Publicité

Centrafrique : condamnation à la prison à perpétuité pour l'ex-président Bozizé et des chefs rebelles

La justice centrafricaine a condamné aux travaux forcés à perpétuité vingt-trois (23) personnes dont l'ex-président François Bozizé et des chefs rebelles. La décision a été rendue le jeudi 21 septembre 2023 par la Cour d'Appel de Bangui en l'absence des condamnés.

L'ex-président centrafricain François Bozizé

L'ex-président centrafricain François Bozizé

Lourde peine de prison pour François Bozizé, deux de ses fils et des chefs rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC). Selon RFI, l'ex-chef d'Etat de la Centrafrique, François Bozizé, ses deux fils Jean-Francis et Aimé-Vincent et des chefs des principaux groupes rebelles sont condamnés par contumace aux travaux forcés à perpétuité. Le verdict rendu le jeudi 21 septembre 2023 concerne une liste de vingt-trois personnes qui appartiennent à la Coalition des patriotes pour le changement (CPC).

 

Parmi les chefs rebelles condamnés par la Cour d'Appel de Bangui figurent entre autres Nourredin Adam, Ali Darassa, Mohamed Al-Khatim, Abakar Sabone ou Sambe Bobo. Ces personnes condamnées ont été reconnus coupables par la justice centrafricaine de sept chefs d'inculpation, notamment « atteinte à la sûreté intérieure, association de malfaiteurs, rébellion et complot ».

 

Jugement « grotesque »

 

Après l'annonce du verdict, l'ex-président centrafricain qui vit désormais en Guinée-Bissau a été joint par nos confrères de Jeune Afrique. François Bozizé évoque un jugement « grotesque et monté de toutes pièces » et exige au pouvoir en place à Bangui l'ouverture d'un dialogue.

 

LIRE AUSSI : Centrafrique : victoire du «Oui » au référendum constitutionnel, Touadera pourrait se présenter à un 3ème mandat

 

L'ancien président François Bozizé et ses 22 personnes ont été condamnées pour leur rôle présumé dans la coalition rebelle dénommée « la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) ». En déembre 2020, la CPC avait lancé une offensive militaire pour empêcher le déroulement du scrutin présidentiel pour lequel la candidature de François Bozizé avait été rejetée. 

 

Mais la CPC avait finalement été repoussée fin janvier 2021 aux portes de Bangui par les alliés rwandais et russes du président Faustin-Archange Touadéra. 

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire