Publicité

Médiation de Yayi et Soglo au Niger : l'ex-président de la Cour constitutionnelle Théodore Holo se prononce

Après la visite fin juin 2024 des anciens présidents béninois Nicéphore Soglo et Boni Yayi à Niamey, l'ex-ministre des Affaires étrangères et ancien président de la Cour constitutionnelle du Bénin, Théodore Holo, livre son analyse sur les enjeux de cette médiation entre le Bénin et le Niger, dont les relations se sont dégradées depuis le coup d'État au Niger en juillet 2023.

L'ex-président de la Cour constitutionnelle du Bénin, Théodore Holo. © Présidence du Bénin

L'ex-président de la Cour constitutionnelle du Bénin, Théodore Holo. © Présidence du Bénin

Depuis près d’un an, le Niger refuse de rouvrir sa frontière avec le Bénin, alors que les deux pays voisins étaient liés par des échanges commerciaux très importants. Fin juin 2024, un signe d'ouverture est apparu avec la visite à Niamey des anciens présidents béninois Nicéphore Soglo et Boni Yayi, reçus par le général Tiani, le chef du régime militaire nigérien.

 

"Qu'il ait accepté de recevoir d'anciens présidents de la République est déjà de bon augure", estime  au micro de RFI Théodore Holo, ancien ministre béninois des Affaires étrangères et ancien président de la Cour constitutionnelle. Selon lui, le fait que les deux ex-chefs d'État béninois "n'aient pas exigé le retour au pouvoir de Bazoum" permet d'ouvrir des discussions et de trouver les concessions nécessaires pour apaiser les tensions entre Cotonou et Niamey.

 

LIRE AUSSI : Médiation Crise Bénin-Niger : Yayi et Soglo donnent des nouvelles de leur rencontre avec Patrice Talon

 

Théodore Holo explique également que le Niger a accepté de rouvrir sa frontière avec le Nigeria, mais pas avec le Bénin, car le Bénin est "le maillon faible de la chaîne" et le port de Cotonou subit les conséquences de la fermeture des frontières nigériennes . "Le Niger a évoqué des problèmes de sécurité, de présence de bases militaires qui constituent une menace pour la sécurité des nouveaux dirigeants de ce pays-frère", ajoute l’invité de RFI Afrique du mercredi 3 juillet 2024.

 

À l'issue de la visite des anciens présidents béninois, les autorités nigériennes ont annoncé la création d'une commission tripartite chargée de trouver des solutions pour restaurer les relations entre Cotonou et Niamey. Un signe positif, selon l'ex-président de la Cour constitutionnelle, qui espère que "les voies de la négociation soient ouvertes et que les concessions nécessaires puissent être faites afin que les choses redeviennent normales" entre les deux pays.

 

Malgré les sanctions prises par la CEDEAO à l'encontre du Niger après le coup d'État, et la menace d'une intervention militaire si le président Bazoum n'est pas rétabli, Théodore Holo estime que cette médiation des anciens chefs d'État béninois marque un tournant positif dans les relations entre Cotonou et Niamey. Il reste désormais à concrétiser ces efforts de dialogue et de concessions mutuelles.

Dans la même catégorie
Des députés à l'Assemblée nationale du Bénin

Parlement béninois : une première session parlementaire 2024 productive avec 17 lois adoptées

Lors de la première session ordinaire 2024, l'Assemblée nationale du Bénin a adopté 17 lois et autorisations...

L'ex-président du Bénin, Thomas Boni Yayi chez Bruno Amoussou

Mort du Père Jacques Amoussou : les condoléances de Boni Yayi à son frère Bruno Amoussou

Le jeudi 18 juillet 2024, l'ex-président Bénin, Boni Yayi, s'est déplacé au domicile de Bruno Amoussou,...

Image d'illustration

Conseil des ministres au Bénin : les grandes décisions du mercredi 17 juillet 2024

Le chef de l'État Patrice Talon et ses ministres se sont réunis à nouveau en session ordinaire du Conseil...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire