gaie-pub

CRIET : après l’affaire de casse d’une banque, l’ex-député Vodonou et 06 coaccusés poursuivis dans un nouveau dossier

L’ex-député Désiré Vodonou s’est présenté ce jeudi 16 février 2023 à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Il est poursuivi au même titre que six coaccusés dans une nouvelle procédure judiciaire ouverte par le parquet spécial de la CRIET. Cette fois-ci, c’est dans le cadre d’un dossier de cybercriminalité et de blanchiment de capitaux qui ne concerne pas l’affaire casse d’une banque.

L'ex-député, Désiré Vodonou

L'ex-député, Désiré Vodonou

Des ennuis judiciaires qui n’en finissent point pour Désiré Vodonou à la CRIET. Jeudi 16 février 2023, le procès de l’ex-député Désiré Vodonou et six-coaccusés s’est ouverte à 11 heures. L’ex-élu de Zogbodomey est poursuivi dans le cadre d’un nouveau dossier pour des faits “d’escroquerie via internet et blanchiment de capitaux”, rapporte l’envoyé spécial de Libre Express. Dans l’ancien dossier de casse d’une banque, Vodonou est poursuivi pour deux chefs d’accusation : “Accès et maintien illégal dans un système informatique, escroquerie et blanchiment de capitaux”

 

Tous les prévenus dans ce nouveau dossier ne se sont pas présentés à l’audience de ce jeudi 16 février 2023. Seulement trois représentants d’une banque de la place qui poursuit l'ex-parlementaire et un informaticien sénégalais Sy Sérigne Abdoul Aziz étaient présents. Tout comme Désiré Vodonou, ce Sénégalais, placé en détention provisoire depuis novembre 2022, est poursuivi dans ce nouveau dossier. Il est également impliqué dans l’affaire de casse d’une banque qui a conduit à leur interpellation.

 

LIRE AUSSI : Cybercriminalité au Bénin : 05 ans de prison requis par la CRIET contre 02 commissaires de police et un avocat

 

Selon le résumé des faits, l’ex-député Désiré Vodonou est poursuivi par le parquet spécial dans un dossier de fraudes à la carte bancaire dont le principal cerveau est en fuite. Il s’agit d’un certain Wilfried Ayatodé. Ce dernier avait été placé en détention provisoire en janvier 2022. Mais évacué pour des raisons de santé au CNHU de Cotonou en janvier 2023, il s’est évadé.

 

Une affaire de banque en ligne qui a tourné au vinaigre

 

Moins de deux minutes après l’ouverture du procès à 11 heures ce jeudi 16 février, le juge Lally passe à l’offensive. L’ex-député est convoqué à la barre. Les autres prévenus sont absents. L’informaticien sénégalais va le rejoindre plus tard. Le juge lit la transcription des discussions entre le sieur Wilfried Ayatodé et l’ex-député Désiré Vodonou. C’est la transcription faite par la police technique et scientifique de leur discussion WhatsApp, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Il s’agit des discussions qui datent de janvier 2022 soit quelques jours avant l’arrestation de Wilfried Ayatodé par la police. La transcription des discussions entre l’informaticien sénégalais et Désiré Vodonou est lue ensuite. Selon les déclarations du président de céans, ce sont ces échanges qui valent à Désiré Vodonou ce nouveau procès. “Voilà cette transcription, que dites-vous’’, lui lance le juge.

 

LIRE AUSSI : Arnaque au système de marketing Qnet au Bénin : 05 ans de prison requis par la CRIET contre 08 personnes

 

À 11 heures 05 minutes, Désiré Vodonou fait déposition. “Je n’ai jamais fait de la banque à distance avec Ayatodé sur les TPE. Je voulais faire de la banque en ligne avec lui”, répond-il. Les déclarations de Vodonou sont floues. Le juge le relance aussitôt. Vodonou hausse le ton. Le ministère public et le juge Lally lui demandent de se calmer, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Dans sa déposition, l’ex-élu de Zogbodomey et homme d’affaires explique avoir sollicité les services de Ayatodé Wilfried dans le cadre de ses activités de ventes d’or à des partenaires brésiliens. Le motif évoqué est que Wilfried Ayatodé dispose des machines TPE qui permettent d’avoir des banques en ligne qui facilitent les opérations. “Tout l’or sur le site (web, NDLR) de l’entreprise de Ayatodé, c’est moi qui l’ai mis. J’ai aidé Ayatodé à faire le point et j’ai remarqué que la banque lui doit”, a-t-il déclaré.

 

“Ayatodé ne peut jamais citer mon nom”

 

Pendant une vingtaine de minutes, Désiré Vodonou essaie de répondre aux questions sans se faire comprendre. Il évoque ensuite des cartes de crédits qui doivent faciliter l’opération de transaction d’or qu’il voulait réaliser au Bénin avec ces partenaires d’affaires venus du Brésil.  “Ayatodé ne peut jamais citer mon nom. Si j’ai invité des partenaires brésiliens au Bénin, c’est pour les histoires de banques en ligne et non pour des banques à distance”, vocifère-t-il. “Calmez-vous ! “, lui lance le ministère public représenté par Yélinest Ahoueya, l’un des substituts du procureur spécial de la CRIET, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Le ministère public prend alors la parole. Les questions se tournent aussitôt sur la venue au Bénin des partenaires brésiliens de Désiré Vodonou. Selon les déclarations de l’ex-député, ces Brésiliens vont venir au Bénin pour l’achat de l’or qu’ils ont vu en ligne. “Pourquoi doivent-ils venir au Bénin pour l’achat de l’or s’ils peuvent déjà l’acheter en ligne”, demande le ministère public. “S’ils sont venus au Bénin, c’est pour s’assurer que l’achat est réel”, confie-t-il sans parvenir à convaincre le ministère public.

 

LIRE AUSSI : Bénin : la CRIET ordonne l’expulsion d’un Belge soupçonné de recrutement de terroristes

 

Désiré Vodonou explique que l’or qu’il compte vendre à ces partenaires brésiliens se trouvaient au Mali et que cela est produit par une entreprise appelée “Marena Gold”.  L’ex-député explique que son entreprise à un contrat avec Marena Gold. C’est cette société malienne qui va se charger de livrer l’or aux Brésiliens une fois la transaction conclue, selon Vodonou. “Si les deux Brésiliens viennent ici comment s’assurent-ils que l’or est réel si Marena Gold est au Mali ? S’ils n’ont pas touché physiquement l’or pourquoi doivent-ils payer alors ?”, lui demande le ministère public. Les réponses de Désiré Vodonou cafouillent, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

À 11 heures 34 minutes, l’ex-député Désiré Vodonou est essoufflé. Il demande aussitôt à boire de l’eau. Après moins de deux minutes, son avocat lui apporte de l’eau. Vodonou boit et poursuit sa déposition. Dans ses déclarations, Vodonou essaie de démonter l’accusation. Selon le ministère public, Désiré Vodonou est poursuivi pour utilisation frauduleuse de cartes bancaires en ligne. “Je n’ai jamais fait une affaire louche avec Ayatodé.”, insiste-t-il.

 

LIRE AUSSI : Bénin : un Nigérian déposé en prison par la CRIET pour avoir escroqué 19 présumés cybercriminels

 

À la suite de sa déposition, l’informaticien sénégalais, Sy Sérigne Abdoul Aziz a été convoqué à la barre à 11 heures 49 minutes. Ce ressortissant sénégalais a confié aux juges être venus au Bénin dans le cadre des affaires d’or avec le député Vodonou. Il a nié toute implication dans ce dossier. L’audience a été suspendue à 12 heures 12 minutes et renvoyée à une date ultérieure.

 

N.B : La rédaction du journal Libre Express a constaté une exploitation de certains de ses contenus dont elle a l’exclusivité sans mention de son nom. Toute exploitation de nos contenus sans mention de notre nom et redirection vers l’article concerné sur notre site sera passible de poursuites judiciaires. Respectez le travail de toute une rédaction !

Dans la même catégorie
Des maisons cassées à Cotonou. Image d'illustration.

Bénin : Amnesty International dénonce des expulsions forcées du gouvernement Talon pour des projets touristiques

Amnesty International Bénin a présenté à la presse ce jeudi 7 décembre 2023 à Cotonou son rapport de...

Des militaires béninois. Images d'illustration

CRIET : 10 ans de prison ferme pour un ex-militaire condamné pour évasion de la prison de Missérété

La Cour de représsion des infractions économiques et du terrorisme ( CRIET) a prononcé ce lundi 4 décembre...

Image d'illustration de gaymans

CRIET : 19 jeunes gaymans condamnés à 7 ans de prison ferme et près de 40 millions FCFA d'amende

La Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) a rendu le jeudi 30 novembre...

pub

Commentaires

Francis DJESSOU

Sachez qu'on est fort pour un temps et pour tout le reste du temps, on sera faible. Désiré VODONOU est le seul animal politique que vous devez tuer avant d'avoir la paix. Vous vous leurrez puisque quand l'Éternel ne décide pas de la fin de quelque chose, elle ne finit jamais. Les âmes de ceux qui pleurent son absence vont le protéger. Après l'autre affaire, c'est l'autre et toujours contre la même personne. Celui qui a un bon esprit comprend déjà que c'est 2026 que vous préparez contre lui. Mais vous allez échouer. Dieu va nous prêter vie et vous le verrez à la tête de ce pays. On ne dirait même pas que nous sommes tous fils du Bénin. Koï ! Nul n'est éternel.

18-02-23 à 09:58

Sonon sylvestre

Vraiment désolé je vous prie libéré notre ex député de zogbo.

17-02-23 à 09:15

Mario ASSOGBA

Vraiment c'est compliqué pourquoi t'en d'acharnement contre l'ex député qui as t'en oeuvré pour sa patrie en posant des actes social ? Hum l'homme doit avoir peur du Bénin vraiment c'est pas la peine

17-02-23 à 07:52

Donath wanvesse

Vraiment c'est compliqué cette affaire je vous prie de bien vouloir libérer L'Ex honorable VODONOU Désiré

17-02-23 à 06:46

Laisser un commentaire