Publicité

Bénin : le GSIM revendique l'attaque d'un poste de contrôle douanier à Malanville

Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) a revendiqué l'attaque d’un poste de contrôle douanier dans l’arrondissement de Garou à Malanville.

Des djihadistes au Sahel. Image d'illustration

Des djihadistes au Sahel. Image d'illustration

Une nouvelle revendication d’un groupe terroriste au Bénin. Dans une publication diffusée le lundi 22 avril 2024, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) a indiqué avoir tué cinq personnes lors de d'une attaque terroriste dans la nuit du mardi 16 au mercredi 17 avril 2024. Le groupe terroriste ne donne pas de précisions sur le lieu de l’attaque mais évoque une attaque survenue dans le nord du Bénin dans la nuit du 16 au 17 avril 2024.

 

À l’analyse, il s'agit de l’attaque du poste de contrôle douanier de Monkassa survenue dans la nuit du mardi 16 au mercredi 17 avril 2024 dans la commune de Malanville, plus précisément dans l'arrondissement de Garou. Le GSIM affirme avoir tué cinq personnes contrairement aux informations diffusées dans la presse locale qui font état de trois morts et de deux blessés. 

 

En effet, après l'attaque, les médias béninois ont fait état d’un bilan de deux blessés graves et de trois morts dont un agent de la mairie, un agent phytosanitaire et un militaire. Les deux blessés graves de cette attaque dont un militaire ont été transportés d'urgence dans un hôpital.

 

 

 

À l'heure actuelle, Libre Express ne sait pas si le bilan provisoire de cette attaque a évolué. Mais dans la nuit du mercredi 18 au jeudi 19 avril 2024 un des jihadistes ayant attaqué ce poste de contrôle douanier de Monkassa a été neutralisé dans la commune de Karimama par les militaires de l'opération Mirador. Deux armes AKM dont une appartenant à l’un des militaires victimes de l’attaque de Monkassa ont été saisies chez le djihadiste tué.

 

Depuis mai 2019, le Bénin connaît des attaques terroristes. Un autre poste douanier de Malanville a connu une première attaque en septembre 2022. Le 17 février 2024, le Parc du W dans le secteur des chutes de Koudou a connu une attaque terroriste au cours de laquelle quatre militaires ont perdu la vie. Cette attaque a été revendiquée un peu plus tard par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans qui affirme avoir saisi plusieurs moyens matériels.

 

Le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM)  dont l’acronyme arabe est le JNIM est une organisation djihadiste créée le 1er mars 2017 pendant la guerre au Mali. Il est dirigé depuis sa création par le chef djihadiste malien, Iyad Ag Ghali. Le 5 septembre 2018, le département d’Etat des Etats-Unis a placé 
ce groupe sur la liste des organisations considérées comme terroristes.

 

Une étude réalisée par l’Institut d’études de sécurité (ISS Africa) en 2019 révèle que le GSIM et les groupes djihadistes sahéliens s'autofinancent grâce aux trafics locaux. Le groupe d'études avait aussi révélé que le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans fait partie des plus importants groupes djihadistes qui opèrent dans le nord du Bénin.

 

Dans la même catégorie
Le porte-parole du gouvernement béninois, Wilfried Léandre Houngbédji. © Présidence du Bénin

Crise Bénin-Burkina : Cotonou annonce l'accueil de 5000 réfugiés burkinabés

Alors que les tensions s'exacerbent entre le Burkina Faso et le Bénin voisin, Cotonou a accueilli il...

Interpol. Image d'illustration

Afrique de l’Ouest : 300 interpellations dans une vaste opération contre la fraude financière d’Interpol

Pendant trois mois, l'Organisation internationale de police criminelle (Interpol) a mené une opération...

Un char de l'armée béninoise lors d'un défilé à Cotonou

Le Bénin sécurise son armement avec un système de marquage des armes

Conformément aux directives de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), le Bénin...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire