Publicité

CRIET : 05 ans de prison ferme et 100 millions CFA d'amende requis contre 06 pompistes de JNP

Cinq ans de prison et 100 millions de FCFA d'amende ont été requis lundi 14 novembre 2022 contre six pompistes en fonction dans une station d’essence JNP à Parakou. C’est la réquisition du ministère public lors de leur procès devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET).

Une station d'essence JNP à Parakou. Illustration

Une station d'essence JNP à Parakou. Illustration

Une affaire de vols de tickets à code barre devant la CRIET. Lundi 14 novembre 2022, six pompistes d’une station d’essence JNP située à Parakou étaient devant la CRIET. Il s’agit de quatre hommes et deux femmes. Ces pompistes sont poursuivis par le parquet spécial de la CRIET pour des faits de “corruption dans le secteur privé et faux et usages de faux en écriture privée’’.

 

Selon les faits présentés par l’avocat de la société, les six pompistes sont accusés d’avoir causé un préjudice de 40 millions CFA à une station d’essence JNP à Parakou. Il leur est reproché d’avoir utilisé dans cette station d’essence des tickets valeurs à code barre déjà interdits par l’entreprise JNP.

 

LIRE AUSSI : CRIET : un jeune homme se fait passer pour Talata, la Vice-présidente du Bénin et se retrouve en prison
 

En effet, l’entreprise de produits pétroliers avait interdit depuis mars 2019 l’utilisation des tickets valeurs à code barre dans toutes ses stations, signale l’avocat. Ce dernier explique que pour parvenir à leurs fins, les six pompistes ont désactivé les systèmes d’alerte sur les terminaux de paiement de cette station d’essence. Ceci, afin d’en faire un usage frauduleux.

 

À l’en croire, les six pompistes ont reconnu eux-mêmes au commissariat qu’il n’était plus possible d’utiliser les tickets valeurs à code barre. L’avocat a donc demandé à la Cour de requalifier en vol les faits reprochés aux six prévenus.

 

05 ans de prison ferme et 100 millions d’amendes

 

Lors de cette audience, le ministère public a été représenté par le premier substitut du procureur spécial, le magistrat Armand Hounguè. Ce dernier a requis cinq ans d’emprisonnement ferme et 100 millions CFA d’amende contre les six pompistes.

 

Dans sa réquisition, il a demandé à la Cour, présidé par le magistrat Guillaume Lally, de requalifier les faits en vol. Selon le ministère public, l’entreprise JNP n’a pas autorisé sur ses terminaux de paiement depuis 2019 l’utilisation de tickets valeurs à code barre. Les six prévenus ont fait usage de moyens frauduleux pour parvenir à leur fin, souligne-t-il.

 

L’avocat de la défense contexte

 

À la suite, l’avocat de la défense, Me Brice Houssou, a contesté la réquisition du ministère public. Selon lui, l’entreprise JNP n’a pu fournir aucun document montrant que l’interdiction de l’utilisation des tickets à code barre a été notifié aux employés de cette station.

 

L’avocat affirme que le rapport d’expertise montre que tous les codes utilisés sur les terminaux de paiement sont identiques dans toutes les stations JNP. “Le faux en écriture privée ne peut être démontré par des preuves palpables”, argue-t-il.  

 

LIRE AUSSI : CRIET : 02 commissaires de police et 19 Nigérians jugés pour abus de fonction et cybercriminalité

 

L’audience a été suspendue et renvoyée au lundi 05 décembre 2022 pour continuation. Les six pompistes sont retournés en prison en attendant.

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire