Publicité

Manifestations CSTB du 1er mai 2024 à Cotonou : le procureur Ahoga clarifie la situation des personnes interpellées

Dans un communiqué publié le lundi 6 mai 2024, le procureur de la République près le Tribunal de Cotonou, Jules Ahoga s'est prononcé sur les manifestations du 1er mai 2024 initiées par la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (CSTB). Selon le procureur, 73 individus ont été interpellés et placés en garde à vue, et une enquête judiciaire a été ouverte pour examiner leur implication dans les troubles survenus lors de la marche.

Le procureur de la République près le tribunal de Cotonou, Jules Ahoga

Le procureur de la République près le tribunal de Cotonou, Jules Ahoga

Le procureur de la République près le Tribunal de Cotonou, Jules Ahoga apporte  des clarifications concernant les personnes arrêtées lors des manifestations qui se sont déroulées le 1er mai 2024 à Cotonou, à l'initiative de la CSTB.

 

Selon le communiqué consulté par Libre Express, le chef du parquet près le tribunal de Cotonou a révélé que 73 personnes avaient été interpellées et placées en garde à vue lors de cette marche. Par la suite, une enquête judiciaire a été ouverte pour examiner les charges pesant sur ces individus.

 

Au terme de cette enquête préliminaire, le procureur indique que 32 personnes ont été libérées après avoir fourni des justifications légitimes démontrant leur statut de travailleurs, d'étudiants ou d'élèves.

 

LIRE AUSSI : Bénin : 72 travailleurs arrêtés lors de la marche de la CSTB à Cotonou

 

Cependant, les investigations se sont poursuivies pour les autres personnes arrêtées. Le procureur a révélé que les 41 individus restants n'ont pas réussi à justifier leur qualité de travailleurs et qu'il a été établi qu'ils avaient été recrutés dans certains quartiers de Cotonou dans le but de perturber l'ordre public.

 

Le communiqué indique également que, conformément aux instructions du parquet, des tests urinaires ont été effectués et ont révélé la présence de cannabis chez 21 des personnes concernées. Ces individus déposés en prison font désormais face à « des poursuites devant le tribunal correctionnel pour répondre des charges qui leur sont reprochées », apprend le communiqué. 

 

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire