Publicité

Affaire 780 kg de drogue au Bénin : évacué à l'étranger, l'homme d'affaires libanais Jean Azar introuvable, son gardien comparait à la CRIET

Évacué en octobre 2022 de la prison civile de Missérété pour l'étranger pour des raisons sanitaires, l'homme d'affaires libanais Jean Azar, arrêté en 2021 pour une affaire de 780 kg de drogue, n'est toujours pas revenu pour répondre devant la CRIET. Après plusieurs reports du procès, c'est son gardien en détention provisoire dans le cadre du dossier qui a comparu ce lundi 03 juillet 2023.

Image d'illustration

Image d'illustration

Une affaire de 780 kg de drogue devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme  (CRIET). Ce lundi 03 juillet 2023, le nommé T.S, poursuivi dans le cadre de l'affaire de la saisine de 780 kg à Cotonou s'est présenté devant la CRIET pour une énième audience. Le prévenu poursuivi pour “complicité de trafic international de drogue” était gardien d'un magasin appartenant à l'homme d'affaires libanais Jean Azar, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Convoqué à la barre ce lundi, le prévenu a reconnu qu'il travaillait comme gardien du magasin dans lequel la police avait saisi 780 kg de drogue en novembre 2021. Mais, il a confié aux juges de la CRIET qu'il était dans son troisième mois de travail quand l'affaire a éclaté et qu'il ne savait pas que ce magasin contenant de la drogue. 

 

Le prévenu a déclaré à la Cour que depuis qu'il a été embauché, ce magasin n'a jamais fonctionné et qu'il ne gardait qu'une seule porte du magasin. Selon sa déposition, le magasin comportait plusieurs portes et qu'il ne gardait qu'une seule porte.  Après sa déposition, le dossier a été renvoyé au lundi 17 juillet 2023 pour continuation, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express. 

 

À l'origine de ce procès, une affaire de saisine de 780 kg de drogue par la police en novembre 2021 dans un magasin situé à Cotonou et appartenant à l'homme d'affaires libanais Jean Azar. L'homme d'affaires et son gardien sont ensuite arrêtés et placés en détention provisoire par le parquet spécial près la CRIET. 

 

Pendant sa détention provisoire à la prison civile de Missérété, sa santé s'est considérablement dégradée. En octobre 2022, un juge des libertés de la CRIET a autorisé son évacuation sanitaire vers son pays d'origine, le Liban. Depuis lors, l'homme d'affaires n'est plus revenu au Bénin. À chaque audience, il est absent.

 

N.B : La rédaction du journal Libre Express a constaté une exploitation de certains de ses contenus dont elle a l’exclusivité sans mention de son nom. Toute exploitation de nos contenus sans mention de notre nom et redirection vers l’article concerné sur notre site sera passible de poursuites judiciaires. Respectez le travail de toute une rédaction !

 

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

Paterne

Vraiment

07-05-24 à 07:30

Veronique eleonore d'Almeida

La CRIET et son président, dans cette affaire qui sent mauvais, votre crédibilité est mise en cause. Le juge l'a aidé à s'en fuire disons le ainsi. Un gardien qui vient à peine de faire trois mois peut connaitre quoi, laissez le pauvre rentrer chez lui. Un jour vous serez jugés de la même façon que vous jugez les autres.

08-07-23 à 05:34

Veronique eleonore d'Almeida

Comment est-ce que le juge peut-il laisser quelqu'un qui a cet épineux problème sur le dos aller se faire soigner dans son pays le Lyban et revenir pour le procès ? Vous nous prenez pour des idiots. Relâchez le gardien et prenez ce juge corrompu à sa place.

08-07-23 à 04:42

Le jo

Le jugement dernier va situer chacun dans le rôle qu'il joué sur cette terre. Que ceux qui n'ont rien et qui sont persécutés , sachent qu'ils ont Dieu.

07-07-23 à 03:45

DEGUE

Que les dirigeants se détrompe

04-07-23 à 03:18

Zoulkiful

Ce qui paraît. Souvent bizarre seuls riches prisonniers qui sont souvent évacués par contre les pauvres non tcho le pauvre gardien servira de cobaye sacrée République

04-07-23 à 08:09

Mal vue

Se sont les mêmes qui jugent les mêmes

04-07-23 à 08:03

Mal vue

Se sont les mêmes qui jugent les mêmes

04-07-23 à 08:02

Hermann H

Un blanc arrêté en Afrique, et envoyer en prison en Europe, c est injurier les noirs

04-07-23 à 06:39

Ste Marie

Celui qui est renvoyé dans son pays d'origine pour se faire soigner a certainement laissé près de mes grands dirigeants de ce pays une garantie. Dieu vient nous sauver. On parle de 780kg de poudre. Les gens de l'extérieur nous lisent aussi hein. Dieu pourra nous guider

04-07-23 à 03:13

Cyrbo

Jugez en vous même, on évacue un détenu trafiquant de drogue vers son pays d'origine pour soins et se plient de ce qu'il n'est pas retourné au Bénin pour procès. Là, c'est une absurdité notoire qui ne dit pas son nom..

03-07-23 à 06:18

Laisser un commentaire