Publicité

Bénin : journée de procès à la CRIET pour trois Nigériens arrêtés au terminal de Sèmè-Kpodji

Ce lundi 17 juin 2024 s'ouvre à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) le procès de trois Nigériens arrêtés au terminal de Sèmè-Kpodji.

Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET)

Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET)

Accusés d’intrusion frauduleuse sur le terminal de Sèmè-Kpodji, trois Nigériens vont répondre des charges de fausse attestation et d’usage de fausses attestations devant la CRIET. Leur procès en flagrant délit débute ce lundi. Ces trois Nigériens placés en détention provisoire le jeudi 13 juin 2024 par le parquet spécial de la CRIET ont pour nom : Moumouni Hadiza Ibra, Directrice Générale Adjointe de Wapco-Niger ; Ismael Cissé Ibrahim, Inspecteur Pétrolier et Mousbahou Dan Kané, Inspecteur Pétrolier.

 

LIRE AUSSI : Crise Bénin-Niger : 7 artistes Nigériens et Béninois supplient dans une chanson Talon et Tiani de se réconcilier

 

Ils étaient au départ cinq Nigériens arrêtés au terminal pétrolier de Sèmè-Kpodji, construit dans le cadre du projet pipeline Bénin-Niger réalisé sous l’égide de l’entreprise chinoise Wapco.  Deux des cinq Nigériens ont été libérés lors de leur audition devant le parquet. Il s'agit de Saidou Harouna Oumarou, Ingénieur pétrolier, cadre de Wapco Niger ; et Abdoul Razak Djibo, Ingénieur pétrolier, cadre de Wapco Niger.

 

Dans une déclaration devant  la presse jeudi 6 juin, le procureur spécial de la CRIET, Mario Mètonou a déclaré que ces cinq Nigériens avaient été arrêtés pour intrusion frauduleuse sur le terminal de Sèmè-Kpodji. Le magistrat avait également évoqué  "une prétendue planification d'actes d'atteinte à la sûreté de l'État du Bénin". 
 

Le samedi 8 juin 2024, Niamey a balayé dans un communiqué cette accusation d'un revers de main, dénonçant au contraire "les manœuvres dilatoires et le kidnapping" de Cotonou, "sous l'instigation de puissances étrangères", pour "pousser le Niger à la faute" et donner "un prétexte à ses commanditaires pour stopper la conquête de la souveraineté" du pays.

 

LIRE AUSSI : Pourquoi le Bénin lève totalement son blocus sur l'exportation du pétrole nigérien

 

Le Niger avait exigé la "libération sans conditions" de ses citoyens et tient le président Patrice Talon "pour seul responsable de toute violation de l'intégrité physique et morale" de ces derniers. “En tout état de cause, le Niger entend prendre toutes les dispositions pour obtenir la libération sans conditions de ses citoyens pris en otage, défendre ses droits et préserver ses intérêts vitaux”, renseigne Niamey.

 

 

Dans la même catégorie
Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

La préfecture de Cotonou

Présumée fraude dans l'attribution d'un marché public à la préfecture de Cotonou : 3 collaborateurs du préfet et un chef d'entreprise devant la CRIET

À la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), le procès d’un dossier...

Publicité

Commentaires

BIHOUINTON Jonas

C'est très bon Le Bénin a fait un bon travail .

20-06-24 à 11:53

SOUMANA HASSANE

MOUSSA

17-06-24 à 12:56

Laisser un commentaire