Publicité

Affaire Cameo Shell : liberté provisoire rejetée pour une Directrice de Longrich, MTN et MOOV se défendent à la CRIET

La CRIET a rejeté mardi 11 avril 2023 une demande de liberté provisoire introduite par les avocats en faveur d’une directrice de Longrich et un comptable béninois de cette entreprise. Les réseaux de GSM, MOOV et MTN se sont défendus dans cette affaire dont le préjudice est évalué à plus de trois milliards FCFA. Libre Express vous fait le point d’une nouvelle journée de procès dans l’Affaire Cameo Shell.

Entrée de la CRIET à Porto-Novo

Entrée de la CRIET à Porto-Novo

Une nouvelle journée de procès dans l’affaire Cameo Shell. La troisième audience du procès de l’affaire Cameo Shell s’est ouverte le mardi 11 avril 2023 à 14 heures 11 minutes devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Dans ce dossier, trois prévenus présentés comme des responsables de CAMEO SHELL sont poursuivis par le parquet spécial de la CRIET.

 

Ce sont la Chinoise Liu Xuelian, directrice du personnel de l’entreprise Longrich et deux Béninois, Mongadji Chaffara Saka, comptable de Longrich et Lionel Djondo, membre actif de CAMEO SHELL. Ils ont été inculpés pour des faits de “complicité d’escroquerie via internet”, rapporte l’envoyé spécial de Libre Express à la CRIET.

 

Liberté provisoire rejetée

 

À l’ouverture de l’audience, la Cour a rejeté la demande de liberté provisoire introduite par les avocats de la défense en faveur de la directrice du personnel de Longrich et de Mongadji Chaffara Saka, comptable de Longrich. Le juge en charge du dossier a ensuite autorisé la poursuite des débats. Les joutes oratoires peuvent donc commencer.

 

LIRE AUSSI : Affaire CAMEO SHELL au Bénin : des victimes continuent de porter plainte à la CRIET

 

L’audience de ce mardi devrait permettre d’auditionner les responsables des réseaux GSM, MOOV et MTN comme les avocats de la défense l’ont exigé. Les avocats de la défense et les juges de la CRIET cherchent en effet à déterminer le rôle clé de ces deux réseaux de téléphonies mobiles dans le scandale Cameo Shell. Le scandale CAMEO SHELL a-t-il été possible grâce à la complicité de ces deux réseaux GSM ?

 

MOOV se défend et parle de 339 millions FCFA  

 

À 14 heures 13 minutes, Alexis Cossi Aïtcheou, directeur des opérations juridiques de MOOV est convié à la barre. “Est-ce que la structure CAMEO SHELL a ouvert des comptes chez vous”, lui lance le juge. ‘’Oui, la structure Cameo Shell à l’instar d'autres structures a ouvert des comptes chez Moov”, répond-il. Le président de céans enchaînent immédiatement une série de questions à l’endroit de ce responsable de MOOV.

 

Dans sa déposition, le directeur des opérations juridiques confie à la Cour que l’entreprise Cameo Shell a ouvert un compte Momo accepteur chez Moov le mercredi 14 décembre 2022. En janvier 2023, les transactions financières sur le compte de Cameo Shell sont devenus importants en un si peu de temps, explique-t-il.

 

Selon ce responsable, Moov a alors effectué le 09 février 2023 un signalement du flux financier important à la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières (CENTIF). Le montant des transactions financières signalées à la CENTIF est de trois-cent trente-neuf millions (339 000 000 FCFA), selon le responsable. “La Centif nous a demandé de fermer le compteur accepteur de Cameo Shell. Ce que nous avons fait”, a-t-il détaillé.

 

Ce responsable affirme que dans ce cadre, Moov a adressé ensuite un courrier à la structure CAMEO Shell lui demandant de venir justifier cette importante transaction financière sur son compte. Mais la réponse qui a été servie à Moov est que la personne responsable de Caméo Shell était en voyage. “C’est la seule réponse que nous ayons eue’’, précise-t-il.

 

LIRE AUSSI : Affaire Cameo Shell au Bénin : pourquoi le procès a été à nouveau renvoyé par la CRIET

 

Le directeur des opérations juridiques souligne que sur les trois-cent trente-neuf millions FCFA, Moov n’a réussi à saisir que trente-sept millions (37 000 000) FCFA. Ce montant a été ensuite reversé par MOOV à la Caisse des dépôts et consignations du Bénin (CDC Bénin), ajoute-t-il.

 

Après sa déposition à la barre, les avocats de la défense se sont penchés sur la nature de la personne responsable de CAMEO SHELL. Qui a ouvert au nom de la structure Cameo Shell ce compte accepteur chez Moov ? C’est ce que vont essayer de comprendre les avocats de la défense

 

“Je ne saurai répondre. Pour ce que je sais, c’est que les compteurs sont enregistrés au nom de Cameo Shell”, a déclaré le responsable de Moov. Ce dernier a expliqué ensuite que l’ouverture chez Moov des comptes de Cameo Shell a été faite dans le respect de la règlementation béninoise en la matière. Cette réglementation exige que l’entreprise qui veut ouvrir un compte Momo accepteur présente notamment son registre de commerce. La déposition de ce responsable de Moov a duré une cinquantaine de minutes devant les juges, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Plus de 2 milliards de transactions chez MTN

 

À 15 heures 04 minutes, c’est le tour de MTN de dire sa part de vérité dans l’affaire CAMEO Shell. Laurent Houngnibo, responsable juridique de MTN à cette lourde responsabilité. Cameo Shell a en effet ouvert des comptes Momo chez MTN. Selon ce responsable de MTN, la structure Cameo Shell a ouvert ses comptes en décembre 2022.

 

Mais, il informe la Cour que déjà le 19 janvier 2023, MTN a fait une déclaration de soupçons à la CENTIF. Selon ce responsable de MTN, ce signalement a été fait après que les services de MTN ont constaté plus de deux milliards FCFA de transaction sur les deux comptes Momo de Cameo Shell. “Nous avons signalé parce que nous avons remarqué que Cameo Shell ne vendait que des articles chinois. Ce sont les mouvements répétés de dépôt et de retraits qui ont attiré notre attention. Sur plus de 02 milliards sur les comptes de Cameo Shell, il ne reste que 12 millions FCFA que nous avons saisi”, a-t-il déposé.

 

Plus d’une semaine après le signalement, la Brigade économique et financière (BEF) a demandé à MTN de bloquer les comptes de Cameo Shell, a indiqué le responsable.

 

MTN et MOOV invités à fournir des documents supplémentaires

 

Après les dépositions des deux responsables de MTN et MOOV, les juges et les avocats ont demandé à ces réseaux GSM de communiquer des documents supplémentaires. Ils ont demandé à MTN et MOOV de fournir les courriers de signalements de CAMEO Shell transmis à la CENTIF. Tous les relevés de compte Momo de Cameo Shell sont également exigés, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

L’APIEx et deux victimes de Cameo Shell à la barre

 

Lors de cette audience du mardi 11 avril 2023, les juges de la CRIET ont essayé de comprendre le rôle de l’APIEx dans la création par des étrangers de l’entreprise CAMEO Shell au Bénin. C’est l’Agence de promotion des investissements et des exportations (APIEx) qui est la structure publique responsable de la création des entreprises au Bénin.

 

À 15 heure 22 minutes, un représentant de l’APIEx a fait sa déposition à la barre. Selon ce représentant, lors de la création de l’entreprise Cameo Shell, ses propriétaires ont fourni des informations et documents qui respectent les conditions de création d'une entreprise au Bénin.

 

“Pourquoi n’avez-vous pas détecté leur activité illégale ?”, lui demande le juge. “Il n’était pas possible de remarquer leur activité illégale puisqu’ils ont indiqué qu’ils étaient dans l’importation de matériels électroniques”, a-t-il répondu.

 

Mais un avocat de la défense a essayé de comprendre comment il était facile à des étrangers de créer des entreprises au Bénin. “Oui, les étrangers peuvent créer des entreprises au Bénin parce que ce n’est pas interdit. Tout se fait désormais en ligne”, a-t-il indiqué.

 

LIRE AUSSI : CRIET : au procès de l’affaire CAMEO SHELL, plus de 3 milliards FCFA portés disparus selon le parquet spécial, MTN et MOOV convoqués

 

À 15 heures 30 minutes, deux victimes de Cameo Shell sont conviés à la barre. La première victime est un estropié. Cette victime s’exprime en français.

 

Nous avons vu des publicités de Cameo Shell sur Facebook et des vidéos sur WhatsApp. Ce sont des Béninois qui nous ont envoyé les vidéos. Ils nous ont envoyé le registre de commerce et l’annonce légale de Cameo Shell. Ils nous ont dit que Cameo Shell est reconnu par l’Etat béninois sinon Moov et MTN ne vont pas travailler avec eux. Cela nous a encouragé à investir dans Cameo Shell, a-t-il déclaré à la Cour.

 

Selon cette victime, c’est plus tard qu’ils ont découvert que Cameo Shell était une supercherie. Dans sa déposition, il explique que pour gagner de l’argent chez Cameo Shell, il fallait s’inscrire sur leur site web et cliquer sur les publicités. “Nous cliquons seulement sur les pubs sur le site et nous gagnons de l’argent. C’est mon capital de charbon que j’ai mis dedans. Je n’ai retiré aucun franc investi’’, confie-t-il.

 

La deuxième victime a déclaré à la Cour qu’il représentait un groupe de personnes qui aurait investi près de soixante millions (60 000 000) FCFA dans Cameo Shell. Après sa déposition, le juge a renvoyé l’audience à une date ultérieure.

 

N.B : La rédaction du journal Libre Express a constaté une exploitation de certains de ses contenus dont elle a l’exclusivité sans mention de son nom. Toute exploitation de nos contenus sans mention de notre nom et redirection vers l’article concerné sur notre site sera passible de poursuites judiciaires. Respectez le travail de toute une rédaction !

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

DARI KOUETCHA

Bonsoir les patrons, faute effort pour nous aider.

12-04-23 à 09:49

Laisser un commentaire