Publicité

La CEDEAO lève les sanctions contre le Niger avec effet immédiat

Lors du sommet extraordinaire de la CEDEAO en cours à Abuja, la conférence des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO a décidé ce samedi 24 février 2024 de la levée immédiate des sanctions qui avaient été imposées au Niger.

Le président en exercice de la CEDEAO, Bola Tinubu

Le président en exercice de la CEDEAO, Bola Tinubu

La page des sanctions économiques de la CEDEAO contre le Niger est définitivement tournée. L'organisation ouest-africaine a officiellement mis fin ce samedi 24 février 2024 aux sanctions décidées contre le Niger. Cette décision marque un revirement significatif de la position de la CEDEAO vis-à-vis du Niger depuis le coup d'État survenu le 26 juillet 2023 contre le président Mohamed Bazoum.

 

Les sanctions imposées par la CEDEAO comprenaient la fermeture des frontières avec le Niger, la suspension des transactions financières, et le gel des avoirs du pays dans les banques étrangères. L'organisation régionale avait également fixé un ultimatum à la junte nigérienne, exigeant le rétablissement de l'ordre constitutionnel et le retour du président déchu, Mohamed Bazoum, dans un délai d'une semaine. À défaut de respecter cette exigence, la junte s'exposait à d'autres mesures, y compris une éventuelle intervention militaire.

 

LIRE AUSSI : Le Burkina Faso, le Niger et le Mali quittent la CEDEAO : les raisons

 

Ces sanctions économiques  étaient considérées comme sévères par le régime militaire au pouvoir à Niamey. En réponse à ces sanctions, les putschistes nigériens avaient formé une alliance avec leurs homologues du Burkina Faso et du Mali, annonçant leur retrait immédiat de la CEDEAO et la création de l'Alliance des États du Sahel (AES).

 

Cependant, la création de l'Alliance des États du Sahel est mal perçue par les dirigeants de la CEDEAO.  Certains chefs d'État de la CEDEAO ont plaidé en faveur d'une approche plus conciliante. Cette pression interne a finalement conduit à un assouplissement de la position de l'institution, aboutissant à la levée des sanctions contre le Niger ce samedi 24 février 2024.

 

Cette décision de la CEDEAO ouvre la voie à une possible réconciliation entre l'organisation régionale et le Niger, mettant fin à une période de tensions diplomatiques. Reste à voir comment cette évolution impactera la situation politique et économique au Niger, ainsi que les relations entre la CEDEAO et les pays de l'AES.
 

Dans la même catégorie
Le président ivoirien, Alassane Ouattara (à gauche) et son homologue burkinabé Ibrahim Traoré (à droite). ©J.A

Accusations de déstabilisation du Burkina : le ministre ivoirien de la Défense Téné Birahima Ouattara répond à Ibrahim Traoré

Interrogé par le magazine Jeune Afrique, le ministre ivoirien de la Défense Téné Birahima a catégoriquement...

Des députés à l'Assemblée nationale du Bénin

Parlement béninois : une première session parlementaire 2024 productive avec 17 lois adoptées

Lors de la première session ordinaire 2024, l'Assemblée nationale du Bénin a adopté 17 lois et autorisations...

L'ex-président du Bénin, Thomas Boni Yayi chez Bruno Amoussou

Mort du Père Jacques Amoussou : les condoléances de Boni Yayi à son frère Bruno Amoussou

Le jeudi 18 juillet 2024, l'ex-président Bénin, Boni Yayi, s'est déplacé au domicile de Bruno Amoussou,...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire