Publicité

CRIET : un beau-frère du Directeur général de la police républicaine poursuivi pour cybercriminalité et usurpation de son titre

Un homme présenté comme un beau-frère de Soumaïla Yaya Alabi, Directeur général de la police républicaine (DGPR) a comparu le lundi 4 mars 2024 devant la CRIET. Le prévenu est poursuivi notamment pour des faits de cybercriminalité et d'usurpation de son titre dans les commissariats.

Image d'illustration

Image d'illustration

Usant de sa proximité avec le DGPR, un homme se retrouve devant la Cour de représsion des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Lundi 4 mars 2024, un homme placé sous mandat de dépôt depuis quelques semaines a été entendu par les juges de la CRIET sur les faits qui lui sont reprochés. Le prévenu âgé d'une trentaine d'années environ est poursuivi pour des faits d'escroquerie par le biais d'un système électronique.

 

LIRE AUSSI : CRIET : 05 ans de prison requis contre un présumé gayman arrêté en possession de 1146 cartes sims et 546 cartes d'identité

 

Selon des lectures de son procès-verbal faites par le juge et le ministère public lors de l'audience, des données cybercriminelles ont été retrouvées dans son téléphone. Le prévenu se faisait passer sur internet pour l'opposante Reckya Madougou et opérait dans l'arnaque. Les enquêteurs de la police républicaine ont notamment retrouvé en sa possession une pièce d'identité comportant sa photo mais avec un faux nom, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Menaces sur les policiers

 

Les enquêtes préliminaires de la police renseignées sur le procès-verbal ont aussi révélé que le prévenu a fait enregistrer sur l'application Truecaller des numéros de téléphone au nom du Directeur général de la police républicaine. Avec ces numéros, le prévenu appelait des policiers et des commissariats pour leur donner des consignes et pour les menacer de mutation en cas de refus d'obtempérer. La lecture du procès-verbal par la Cour révèle que le prévenu prend de l'argent chez des policiers pour leur garantir des mutations dans de bons commissariats de police. Le prévenu, apprend la Cour, intervenait dans les procédures au niveau des commissariats de police notamment pour faire libérer des motos saisies.

 

Son dernier fait en date est celui qui l'a conduit en prison. Le prévenu a pris 54 000 F chez un policier muté dans la commune de Tchaourou dans le nord du Bénin. C'est ce policier qui a porté plainte contre le prévenu, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Il rejette les faits

 

Convoqué à la barre, le prévenu a rejeté d'emblée les faits de cybercriminalité mis à sa charge par le parquet spécial. Il a plaidé non coupable affirmant qu'il est un innocent et qu'il ne savait rien de ces faits. Après avoir rejeté les faits, un débat houleux s'engage entre la Cour et le prévenu.

 

Dans sa déposition, il reconnaît sa proximité avec le Directeur général de police républicaine se présentant comme son beau-frère. Le prévenu a indiqué à la Cour qu'il fréquentait régulièrement la maison du patron de la police. Mais, il confie qu'après son arrestation et après quelques jours de garde à vue, il a été présenté au DGPR.

 

LIRE AUSSI : CRIET : 2 ans de prison requis contre un policier poursuivi pour usurpation de titre du commissaire central de Parakou

 

Selon sa déposition, le Directeur général de la police républicaine lui a déclaré qu'il a vu les données cybercriminelles qui ont été retrouvées dans son téléphone et qui lui a demandé d'aller répondre des faits devant la justice. Le prévenu a toujours nié les faits lors de l'audience. Après sa déposition, le juge a renvoyé son dossier au lundi 29 avril 2024 pour continuation et pour convoquer le policier plaignant, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Dans un communiqué publié le lundi 22 janvier 2024, le Directeur général de la Police républicaine (DGPR), Soumaïla Yaya, avait mis en garde contre l'usurpation de son titre pour intervenir dans les procédures judiciaires au niveau des commissariats de police au Bénin. «  Le Directeur général de Police républicaine se désolidarise de ce comportement très peu orthodoxe et met en garde leurs auteurs contre les déconvenues qui en découleraient », avait-il indiqué dans le communiqué.

 

N.B : La rédaction du journal Libre Express a constaté une exploitation de certains de ses contenus dont elle a l’exclusivité sans mention de son nom. Toute exploitation de nos contenus sans mention de notre nom et redirection vers l’article concerné sur notre site sera passible de poursuites judiciaires. Respectez le travail de toute une rédaction !

 

 

 

 

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire