Publicité

Burkina : les avocats en grève pour dénoncer le non-respect des décisions de justice

Les avocats burkinabè ont décidé d'observer une grève nationale de quatre jours cette semaine, du 4 au 8 juin 2024, pour interpeller les autorités sur le non-respect des décisions de justice dans le pays. Cette action fait suite à l'arrestation et à l'incarcération de l'avocat Guy Hervé Kam, malgré une décision de justice ordonnant sa libération.

Des avocats dans un tribunal à Ouagadougou.

Des avocats dans un tribunal à Ouagadougou.

Selon le bâtonnier de l'ordre des avocats, Siaka Niampa, cette grève vise à "interpeller les autorités sur le respect des règles régissant la procédure pénale au Burkina Faso à l'égard de toute personne mise en cause, l'application de l'article 6 du règlement n°5/CM/UEMOA du 25 septembre 2014 relatif à l'harmonisation des règles régissant la profession d'avocat, et le respect et l'exécution des décisions de justice par l'État à l'égard de toute personne".

 

Durant ces quatre jours, les avocats s'abstiendront "d'occuper ou de participer aux audiences devant toutes les juridictions sans exception ainsi que les organismes à caractère juridictionnel". Les audiences ont ainsi été suspendues dans les tribunaux du pays.

 

LIRE AUSSI : Tentative de coup d'État contre Ibrahim Traoré au Burkina : des révélations du parquet militaire sur l'ex-patron de la Gendarmerie et 4 officiers arrêtés

 

 

Cette grève fait suite à l'incarcération le 29 mai 2024 de Me Guy Hervé Kam, avocat et cofondateur du mouvement de la société civile Balai Citoyen, pour "complicité de complot contre la sûreté de l'État et association de malfaiteurs". Or, le 18 avril 2024, la cour administrative d'appel de Ouagadougou avait ordonné sa libération, décision qui n'a pas été respectée par les autorités.

 

Les avocats burkinabè entendent ainsi dénoncer ce qu'ils considèrent comme une atteinte à l'État de droit et réclamer le respect des décisions de justice, indispensables à l'exercice de leur mission et au bon fonctionnement de la justice dans le pays.
 

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire