Publicité

CRIET : un acteur politique poursuivi pour avoir suscité la candidature de Wadagni à la présidentielle 2026

Le procès d’un jeune acteur politique poursuivi pour avoir suscité la candidature à la présidentielle 2026 du ministre Romuald Wadagni s’est ouvert ce lundi 09 octobre 2023 à la CRIET.

Le ministre d'Etat chargé de l'Economie et des finances, Romuald Wadagni

Le ministre d'Etat chargé de l'Economie et des finances, Romuald Wadagni

Une suscitation de candidature à la présidentielle 2026  qui finit en procès à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Ce lundi 09 octobre 2023 un jeune acteur politique de la ville de Parakou s’est présenté devant les juges de la CRIET pour la première audience dans son dossier.

 

L’homme est en effet poursuivi sans mandat de dépôt par le parquet spécial pour des infractions de « harcèlement par le biais d’un système électronique ». La victime ? Le ministre d’Etat chargé de l'Économie et des Finances Romuald Wadagni. 


Lors de l’audience, le ministère public a laissé entendre que le prévenu est notamment poursuivi pour avoir suscité la candidature du ministre Romuald Wadagni à la présidentielle 2026, rapporte l’envoyé spécial de Libre Express à la CRIET.  

 

LIRE AUSSI : CRIET : un policier de l'OCRC risque 05 ans de prison pour une affaire de 50 000 francs


Convoqué à la barre, ce jeune acteur politique qui comparait librement a reconnu avoir partagé dans un groupe Whatsap une affiche de suscitation de la candidature de Wadagni. Il a déclaré à la Cour ne pas être l’auteur de l’affiche. Il explique que lui-même n’a fait que partager l’affiche.  L’audience a duré moins de cinq minutes avant qu’elle ne soit renvoyée au lundi 18 décembre 2023, rapporte l’envoyé spécial de Libre Express. 


Au Bénin, les infractions de harcèlement par le biais d’un système électronique sont punis par l’article 550 de la Loi N°2017-20 portant Code du numérique en République du Bénin. Cet article dispose entre autres que : « Quiconque aura harcelé par le biais d’une communication électronique une personne alors qu’il savait ou aurait dû savoir qu’il affecterait gravement par ce comportement la tranquillité de la personne visée, est puni d’une peine d’emprisonnement d’un mois à deux ans et d’une amende de cinq-cents mille (500 000) francs à dix millions (10 000 0000) francs CFA ou l’une de ces deux peines seulement ».

 

Wadagni s'oppose aux suscitations de sa candidature

 

Début juillet 2023, le ministre Romuald Wadagni a indiqué qu'il n'est mêlé ni de près ni de loin aux suscitations de sa candidature à la présidentielle prévue en 2026. 

 

« Depuis quelques mois des groupes et pages sont créés sur les réseaux utilisant mon patronyme et mes photos en lien avec les élections présidentielles de 2026. Ces derniers jours, de fausses informations se sont rajoutées. Je souhaite donc redire que je suis entièrement et exclusivement dévoué à la mission que Son Excellence le Président de la République Patrice Talon m’a confiée. Il me semble indécent et prématuré de s’engager dans le débat sur les élections présidentielles de 2026 à ce jour », avait-il écrit sur sa page Facebook.

 

N.B : La rédaction du journal Libre Express a constaté une exploitation de certains de ses contenus dont elle a l’exclusivité sans mention de son nom. Toute exploitation de nos contenus sans mention de notre nom et redirection vers l’article concerné sur notre site sera passible de poursuites judiciaires. Respectez le travail de toute une rédaction !

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire