expulsion du Bénin et leur a fait savoir que s’ils revenaient au Bénin ils seront arrêtés pour purger les trois années de prison.

 

Deux frères, tous de nationalité béninoise, ont été reconnus coupables des faits de cybercriminalité dans le dixième dossier. Ils écopent de cinq ans de prison dont quatre ans de prison ferme et un million francs d’amendes. Quant au onzième dossier, deux jeunes gaymans ont été condamnés à cinq ans fermes et un million d’amendes, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Au total, six personnes ont été relaxées et dix-sept (17) dont sept (7) Nigérians ont été condamnées à des peines allant d’un an ferme à sept ans de prison pour cybercriminalité. Elles doivent également payer au total plus de 17 millions FCFA d’amendes.

 

N.B : La rédaction du journal Libre Express a constaté une exploitation de certains de ses contenus dont elle a l’exclusivité sans mention de son nom. Toute exploitation de nos contenus sans mention de notre nom et redirection vers l’article concerné sur notre site sera passible de poursuites judiciaires. Respectez le travail de toute une rédaction !

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire