Publicité

Procès des décès au CNHU : 04 choses à savoir sur l'audience qui s'ouvre ce mardi 22 novembre 2022

La troisième audience dans le dossier décès après coupure d'électricité au CNHU de Cotonou s'ouvre ce mardi 22 novembre 2022 devant le tribunal. 04 choses à savoir sur une affaire judiciaire qui tient les Béninois en haleine.

Centre national hospitalier universitaire Hubert Koutoukou Maga (CNHU-HKM)

Centre national hospitalier universitaire Hubert Koutoukou Maga (CNHU-HKM)

Le procès de l'affaire CNHU s'ouvre à nouveau au tribunal de Cotonou. La deuxième audience dans ce procès s'est ouverte le mardi 08 novembre 2022. Elle a été renvoyée par le tribunal à ce mardi 22 novembre 2022. Quatre personnes poursuivies avec mandat de dépôt comparaissent devant le tribunal de Cotonou. Il s’agit du chef de la division électricité du CNHU, l'un de ses collaborateurs et deux techniciens de Palutech, l’entreprise chargée de la maintenance du générateur d'oxygène du service de réanimation de l’hôpital.

 

Elles sont poursuivies par le tribunal de Cotonou pour des faits "d'homicide involontaire'' après la mort de quatre patients pour coupure d’électricité au CNHU-HKM de Cotonou. Les faits se sont déroulés dans la journée du vendredi 07 octobre 2022.

 

Un rapport de la SBEE adressé au tribunal

 

Lors de la deuxième audience de ce procès, mardi 08 novembre 2022, les débats n’ont pu avoir lieu. Le juge en charge du dossier au tribunal de Cotonou avait annoncé qu’un rapport de la Société béninoise d’énergie électrique (SBEE) sur le dossier CNHU a été adressé à la cour. Me Gustave Kassa, avocat de la défense, avait demandé que le rapport de la Société béninoise de l’énergie électrique (SBEE) soit remis à la défense. Ce qui a été fait par le juge en charge du dossier au tribunal de Cotonou.

 

Mais l’homme de droit est allé loin dans ses demandes. Il a demandé à ce que la SBEE soit entendue par le tribunal dans le dossier. Cette demande a été rejetée par le ministère public. Ce dernier lui a rétorqué qu’il n’en était pas question et que la SBEE ne fait pas partie du dossier pour être entendue. Le juge en charge du dossier avait finalement renvoyé le dossier au 22 novembre 2022.
 

Les personnes poursuivies plaident non-coupables

 

À l’ouverture de la première audience, mardi 25 octobre 2022, les quatre accusés dans le dossier ont plaidé non coupables. Ils disent ne pas se reconnaître dans les faits mis à leur charge par le parquet du tribunal de Cotonou.

 

Le juge a convoqué les différentes parties du dossier. Les quatre personnes du CNHU de Cotonou, poursuivies avec mandat de dépôt, se sont présentées devant le tribunal. Mais les familles des victimes étaient absentes. Selon les appels faits par le juge à l’ouverture du procès, quatre différentes familles sont concernées par ce dossier. Parmi lesquelles la famille Adeniyi.

 

Cette famille a en effet perdu une fille dans le drame survenu dans la journée du vendredi 07 octobre 2022 au CNHU-HKM de Cotonou. Il s’agit d'Arielle Linda Adeniyi, professeure de langue française, décédée au service de réanimation de l’hôpital. Aucune des familles n’a marqué sa présence à cette première audience.

 

Un agent du CNHU affirme avoir oublié de remettre l’électricité

 

Lors de la première audience, les débats sont allés au fond du dossier. Les quatre décès enregistrés dans la journée du vendredi 07 octobre 2022 auraient pour cause la rupture d’oxygène suite à une coupure d’électricité, selon les déclarations d’un médecin devant le tribunal.

 

LIRE AUSSI : DIRECT-Procès des décès au CNHU: un maintenancier reconnaît avoir oublié de remettre l'électricité

 

Le chef de la division électricité du CNHU a fait des aveux devant le tribunal. Selon ses déclarations, une première coupure d’électricité est intervenue à 13 heures dans la journée du jeudi 06 octobre 2022. Lors de cette coupure, il confie au tribunal avoir coupé certains contacts pour permettre la continuité de la fourniture d’énergie dans certains services du CNHU.


L’électricité a été rétablie une heure plus tard. Mais au rétablissement de la fourniture de l’énergie électrique, il affirme avoir oublié de remettre le contact. “C'est l'excès de travail. J'étais troublé”, a-t-il répondu à la question du juge de savoir pourquoi il a oublié de remettre le contact.

 

Le tribunal rejette la demande de liberté provisoire

 

Les avocats de la défense ont plaidé lors de l’audience du mardi 25 octobre 2022 la remise en liberté provisoire de deux des quatre prévenus. Il s’agit de deux agents de Palutech, l’entreprise qui gère les appareils d’oxygène du CNHU. Ils ont soutenu devant le tribunal que les deux prévenus présentaient toutes les garanties de représentation devant la justice.

 

Le ministère public a demandé au tribunal de rejeter la demande formulée par les avocats de la défense. Il a souhaité que les deux accusés restent en prison afin de permettre au tribunal d’examiner le fond du dossier. Le juge en charge du dossier avait ensuite rejeté la demande des avocats et confirmé les mandats de dépôt.
 

Dans la même catégorie
Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

La préfecture de Cotonou

Présumée fraude dans l'attribution d'un marché public à la préfecture de Cotonou : 3 collaborateurs du préfet et un chef d'entreprise devant la CRIET

À la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), le procès d’un dossier...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire