Publicité

CRIET : 2 ans de prison requis contre un policier poursuivi pour usurpation de titre du commissaire central de Parakou

Un policier béninois risque deux ans de prison pour s'être fait passer pour le commissaire central de Parakou et pour avoir réclamé de l'argent pour la libération du journaliste nigérian Damilola Ayeni. Son procès a eu lieu le mardi 23 janvier 2024 à la Cour de représsion des infractions économiques et du terrorisme (CRIET).

Des policiers lors d'un défilé à Cotonou. Image d'illustration

Des policiers lors d'un défilé à Cotonou. Image d'illustration

Les dénonciations avaient fait écho dans la presse nigériane lorsqu'un homme présenté comme le commissaire central de Parakou avait réclamé 800 000 FCFA pour la libération du journaliste nigérian Damilola Ayeni, arrêté au Parc Pendjari.

 

En effet, le journaliste Ayeni Damilola avait été arrêté pour de présumés faits de terrorisme alors qu'il s'est illégalement rendu au Parc Pendjari, zone classée rouge par les autorités béninoises en raison de la menace terroriste. Il avait par la suite été libéré début septembre 2023 après sa présentation au procureur spécial de la CRIET.

 

Très tôt, la police républicaine et la justice se sont saisies des dénonciations. Un policier présenté comme l'auteur de l'appel téléphonique qui réclamait cette somme à la famille du journaliste nigérian a été appréhendé le 9 septembre 2023. Cette somme réclamée devrait servir à libérer le journaliste selon l'accusation. L'agent de police républicaine est ensuite présenté au parquet spécial de la CRIET et placé en détention provisoire mi-septembre 2023.

 

Un policier à la barre

 

Mardi 23 janvier 2024, son procès s'est ouvert devant la CRIET. L'agent de police a plaidé non coupable des accusations : «  de tentative d'extorsion de fonds et d'usurpation de titre » mises à sa charge par le parquet spécial de la CRIET.  Le flic a rejeté les faits en indiquant qu'il n'était pas l'auteur de l'appel et que le numéro utilisé pour l'appel ne lui appartenait pas, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

2 ans de prison ferme requis 

 

Dans sa réquisition, le troisième substitut du procureur spécial de la CRIET a demandé à la Cour de retenir le policier dans les liens de la prévention des infractions de « tentative d'extorsion de fonds et d'usurpation d'identité».

 

LIRE AUSSI : CRIET : 15 ans de prison requis contre un policier qui se fait passer pour un proche du procureur et empoche plus d'un million FCFA chez la famille d’un détenu

 

Selon le ministère public, cet agent de police s'est fait passer pour le commissaire central de Parakou en réclamant de l'argent aux parents de Damilola Ayeni. Le ministère public a requis deux (2) ans de prison ferme et cinq-cents mille FCFA d'amende contre le policier.

 

En réaction à la réquisition du parquet spécial de la CRIET, l'avocat de la défense a demandé à la Cour de dire le droit pour son client. Selon le conseil, il n'existe pas de preuve que le policier soit à l'origine des faits qui lui sont reprochés. Pour cela, il a plaidé la relaxe pure et simple de son client. Le verdict de ce procès a été renvoyé au mardi 20 février 2024 par la CRIET, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire