Publicité

CRIET : un-ex militaire démobilisé de la classe 2015 risque 02 ans de prison pour usurpation de titre de caporal-chef

Un ex-militaire démobilisé de la classe 2015 risque deux ans de prison à la CRIET pour des faits d'usurpation de titre de caporal-chef. Le procureur chargé de son dossier a réclamé cette peine de prison contre le prévenu lors de son procès le jeudi 04 mai 2023.

Des militaires béninois. Images d'illustration

Des militaires béninois. Images d'illustration

Un militaire démobilisé de la classe 2015 derrière les barreaux pour usurpation de titre. Le nommé G.S. poursuivi pour “usurpation d'identité” a comparu le jeudi 04 mai 2023 devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Ce prévenu est en détention préventive depuis le mercredi 05 août 2020 et son dossier revient de l'instruction. Son procès s'est ouvert le jeudi 04 mai 2023 près de trois ans après son incarcération, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Selon Yélinest Ahoueya, le procureur chargé de ce dossier, ce prévenu a menti à tout le monde y compris à sa famille qu'il est un militaire. Après son arrestation, les membres de sa famille ont été surpris d'apprendre qu'il n'était pas un militaire. Plusieurs objets militaires ont été retrouvés chez le prévenu. Il s'agit entre autres d'une médaille de décoration militaire, un béret rouge, une tenue militaire et une tenue de camouflage. Cet ex-militaire démobilisé continuait de porter son treillis militaire, selon le procureur.

 

LIRE AUSSI : CRIET : un Hollandais risque 15 ans de prison ferme pour trafic international de cocaïne à haut risque
 

Devant la CRIET, le prévenu a reconnu qu'il était un ex-militaire démobilisé de la classe 2015, mais a nié les faits d'usurpation d'identité. Il a déclaré que le béret rouge retrouvé en sa possession appartenait à son père qui est un ex-parachutiste commando, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

02 ans de prison requis 

 

Le parquet spécial de la CRIET a demandé à la Cour de retenir le prévenu dans les liens de la prévention d'usurpation de titre. “Il a profité de son petit passage dans l'armée pour embobiner tout le monde et pour dire qu'il est un caporal-chef, un militaire en service au 5ᵉ BIA de Dassa”, souligne le ministère public.

 

Le procureur a donc requis 24 mois de prison dont 12 mois fermes soit 02 ans de prison contre l'ex-militaire. Le délibéré de la CRIET est attendu pour le jeudi 15 juin 2023. En attendant, le prévenu est retourné en prison.

 

N.B : La rédaction du journal Libre Express a constaté une exploitation de certains de ses contenus dont elle a l’exclusivité sans mention de son nom. Toute exploitation de nos contenus sans mention de notre nom et redirection vers l’article concerné sur notre site sera passible de poursuites judiciaires. Respectez le travail de toute une rédaction !

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

Dedji

Sidonie

09-05-23 à 08:39

Laisser un commentaire