Publicité

Arrestation de Nigériens sur le pipeline au Bénin : le Niger dénonce un "kidnapping" et accuse Cotonou de violer les accords pétroliers

Le Niger a publié samedi 8 juin 2024 un communiqué dénonçant les "multiples violations" par le Bénin des accords relatifs à l'exploitation et au transport de son pétrole via le pipeline transfrontalier. Niamey accuse le président béninois Patrice Talon d'avoir fait arrêter et kidnapper des responsables nigériens chargés de la supervision des opérations.

Le pipeline Bénin-Niger à Sèmè-Podji. © Libre Express

Le pipeline Bénin-Niger à Sèmè-Podji. © Libre Express

C'est un nouvel épisode dans la crise qui oppose le Niger et le Bénin autour de l'exploitation du pétrole brut nigérien. Dans un communiqué cinglant publié ce samedi 8 juin, les autorités de Niamey ont vertement dénoncé les "multiples violations" par Cotonou des accords régissant le transport du brut nigérien via le territoire béninois.

 

En effet, le système de transport du pétrole du Niger vers l'export, via un pipeline traversant le Bénin jusqu'à la plateforme offshore de Sémé, est encadré par trois accords majeurs signés en 2019 entre les deux pays et la société West African Oil Pipeline Company (WAPCO), en charge de l'infrastructure.

 

Selon le communiqué du Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP), ces accords "n'ouvrent nulle part le blocage pour quelque motif que ce soit du fonctionnement régulier du système de transport". Pourtant, déplore Niamey, "depuis le 26 juillet 2023" - date de l'avènement du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP) au Niger -, "le Président Patrice Talon multiplie les violations des accords que son pays a souscrits".

 

LIRE AUSSI : Pipeline : le Niger menace de couper le robinet de son pétrole après l’arrestation de 5 de ses ressortissants au Bénin

 

Le point d'orgue de ces manœuvres est, selon le Niger, l'arrestation le mercredi 5 juin 2024 d'une équipe de cinq cadres de WAPCO-Niger en mission de supervision et de contrôle des chargements sur la plateforme de Sémé. "Toutes ces personnes Kidnappées et gardées en otage ont pourtant pris un vol régulier en accomplissant toutes les formalités aéroportuaires", souligne le communiqué.

 

Il s'agit de “Mme Aminou Hadiza Ibra, Directrice Générale Adjointe de Wapco-Niger ; M. Ismael Cissé Ibrahim, Inspecteur Pétrolier ; M. Mousbahou Dan Kané, Inspecteur Pétrolier ; M. Saidou Harouna Oumarou, Ingénieur pétrolier, cadre de Wapco Niger ; et M. Abdoul Razak Djibo, Ingénieur pétrolier, cadre de Wapco Niger", précise le communiqué.


Cette arrestation a été justifiée par le procureur spécial de la CRIET, Mario Mètonou par "une prétendue planification d'actes d'atteinte à la sûreté de l'État du Bénin". Mais Niamey balaie cette accusation d'un revers de main, dénonçant au contraire "les manœuvres dilatoires et le kidnapping" de Cotonou, "sous l'instigation de puissances étrangères", pour "pousser le Niger à la faute" et donner "un prétexte à ses commanditaires pour stopper la conquête de la souveraineté" du pays.

 

Le Niger exige la "libération sans conditions" de ses citoyens et tient le président Patrice Talon "pour seul responsable de toute violation de l'intégrité physique et morale" de ces derniers. “En tout état de cause, le Niger entend prendre toutes les dispositions pour obtenir la libération sans conditions de ses citoyens pris en otage, défendre ses droits et préserver ses intérêts vitaux”, renseigne Niamey.


Il appelle également la Chine, "partenaire stratégique dans l'exploitation du pétrole nigérien", à "prendre ses responsabilités".

 

Au-delà du contentieux pétrolier autour du pipeline, ce nouvel épisode illustre les tensions entre les deux voisins, avec le Niger qui accuse désormais le Bénin de céder à des ingérences étrangères pour entraver sa souveraineté. Une crise qui risque d'avoir de lourdes conséquences économiques et diplomatiques pour les deux pays. Le bout du tunnel est encore loin dans la tension entre Cotonou et Niamey.
 

Dans la même catégorie
Image d'illustration d'une mine d'uranium au Niger

Le Niger retire le permis d'exploitation de la mine d'uranium d'Imouraren au français Orano

Le gouvernement nigérien a retiré à l'entreprise française Orano le permis d'exploitation de la mine...

Le président béninois, Patrice Talon et son homologue nigérien, le général Abdouramane Tiani.

Pipeline : le Niger menace de couper le robinet de son pétrole après l’arrestation de 5 de ses ressortissants au Bénin

Cinq employés nigériens ont été arrêtés par les autorités béninoises pour une intrusion présumée sur...

Le pipeline Bénin-Niger à Sèmè-Podji

Pipeline Bénin-Niger : arrestation de 5 Nigériens pour intrusion frauduleuse sur le site de Sèmè-Podji (procureur)

Le procureur spécial près la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET),...

Publicité

Commentaires

Alphonse

Dieu est au dessus de tout,il pourvoira le Bénin vie et vivra pour toujours. Que le seigneur unisse les deux pays.

10-06-24 à 03:58

Honvo Roger

Nous ne voulons pas la guerre qui dit Bénin dît Niger deux pays frère le Bénin a plusieurs fois tendu la main au président nigérien et dans tous sa que fait la CEDEAO dans tous sa c'est lui qui avait causé tout

10-06-24 à 01:04

Yacoubou

Le Niger complique trop les choses,il y a trop de main dentus vers le Niger,mais la chunt refuse.

09-06-24 à 09:20

Modeste

Nous sommes tous des africains, moi j'invite personnellement les deux responsables de l'État à prendre conscience car personne ne peux t'aimer que toi-même. Jusqu'à quand nous pouvons comprendre les manipulation des grands puissances étrangères et on les accompagne bêtement malgré la souffrance du peuple.

09-06-24 à 07:26

Alexis

Dieu est souverain. Il va nous délivrer de cette situation

09-06-24 à 03:31

Leblanc

Au delà de toutes spéculation le Niger doit être ouvert au dialogue. Combien de fois le Bénin président béninois a tendu la main pour un dialogue.? Mais ma junte au pouvoir refuse le dialogue comment peut-on donc gérer cette affaire ? Les deux sont souverain personne ne peut imposer quoi que ce soit à son homologue.

09-06-24 à 12:49

Azogan

Rien n'empêche le Niger de gérer ce problème avec le Bénin de façon diplomate et consensuel. Le Niger peut menacer comme il veut, le Bénin est aussi souverain. On peut tout reprocher au Bénin moi le premier mais on ne va pas se coucher et se laisser passer dessus non plus. En fin de compte ces militaires ne sont pas sérieux et c'est plutôt eux qui se font mener en bateau par leurs propres compatriotes anciens dépositaires du pouvoir au Niger. Nous sommes fatigués à la fin. Qu'ils érigent un mur aux différentes frontières. Les peuples ne mourront pas ils vont s'adapter et nous aussi.

09-06-24 à 12:13

Djonairecool

😎😎😎😎

09-06-24 à 11:24

Marcus

Nous ne voulons pas entrer en guerre contre le Niger, à cause de la France. C'est comme il y a une main invisible qui demande au Bénin de provoquer la colère des militaires nigériens pour attaquer le Bénin, afin de permettre aux français de rentrer en guerre avec le Niger , comme quoi , ils sont venus pour soutenir le Bénin , par les armes. Comme le ce qui se passe en Ukraine.

09-06-24 à 10:14

Laisser un commentaire