Publicité

CRIET : le commissaire de Kompa et un policier déposés en prison

Le commissaire de police de Kompa dans la commune de Karimama, Maxime Adjidowé, a été placé en détention après avoir été accusé de rançonnement, de trafic d’influence et d'abus de fonction dans une affaire de vols de pagne. Trois policiers en fonction dans ce commissariat ont également été interrogés dans cette affaire.

Des policiers béninois. Image d'illustration

Des policiers béninois. Image d'illustration

Un officier de la police républicaine séjourne désormais en prison en attendant son procès. Selon des informations rapportées par Le Potentiel et confirmées à Libre Express par des sources judiciaires, le commissaire de police de Kompa, Maxime Adjidowé, a été placé en détention le mardi 21 mai 2024 suite à une enquête menée par la brigade économique et financière (Bef). Lui et trois de ses collaborateurs, dont un agent AP et deux brigadiers, ont été présentés au procureur et au juge des libertés et de la détention de la Cour de Répression des Infractions Économiques et du Terrorisme (CRIET).

 

Selon les informations, l'un des policiers a avoué que le commissaire Adjidowé avait effectivement perçu de l'argent pour libérer des personnes placées en garde à vue dans une affaire de vol de pagnes à Karimama. Le juge a donc décidé de placer le commissaire sous mandat de dépôt pour trafic d'influence dans ce dossier.

 

LIRE AUSSI : CRIET : arnaqué par un beau-frère du DGPR Yaya, un policier raconte sa mésaventure aux juges

 

Un autre policier, le sous-brigadier Barouka Moïse, a également été écroué dans cette même affaire. En revanche, les deux autres agents de police ont été remis en liberté.

À l’origine de l’incarcération du commissaire de police, la libération d’un jeune homme de 33 ans présumé voleur et d'une dame présumée receleuse  interpellés dans une affaire de vol de pagnes et placés en garde contre le paiement d’une somme d’argent.

 

Selon le même média, la famille de la supposée receleuse aurait payé une somme de 300.000 francs CFA au commissaire de Kompa Maxime Adjidowé pour obtenir la libération de cette dernière. Le jeune homme accusé de vol et placé en garde à vue du 15 au 17 avril 2024 a aussi été remis en liberté avec contrainte de se présenter tous les jeudis. Il est notamment reproché au commissaire de n’avoir pas fait la procédure requise en la matière.


Le commissaire Adjidowé et le sous-brigadier Barouka Moïse seront jugés le jeudi 30 mai 2024 par la CRIET.

 

Dans la même catégorie
Image d'illustration

CRIET : venu libre à un procès en tant que plaignant, il se retrouve en prison pour faux en écriture

Alors qu'il est venu libre à un procès en tant que plaignant dans une affaire de vente de parcelles,...

Les cinq Nigériens arrêtés au terminal pétrolier de Sèmè-Kpodji sont de retour à Niamey

Retour au Niger des trois Nigériens de WAPCO libérés par la justice béninoise

Cinq agents Nigériens de WAPCO Niger, dont trois ont été détenus pendant près de deux semaines au Bénin...

Des militaires béninois. Images d'illustration

Bénin : un militaire présumé gayman jugé par la CRIET

Un militaire présumé cybercriminel a comparu lundi 17 juin 2024 devant la CRIET pour des faits d'escroquerie...

Publicité

Commentaires

Loïc

Tchoo mon commissaire

24-05-24 à 08:39

Laisser un commentaire