Publicité

Harcèlement sexuel et corruption à la GDIZ : 13 personnes comparaissent devant la CRIET

Poursuivies dans deux différents dossiers, treize personnes employées à la Zone industrielle de Glo-Djigbé Zè (GDIZ) ont comparu ce lundi 27 mai 2024 devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET).

Image d'illustration

Image d'illustration

Une affaire de harcèlement sexuel et de corruption dans les recrutements à la GDIZ finit à la CRIET. Ce lundi 27 mai 2024, treize (13) personnes, qui sont des employés de la SIPI Bénin, structure chargée de la gestion et de la promotion de la Zone industrielle de Glo-Djigbé Zè (GDIZ), ont comparu pour la première audience dans leur procès devant la CRIET.  Les prévenus comparaissent dans deux dossiers différents.

 

Dans le premier dossier, ils sont sept prévenus à comparaître. Il leur est reproché des faits de : “ harcèlement sexuel et de corruption dans le secteur privé “. Les prévenus employés au niveau de l’usine de cajou de la SIPI-Bénin sont en détention préventive depuis le 22 avril 2024. À la barre ce lundi 27 mai 2024, certains des prévenus ont plaidé coupable et d'autres ne reconnaissent pas les faits. À la suite, l’avocate Alexandrine Saïzonou Bédié s'est constituée pour les femmes victimes et l’Institut national des femmes (INF), rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

LIRE AUSSI : CRIET : le commissaire de Kompa et un policier déposés en prison par la CRIET

 

Dans le second dossier relatif à la GDIZ, ils sont six personnes poursuivies pour les mêmes faits. Les prévenus sont placés sous mandat de dépôt depuis le 6 mai 2024. Devant la Cour, certains prévenus ont reconnu les faits et d’autres les ont niés. Une dizaine de femmes victimes n’étaient pas présentes à l’audience. La présidente de céans a confirmé les mandats de dépôt des prévenus et a renvoyé le dossier au lundi 1er juillet 2024.

 

À l’origine de ce procès, une affaire de harcèlement sexuel et de corruption au niveau de l’usine de transformation d’acajou de la GDIZ. Les mis en cause auraient mis en place un système de harcèlement sexuel et demandaient de l’argent contre promesse de recrutement chez des femmes à la recherche d’emploi. Après des dénonciations, la SIPI-Bénin, structure chargée de la gestion et de la promotion de la Zone industrielle de Glo-Djigbé Zè (GDIZ), a porté plainte et les mis en cause ont été interpellés, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.
 

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire