Publicité

CRIET : le commissaire de Kompa et un policier plaident non coupable

La première audience dans le procès du commissaire de police de Kompa dans la commune de Karimama, Maxime Adjidowé et d'un policier s'est ouverte ce jeudi 30 mai 2024 devant la CRIET. Les deux agents de la police républicaine sont poursuivis pour des faits de trafic d'influence dans une affaire de vols de pagne.

Image d'illustration

Image d'illustration

Devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), la première audience du commissaire de Kompa, Maxime Adjidowé et du policier Barouka Moïse n’aura pas duré plus de cinq minutes avant d'être renvoyée. À l’ouverture de l’audience ce jeudi 30 mai 2024, le premier convoqué à la barre est le policier Moïse Barouka. Le prévenu est agent de police travaillant dans le commissariat de Kompa jusqu'à son placement en détention provisoire le mardi 21 mai 2024.

 

À ses côtés comparaît également son supérieur hiérarchique, le commissaire de police Maxime Adjidowé. Les deux policiers plaident non coupable à tour de rôle. Ils ne se reconnaissent pas dans les faits de trafic d'influence mis à leur charge par le parquet de la CRIET.

 

Après la procédure d’inculpation, des avocats dont Me AGBANI Bidossessi Saturnin se sont constitués pour défendre le commissaire de Kompa et l’agent de police. Le juge a ensuite renvoyé le dossier des policiers au jeudi 13 juin 2024. Les deux agents de la police républicaine retourne en prison en attendant la prochaine audience, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

LIRE AUSSI : CRIET : le commissaire de Kompa et un policier déposés en prison par la CRIET


Dans ce dossier pendant devant la CRIET, il est reproché au commissaire de police de Kompa et au policier d'avoir libéré  un jeune homme de 33 ans présumé voleur et une dame présumée receleuse interpellés dans une affaire de vol de pagnes et placés en garde à vue. Ceci, contre le paiement d'une somme d'argent.

 

Selon les informations de Libre Express, la famille de la supposée receleuse aurait payé une somme de 300.000 francs CFA au commissaire de Kompa Maxime Adjidowé pour obtenir la libération de cette dernière. Le jeune homme accusé de vol et placé en garde à vue du 15 au 17 avril 2024 a aussi été remis en liberté avec contrainte de se présenter tous les jeudis. Il est notamment reproché au commissaire de n’avoir pas fait la procédure requise en la matière.

 

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

Kader Traore

Il faut toujours situer le lecteur le dans lequel l'événement se déroule

30-05-24 à 02:20

Laisser un commentaire