Publicité

Kidnapping au Nigeria : des ravisseurs réclament 40 000 milliards nairas pour libérer 16 personnes à Kaduna

Au Nigéria, des kidnappeurs ont réclamé une rançon de 40 000 milliards de nairas, 11 fourgonnettes Hilux et 150 motos contre la libération de 16 habitants enlevés dans l'État de Kaduna.

Des bandits nigérians. Image d'illustration

Des bandits nigérians. Image d'illustration

Une lourde rançon exigée par des ravisseurs au Nigeria. Selon des informations rapportées par le journal nigérian The Nation, des ravisseurs ont contacté les familles et la communauté de Kaduna pour obtenir une rançon de 40 000 milliards de nairas, 11 fourgonnettes Hilux et 150 motos pour leurs proches enlevés.

Mercredi 28 février 2024, des bandits ont attaqué la communauté de Gonin-Gora, une banlieue de Kaduna, dans la zone du gouvernement local de Chikun, kidnappant 16 habitants. 

 

Lundi 11 mars 2024, les dirigeants de la communauté ont déclaré que les bandits avaient exigé une rançon de 40 000 milliards de nairas, soit un montant presque deux fois supérieur au budget national 2024 du Nigeria.

Cette demande de rançon intervient à peine quatre jours après l'enlèvement de 287 écoliers à Kuriga, une autre communauté de Chikun.

 

 L'un des dirigeants de la communauté de Gonin-Gora, John Yusuf, a déclaré que les bandits avaient exigé 40 000 milliards de nairas, 11 fourgons Hilux et 150 motos flambant neuves pour la libération des victimes.  « Les bandits nous ont contactés. Ils réclament 40 000 milliards de nairas, 11 fourgons Hilux et 150 motos pour la libération des 16 personnes qu’ils retiennent captives », a-t-il déclaré à The Nation. « Où allons-nous trouver ce genre d'argent ! Même si nous vendons la communauté entière, nous ne pouvons pas récolter 40 000 milliards de nairas. Même le Nigeria, en tant que pays, n’a jamais établi un budget de 40 000 milliards de nairas », a-t-il ajouté.

 

LIRE AUSSI : Kidnapping de plus de 250 élèves au Nigéria : Tinubu ordonne la mobilisation de l'armée pour libérer les enfants

 

 

Il a expliqué que les enlèvements ont eu lieu deux fois dans un intervalle de quatre jours. Lors du premier rapt, trois personnes ont été kidnappées, tandis que lors du deuxième, 13 personnes ont été enlevées, ce qui porte le nombre total de personnes détenues en captivité à 16.  « Nous implorons le gouvernement de nous venir en aide en établissant une base militaire derrière notre communauté où les bandits profitent des buissons pour envahir notre communauté ».

« De notre communauté jusqu'à Birnin Gwari, qui s'étend sur plus de 150 kilomètres, se trouve une étendue de brousse. Nous avons également une autre étendue de buissons depuis Gonin Gora jusqu'à l'État du Niger. Ainsi, les criminels ont libre accès à travers les buissons à notre communauté. Nous implorons le gouvernement de nous aider », a plaidé le leader communautaire.

 

« L’armée fait vraiment des efforts, même si elle est sérieusement débordée. Chaque fois que nous faisons des appels de détresse, ils arrivent. Mais le problème est qu’avant d’atteindre la communauté, les bandits auraient fait ce qu’ils voulaient et seraient partis », a-t-il fait savoir.

 

Dans la même catégorie
Le porte-parole du gouvernement béninois, Wilfried Léandre Houngbédji. © Présidence du Bénin

Crise Bénin-Burkina : Cotonou annonce l'accueil de 5000 réfugiés burkinabés

Alors que les tensions s'exacerbent entre le Burkina Faso et le Bénin voisin, Cotonou a accueilli il...

Interpol. Image d'illustration

Afrique de l’Ouest : 300 interpellations dans une vaste opération contre la fraude financière d’Interpol

Pendant trois mois, l'Organisation internationale de police criminelle (Interpol) a mené une opération...

Un char de l'armée béninoise lors d'un défilé à Cotonou

Le Bénin sécurise son armement avec un système de marquage des armes

Conformément aux directives de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), le Bénin...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire