Publicité

Lutte contre la cybercriminalité au Bénin : où va l'argent saisi par l'État chez les gaymans ?

Au Bénin, l'État par le biais de l'Office central de répression de la cybercriminalité (OCRC) mène une lutte implacable contre les gaymans. Dans cette lutte, plusieurs objets dont d'importantes sommes sont saisies par l'OCRC chez ces cybercriminels, mais où va l'argent saisi par l'État une fois la procédure judiciaire terminée devant la CRIET.

Des menottes sur un clavier. Image d'illustration

Des menottes sur un clavier. Image d'illustration

Les chiffres sur la cybercriminalité au Bénin sont alarmants. Dans une émission diffusée sur la télévision publique ORTB, le procureur spécial près la CRIET, Mario Mètonou annonçait que le Bénin comptait 1188 personnes détenues pour des faits de cybercriminalité à la date du vendredi 21 avril 2023. Selon le magistrat, 1074 personnes ont déjà été condamnées et d'autres sont en attente de jugement. « Au cours de l’année judiciaire 2020-2021, nous avons eu 360 condamnations pour des questions de cybercriminalité. L’année judiciaire 2021-2022, nous en avons eu 451 et au cours de cette année judiciaire 2022-2023, qui est encore cours, nous sommes à 263 condamnés », avait-il précisé.

 

Ce jour-là, le Commissaire de l'OCRC, Donatien Sokou a déclaré qu'au cours de l'année 2021, l’Office central de répression de la cybercriminalité a reçu 2831 plaintes pour un préjudice évalué à 1 milliard 546 millions 436 mille 228 FCFA. L'officier de police a également indiqué qu’en 2022,  l’OCRC a enregistré 2188 plaintes toujours liées à la cybercriminalité. Le total des sommes dérobées aux plaignants en 2022 est évalué à 663 millions 544 mille 225 FCFA.

 

LIRE AUSSI : Lutte contre la cybercriminalité au Bénin : l'OCRC laisse place au Centre national d'investigations numériques (CNIN)

 

 

Dans un reportage diffusé par la présidence du Bénin en juin 2023, le patron de l'OCRC a affirmé que du 1ᵉʳ janvier au 31 mai 2023, l’OCRC a appréhendé 623 personnes dont 39 femmes pour des faits de cybercriminalité. Le préjudice causé par ces personnes arrêtées est évalué à plus de 741 millions FCFA. Quant aux numéraires saisis, le patron de l’OCRC indique qu’ils sont évalués à plus de 89 millions FCFA. « Nous avons pu mettre la main sur 57 motos et 34 véhicules », a-t-il détaillé. Les derniers chiffres de l'OCRC sur la période de juin 2023 à fin février 2024 ne sont pas encore disponibles.

 

Où va l'argent saisi chez les cybercriminels ?

 

Dans la lutte contre la cybercriminalité, les personnes arrêtées par l'OCRC sont ensuite jugées par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), juridiction compétente en la matière. Selon des sources judiciaires et sécuritaires impliquées dans la lutte, les fonds saisis par l'OCRC chez les présumés cybercriminels sont consignés à la Caisse des dépôts et consignations du Bénin (CDC Bénin) sur ordre du parquet spécial de la CRIET. La CDC Bénin est une institution financière publique investie d’une mission d’intérêt général en appui aux politiques publiques conduites par l’Etat et les collectivités territoriales, notamment en matière de développement économique et social.

 

À l'issue des procès de ces différentes personnes  devant la CRIET, si leur culpabilité est reconnue, les fonds sont confisqués au profit de l'Etat béninois. Dans le cas contraire, ces fonds sont restitués au mis en cause qui a été innocenté. Dans ce processus, c'est l'Agent judiciaire du trésor (AJT) qui s'occupait de récupérer ces fonds au profit de l'État béninois. Mais, c'est désormais l'Agence nationale de recouvrement des avoirs confisqués et saisis créée par décret en octobre 2022 qui s'occupe de gérer les fonds saisis.

 

LIRE AUSSI : Le Bénin renforce sa lutte contre la cybercriminalité avec l'adoption par le parlement de la Convention de Budapest

 

Depuis son arrivée au pouvoir en 2016, le gouvernement béninois présidé par Patrice Talon a accordé une grande importance à la lutte contre la cybercriminalité. C'est ainsi que l'Office Central de Répression de la Cybercriminalité (OCRC) a bénéficié des pleins pouvoirs dans cette mission de lutte. Créée en 2013, cette institution dispose de moyens efficaces pour combattre la cybercriminalité.

 

Selon le décret n°2013-213 du 3 mai 2013, la principale mission de l'OCRC est de mettre hors d'état de nuire les individus coupables de crimes liés à la cybercriminalité. L'OCRC est actuellement dirigé par un Directeur Central, le commissaire de police de première classe, Donatien SOKOU. En collaboration étroite avec la population (sur signalement), l'office mène des enquêtes pour appréhender les présumés cybercriminels et les présenter devant la CRIET.

 

 

 

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire