Publicité

Médiation Crise Bénin-Niger : Yayi et Soglo donnent des nouvelles de leur rencontre avec Patrice Talon

Après avoir mené une mission de médiation au Niger, les anciens présidents béninois Nicéphore Soglo et Boni Yayi ont été reçus ce lundi 1er juillet 2024 par le chef de l'État Patrice Talon au Palais de la Marina à Cotonou. Les discussions, qui se sont tenues à huis clos, ont permis de dégager des pistes pour un rétablissement du dialogue entre le Bénin et son voisin nigérien.

Les anciens présidents Nicéphore Soglo et Boni Yayi. Image d'illustration

Les anciens présidents Nicéphore Soglo et Boni Yayi. Image d'illustration

Conformément à leur rôle de médiateurs entre le Bénin et le Niger, les anciens présidents Nicéphore Soglo et Boni Yayi ont été reçus ce lundi 1er juillet par le président Patrice Talon. Cette audience, qui s'est déroulée à huis clos, fait suite à leur récente mission de médiation auprès du président nigérien Abdourahamane Tiani.

 

Selon le communiqué officiel publié par leur cellule de communication, les échanges entre les trois hommes d'État ont été "très chaleureux". Le président Talon et ses invités "ont convenu des diligences à mener pour un rétablissement rapide du dialogue souhaité par toutes les parties".

 

Les anciens chefs d'État béninois se sont également félicités de "la volonté des deux parties à voir les choses évoluer pour le bonheur de nos deux Peuples". Ils se disent en effet "satisfaits" que leur médiation ait "créé les conditions en vue du rapprochement rapide" entre le Bénin et le Niger. 

 

“Nous notons avec satisfaction, que la médiation des deux anciens présidents de la République du Bénin créé les conditions en vue du rapprochement rapide de nos deux pays dans l'intérêt de nos peuples”, détaille le communiqué.

 

Ce dialogue de haut niveau intervient dans un contexte de tensions diplomatiques  entre les deux pays voisins. Depuis le coup d'État du 26 juillet 2023 qui a amené le Général Tiani au pouvoir, les relations entre le Niger et le Bénin ne sont plus au beau fixe.

 

La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a pris des sanctions contre le Niger parmi lesquelles la fermeture des frontières des pays limitrophes. La CEDEAO a même menacé le Niger d'une intervention militaire si le président Mohamed Bazoum n'est pas rétabli au pouvoir.

 

LIRE AUSSI : Tension Bénin - Niger : fin de la rencontre entre Patrice Talon et les ex-présidents Yayi et Soglo

 

Le blocus du pétrole nigérien a finalement été levé par Cotonou. Mais, l'arrestation de 5 nigériens sur le terminal de Sèmè-Kpodji pour intrusion frauduleuse et la condamnation de trois d'entre eux à 18 mois de prison avec sursis ont conduit Niamey à fermer les vannes de son pétrole en transit par le Bénin.

 

Dans la même catégorie
Des députés à l'Assemblée nationale du Bénin

Parlement béninois : une première session parlementaire 2024 productive avec 17 lois adoptées

Lors de la première session ordinaire 2024, l'Assemblée nationale du Bénin a adopté 17 lois et autorisations...

L'ex-président du Bénin, Thomas Boni Yayi chez Bruno Amoussou

Mort du Père Jacques Amoussou : les condoléances de Boni Yayi à son frère Bruno Amoussou

Le jeudi 18 juillet 2024, l'ex-président Bénin, Boni Yayi, s'est déplacé au domicile de Bruno Amoussou,...

Image d'illustration

Conseil des ministres au Bénin : les grandes décisions du mercredi 17 juillet 2024

Le chef de l'État Patrice Talon et ses ministres se sont réunis à nouveau en session ordinaire du Conseil...

Publicité

Commentaires

Séverin Ahoton

Unissons nous pour la paix et le développement de notre deux peuples

03-07-24 à 01:41

Mohamadou

L'humilité et l'endroit d'aînesse le respect qui caractérise ma société les africains comprennent et c'est déjà une issue rien que l'écoute accordée par Tchiani

03-07-24 à 10:00

Arigbo janvier

Vivement la fin de cette crise qui pénalise les deux peuples frères au détriment des intérêts d'une personne. Que celui qui a tort reconnaisse son tort et que celui qui a raison pardonne et faisons face au développement de nos états S'il est vrai que la raison évoquée par le président du Niger il faut démanteler les troupes stationnées qui font objet de menaces pour la République du Niger et que la diplomatie prenne le pas sur la force

01-07-24 à 07:44

Laisser un commentaire