Publicité

Bénin : vidés depuis la prison de Missérété par un détenu, 21 marchands Momo réclament 11 millions FCFA à la CRIET

À la CRIET, 21 marchands de mobile money (Momo) ont réclamé ce lundi 26 juin 2023 plusieurs millions de FCFA à un détenu cybercriminel qui les vidaient et les arnaquait depuis la prison civile de Missérété. Six policiers qui travaillaient dans cette maison d'arrêt, placés en détention provisoire début juin 2023, ont également comparu devant les juges de la CRIET.

Entrée de la prison civile de Missérété.

Entrée de la prison civile de Missérété.

Condamné à sept ans de prison pour cybercriminalité, il continuait ses activités d'arnaque depuis la prison civile de Missérété. C'est le dossier sur lequel se sont penchés ce lundi 26  juin 2023 les juges de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Dans ce dossier, une vingtaine de personnes sont poursuivies par le parquet spécial de la CRIET. Parmi ces prévenus se trouvent deux femmes dont l'épouse du détenu gayman videur de compte Momo.

 

Trois chefs d'accusation pèsent contre les prévenus. Il s'agit des charges : “d'escroquerie via internet, blanchiment de capitaux et abus de fonction”. Parmi la vingtaine de personnes poursuivies figurent également dix policiers qui sont des gardes pénitenciers à la prison civile de Missérété. Six policiers parmi eux ont été placés en détention provisoire début juin 2023 par le parquet spécial de la CRIET et 04 autres comparaissent libres. Il leur est reproché des faits d'abus de fonction. Selon l'accusation, ils auraient aidé le principal accusé incarcéré à la prison civile de Missérété pour cybercriminalité à vider les comptes de plus de 60 marchands de Momo, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

21 victimes réclament plus de 11 millions FCFA

 

À l'audience de ce lundi, 21 victimes qui sont des marchands Momo des réseaux MTN et Moov ont été écoutés par le juge Guillaume Lally qui s'occupe du dossier. À la barre, chacun d'eux est revenu sur sa mésaventure avec ce prisonnier gayman qui les dépouille en toute tranquillité depuis la prison de Missérété.

 

Des dépositions à la barre, il est à retenir que le système d'arnaque du cybercriminel est très simple. Le jeune gayman aujourd'hui atteint de diabète appelait ses victimes au nom des réseaux GSM. Le motif de ses appels : mettre à jour leurs cartes sims de marchands Momo.

 

Ensuite, il profitait de cette fausse opération pour vider les comptes de ses victimes. Sur les plus de 60 victimes, 21 ont été entendues par le juge de la CRIET. Les montants qui leur ont été soutirés varient entre 11 000 FCFA et près de 02 millions FCFA. L'envoyé spécial de Libre Express à la CRIET a pu noter que pour ces 21 victimes, le gayman a pu soutirer plus de 11 millions FCFA selon les dépositions à la barre.

 

Le principal accusé et un agent de santé à la barre

 

Convoqué à la barre un peu après 11 heures ce lundi 26 juin, le principal prévenu, Kakpo Ortis Erno, le gayman, a déclaré à la Cour qu'il ne savait pas pourquoi il comparaissait devant elle. Le président de céans, le juge Guillaume Lally lui a alors rappelé la raison de sa présence devant la CRIET. Il lui a rappelé comment des portables servant aux opérations de cybercriminalité sur des marchands de Momo ont été retrouvés en sa possession pendant qu'il est en prison à Missérété, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

À la suite, le prévenu qui servait d'intermédiaire pour le principal prévenu a déposé. À la barre, l'homme reconnaît avoir retiré de l'argent pour le compte du prévenu gayman Kakpo Ortis Erno, mais nie d'emblée sa participation aux opérations de soustraction d'argent sur les comptes Momo. « Il m'envoie des sous, mais ça ne dépasse pas 100 000 f pour chaque transfert », a-t-il confié.

 

 Au total, il reconnaît avoir retiré près de 2 millions FCFA pour le compte du principal prévenu Kakpo Ortis Erno qui serait un grand frère du quartier, incarcéré depuis près de quatre ans pour cybercriminalité. Selon le parquet, c'est sur le téléphone de ce prévenu que passent tous les transferts issus des comptes Momo vidés. Le prévenu a nié cette déclaration du parquet. C'est alors que le juge Guillaume Lally lui rappelle que chaque téléphone dispose d'identifiant permettant aux réseaux GSM de savoir toutes les sims introduites. Les enquêtes ont montré que c'est le téléphone qui se trouve en sa possession qui est utilisé avec différentes sims pour les opérations, a déclaré le juge.

 

Après sa déposition, un agent de santé en prison dans le cadre du dossier a écouté. Il lui est reproché de permettre au principal prévenu d'utiliser son bureau à l'hôpital pour des plans avec des femmes et de recevoir d'importantes sommes chez le gayman. À la barre, il évoque la situation sanitaire dégradante du principal accusé qui lui aurait suscité de la pitié. Le principal prévenu souffre de diabète qui nécessite des soins. Dans ses déclarations à la barre, il hésite à évoquer le dossier du principal accusé.

 

Agacé par ses déclarations, le représentant du ministère public lui a enjoint d'expliquer pourquoi il recevait des transferts d'argent chez le prisonnier et pourquoi il allait chez un Bokonon ( féticheur en langue locale Goun, NDLR) en son nom ? L'agent de santé a reconnu être allé chez un guérisseur pour le compte de Kakpo. Il déclare l'avoir fait pour des raisons d'humanité. « J'ai déjà préparé la chambre. J'ai fait le nécessaire », lui lance ensuite le juge aux sujets de messages échangés sur WhatsApp avec le principal prévenu. « Il s'agit d'un abus de langage », a-t-il répondu. L'agent de santé s'est défendu bon gré mal gré sur les accusations de bureau d'hôpital loué au cybercriminel pour s'envoyer en l'air.

 

06 policiers déposent

 

Devant les juges, six policiers ont déposé à la barre ce lundi 26 juin 2023. Ils sont tous en détention provisoire Le premier policier écouté a été en fonction à la direction des ressources humaines de la prison civile de Missérété. Selon l'accusation, il lui est reproché d'accompagner le principal accusé à l'hôpital et de lui permettre de coucher avec des femmes dans le bureau de l'agent de santé en contrepartie, il devrait recevoir 50 000 FCFA. Le principal prévenu Kakpo Ortis Erno lui aurait remis 40 000 FCFA et restait lui devoir 10 000 FCFA qu'il réclamait avec instance, selon le parquet. L'agent de la police républicaine a rejeté les faits et a expliqué qu'il ne connaît rien de tels.

 

Devant la Cour, quatre autres policiers poursuivis dans le dossier ont nié les faits mis à leur charge. Mais, ils ont tous reconnu que le principal prévenu leur faisait des transferts d'argent Momo à leur insu. Ces policiers expliquent qu'une fois l'argent sur leurs comptes Momo, il était ensuite informé par le détenu cybercriminel. Ce dernier leur indique que l'argent leur a été envoyé pour l'achat de ses ordonnances médicales. L'argent envoyé servait à lui acheter des médicaments dont l'insuline. Les montants envoyés par le cybercriminel varient entre 10 000  et 200 000 FCFA.

 

Une range rover de 15 millions achetés depuis la prison

 

« Vous êtes au service privé de Kakpo. Vous ne savez pas que Kakpo vidait les comptes Momo depuis la prison ?», a lancé le parquet spécial au sixième policier poursuivi avec mandat de dépôt. Le parquet reproche à ce policier d'avoir aidé le principal prévenu Kakpo Ortis Erno à sortir une voiture achetée du port. Il aurait notamment été sollicité pour l'aider à trouver un transitaire pour sa range rover de 15 millions FCFA qu'il achetait depuis la prison.

 

L'agent de la police républicaine a rejeté les faits. Selon le parquet, Kakpo lui aurait remis pour l'opération de sortie de sa voiture six millions FCFA. Les quatre autres policiers poursuivis sans mandat de dépôt n'ont pas été écoutés lors de l'audience. Après plus de deux heures d'audience, le dossier a été renvoyé au lundi 17 juillet 2023 pour continuation.

 

N.B : La rédaction du journal Libre Express a constaté une exploitation de certains de ses contenus dont elle a l’exclusivité sans mention de son nom. Toute exploitation de nos contenus sans mention de notre nom et redirection vers l’article concerné sur notre site sera passible de poursuites judiciaires. Respectez le travail de toute une rédaction !

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

ESSOU KAKPO Etienne

Je pense qu'il y des gens qui, de part leur naïveté, et assoiffés de gain facile, encouragent la forfaiture de ces or laloi. Aujourd'hui, nous devons nous méfier de ce que, du jour au lendemain, nous soyons informés de grandes richesses sans efforts intellectuelle que physique.

30-06-23 à 03:15

Rachidatou

Je crois que ces arnaqueurs ne saisissent toujours pas la leçon. Ils me l'ont également fait hier jeudi. Heureusement pour moi c'était un montant de 4502f.Comparativement au millionnaire, je compatis à leur douleur. Plaise au ciel, ils paieront leurs mauvaise foi.

30-06-23 à 03:59

Laisser un commentaire