Publicité

Frontière Bénin-Niger : un Nigérien tente depuis Malanville de forcer le passage sur le pont et est tué

Dans la journée du samedi 24 février 2024 un incident tragique s'est produit sur le pont frontalier situé entre le Bénin et le Niger. Un Nigérien a été mortellement touché par des tirs de soldats nigériens alors qu'il tentait depuis la ville béninoise de Malanville de forcer le passage sur ce pont bloqué par le Niger depuis que la CEDEAO avait décidé des sanctions contre Niamey, a appris Libre Express.

Le poste de contrôle juxtaposé Bénin-Niger à Malanville

Le poste de contrôle juxtaposé Bénin-Niger à Malanville

En dépit de la fermeture stricte de la frontière entre le Bénin et le Niger, un homme qui a quitté le Bénin et en route vers la ville de Gaya a tenté délibérément de forcer le passage sur le pont. Selon l'information rapportée par Sota FM et confirmée à Libre Express, les forces de défense et de sécurité nigériennes, en poste sur le pont, ont fait des tirs de sommation pour dissuader l'individu, mais celui-ci a persévéré dans sa marche avant de succomber sous les balles.


Selon les informations de Libre Express, la victime est en réalité un ressortissant nigérien qui retournait dans son pays. Le Nigérien qui a forcé le passage était presque arrivé en territoire du Niger dans la zone de démarcation qui se trouve sur le pont partagé avec le Bénin. Malheureusement, il a été mortellement touché à l'abdomen par les tirs des soldats nigériens en fraction sur le pont. Des sources renseignent que des sapeurs-pompiers nigériens sont venus le chercher pour le conduire dans un hôpital situé dans la ville nigérienne de Gaya où il a été déclaré mort. L'incident malheureux s'est déroulé dans l'après-midi du samedi 24 février 2024.

 

LIRE AUSSI : Bénin-Niger : fausse annonce de réouverture des frontières fermées depuis le coup d'État 

 

 

Des témoins oculaires ont également rapporté que malgré les avertissements et les tirs de sommation des soldats nigériens, l'homme n'a pas reculé, avançant obstinément en direction du Niger depuis Malanville au Bénin. Étant entré sur le pont par une brèche, il a finalement été touché par les tirs des forces de sécurité nigériennes. Les secours, intervenus rapidement, l'ont évacué vers Gaya pour des soins d'urgence, mais il a malheureusement succombé à ses blessures.

 

Depuis la menace d'une intervention militaire de la CEDEAO au Niger, la frontière terrestre avec le Bénin est maintenue hermétiquement fermée, placée sous une stricte surveillance militaire nigérienne. Sur le pont, des blocs et des conteneurs ont été installés pour interrompre tout trafic terrestre, faisant de la voie fluviale le principal canal d'échanges entre les deux pays voisins.

 

Cet incident tragique met en lumière les tensions qui persistent entre le Niger et le Bénin. Ces deux pays autrefois frères ne s'entendent plus depuis qu'un coup d'État militaire a renversé le président Mohamed Bazoum le mercredi 26 juillet 2023. La CEDEAO avait décidé de lourdes sanctions économiques contre le Niger depuis ce putsch, mais les nouvelles autorités nigériennes ont fini par claquer la porte de la CEDEAO. L'organisation ouest-africaine a finalement décidé le samedi 24 février 2024 de lever avec effet immédiat les sanctions prises contre le Niger.
 

Dans la même catégorie
Des faux marabouts multiplicateurs d'argent

Bénin : le CNIN désactive 570 comptes de faux marabouts sur les réseaux sociaux Facebook et Tiktok

Une vaste opération de lutte contre les activités frauduleuses de faux marabouts a conduit à la désactivation...

Le nouveau chef d'état-major de la Garde nationale, le Colonel Faïzou Gomina

Bénin : le colonel Faïzou Gomina nommé nouveau patron de la Garde nationale

Au Bénin, le commandant de l’opération mirador, le Colonel Faïzou Gomina a été nommé ce mercredi 19 juin...

Image d'illustration

Bénin : un faux militaire arrêté à Tchaourou déposé en prison

Un individu a été interpellé dans la matinée du mercredi 5 juin 2024 à Tchaourou pour avoir usurpé l'uniforme...

Publicité

Commentaires

Biao

L'heure est grave

25-02-24 à 10:02

Alassane

Kérou

25-02-24 à 09:23

Laisser un commentaire