Publicité

Dossier mise en résidence surveillée du général Gbaguidi : 2 millions FCFA d'amende requis à la CRIET contre des prévenus

Le ministère public de la CRIET a requis ce jeudi 2 avril 2024 deux (2) millions FCFA contre cinq prévenus poursuivis dans le dossier de publication d'une fausse information sur une prétendue mise en résidence surveillée du chef d'état-major général, le général Fructueux Gbaguidi. Le verdict du dossier est renvoyé au jeudi 2 mai 2024.

Le patron de l'armée béninoise, le général de division Fructueux Gbaguidi

Le patron de l'armée béninoise, le général de division Fructueux Gbaguidi

Aucune peine de prison n'a été requise dans l’affaire diffusion de fausse information sur une mise en résidence surveillée du chef d'état-major général de l’armée béninoise. Des millions FCFA d’amende ont été plutôt requis. Ce jeudi 2 avril 2024, une nouvelle audience s'est ouverte dans le procès en flagrant délit des personnes poursuivies dans l'affaire de diffusion de fausses informations sur une prétendue mise en résidence surveillée du général Fructueux Gbaguidi.

 

À l'ouverture du procès, le juge a convoqué à la barre tous les prévenus dans le dossier. Ils sont sept personnes dont trois ont été placées en  détention provisoire la veille de l'ouverture du procès. Les trois prévenus en détention préventive ont pour nom : Sosthène Amouzou, Serge Coffi Essou, Elie Sossa. Les quatres autres personnes poursuivies sans mandat de dépôt sont : Fabrice Ahogni Gnimagnon, Emmanuel Affamah, Benjamin Affamah, Florent Attinsoukpo, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Les chefs d'accusation qui pèsent contre les prévenus sont publication de fausses informations et initiation d'une communication électronique sur les réseaux sociaux ayant provoqué une détresse émotionnelle.

 

Convoqués à la barre, tous les prévenus affirment ne pas être les auteurs de cette fausse information. Certains disent avoir simplement partagé cette information et d'autres affirment qu'ils sont poursuivis parce qu'ils sont administrateurs des groupes WhatsApp dans lesquels cette fausse information a été partagée.

 

Le patron de l’armée béninoise ne réclame rien dans ce dossier

 

À l’audience de ce jeudi 2 avril 2024, le chef d’état-major général, le général de division Fructueux Gbaguidi ne s'est pas présenté. Le patron de l'armée béninoise s'est fait représenter par le colonel Dado. À la barre, le colonel Dado a déclaré à la cour que le général Fructueux Gbaguidi ne réclamait rien. Le patron de l’armée béninoise veut juste qu'on leur donne des conseils, a-t-il déclaré.

 

Le ministère public réclame 2 millions FCFA

 

Après la déposition des différentes parties, le ministère public représenté par le deuxième substitut du procureur spécial a fait sa réquisition. « Le bon sens n’admet pas qu'on relaie une information d'une telle gravité sans aucune vérification au préalable », a lancé le ministère public qui a aussitôt déclaré que l’intention coupable était constituée.

 

Le procureur a demandé à la cour de relaxer au bénéfice du doute deux prévenus poursuivis dans le dossier. Il a demandé à la Cour de retenir cinq autres prévenus dont les trois poursuivis avec mandat de dépôt dans les liens de la prévention des faits de publication de fausses informations et initiation d'une communication électronique sur les réseaux sociaux ayant provoqué une détresse émotionnelle. Il a ensuite requis deux millions FCFA d'amendes contre les prévenus.

 

Des avocats de la défense ont plaidé pour certains la relaxe pure et simple et pour d'autres la clémence de la cour. Le délibéré du dossier est renvoyé au jeudi 2 mai 2024.

Les faits ayant conduit à la poursuite de ces sept personnes sont liés à la diffusion d'une fausse information faisant état de la mise en résidence surveillée du Chef d'état-major général de l'armée béninoise, le général Fructueux Gbaguidi. Cette information a été démentie le jeudi 15 février 2024 par le général Fructueux Gbaguidi lors d'une manœuvre militaire à Togbin Daho. « Je ne réponds pas aux plaisantins. Ce que j'ai fait aujourd'hui prouve à souhait que tout va bien » a déclaré le Général de brigade Fructueux Gbaguidi interrogé par la presse.

 

 

 

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire