Publicité

Terrorisme au Bénin : accusé d'approvisionner des jihadistes en carburant, un Burkinabé arrêté à Matéri

Un ressortissant burkinabé accusé d'approvisionner des jihadistes en carburant a été arrêté à Matéri, commune située dans le nord du Bénin près de la frontière avec le Burkina Faso. Son procès s'est ouvert le lundi 22 mai 2023 devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET).

Image d'illustration

Image d'illustration

Poursuivi pour avoir approvisionné des terroristes en carburant, un Burkinabé arrêté et jugé au Bénin. En prison depuis quelques semaines, le nommé O.K. s'est présenté le lundi 22 mai 2023 devant la CRIET pour la première audience dans son procès. Il lui est reproché des faits “d'appartenance à une organisation terroriste”, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express à la CRIET.

 

À l'ouverture du procès, le juge Guillaume Lally lui a notifié les infractions qui lui sont reprochées. L'homme est effet accusé d'approvisionner en carburant les groupes jihadistes opérant dans la commune de Matéri. Selon le juge, l'accusé achèterait de l'essence et la revendrait aux terroristes.  

 

Le Burkinabé rejette les faits de terrorisme

 

Après avoir entendu les infractions qui lui sont reprochées par le parquet, ce Burkinabé a plaidé non coupable. Ce prévenu a ensuite confié à la Cour qu'il est un commerçant de riz à Porga et qu'il avait arrêté de vendre l'essence de contrebande depuis l'année 2017.

 

LIRE AUSSI : Bénin, Burkina, Ghana et Togo s'unissent pour lutter contre le terrorisme à leurs frontières

 

L'homme précise qu'il est un citoyen burkinabé qui est née au Bénin. Il a déclaré que le jour de son interpellation dans sa maison à Matéri, il y était même avec un ami qui est un militaire béninois. Le Burkinabè confie que plus tard le militaire a été relâché.

 

Le parquet spécial demande l'incompétence, son avocat plaide

 

Lors de l'audience, le parquet spécial de la CRIET représenté par Armand Reagan Hounguè, le premier substitut du procureur, a demandé à la Cour de se déclarer incompétente et de renvoyer le dossier en instruction. Le motif évoqué par le procureur est que les faits reprochés au Burkinabé sont de natures criminelles, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

L'avocat béninois qui assurait la défense de l'accusé a proposé à la Cour de rejeter la demande du parquet spécial. Il estime qu'il n'y a pas lieu de se déclarer incompétente. Les faits reprochés à son client sont “surréalistes”, a-t-il souligné.

 

La Cour présidée par le juge Guillaume Lally a renvoyé le dossier au lundi 19 juin 2023. C'est à cette date qu'elle va se prononcer sur l'incompétence demandée par le ministère public.

 

N.B : La rédaction du journal Libre Express a constaté une exploitation de certains de ses contenus dont elle a l’exclusivité sans mention de son nom. Toute exploitation de nos contenus sans mention de notre nom et redirection vers l’article concerné sur notre site sera passible de poursuites judiciaires. Respectez le travail de toute une rédaction !

Dans la même catégorie
Image d'illustration

Bénin : un faux militaire arrêté à Tchaourou déposé en prison

Un individu a été interpellé dans la matinée du mercredi 5 juin 2024 à Tchaourou pour avoir usurpé l'uniforme...

Des militaires de l'armée nigérienne

Le Niger recrute 10 000 jeunes pour renforcer ses forces armées face aux menaces sécuritaires

Le Niger s'apprête à recruter 10 000 jeunes Nigériens cette année pour renforcer l'effectif de ses forces...

Des militaires béninois en opération.

Attaque meurtrière dans le parc de la Pendjari : 7 soldats béninois tués dans une embuscade

Dans une embuscade survenue mardi 4 juin 2024 dans le parc de la Pendjari, au nord du Bénin, 7 soldats...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire