Publicité

Terrorisme au Benin : plus de 100 djihadistes tués et une trentaine de soldats perdus depuis le début

L'armée béninoise a tué plus de cent (100) présumés jihadistes et a perdu plus d'une trentaine de soldats depuis le début de sa lutte antiterroriste. L'information a été annoncée sur Bip radio ce dimanche 21 janvier 2024 par le porte-parole des Forces armées béninoises (FAB), le lieutenant-colonel Ebenezer Honfoga.

Des militaires béninois en opération dans le nord

Des militaires béninois en opération dans le nord

Le Bénin perd un lourd tribut en hommes et inflige également de sérieuses pertes aux groupes jihadistes. C'est ce qu'il convient de retenir du bilan de la guerre engagée depuis 2020 contre le terrorisme au Bénin, selon l'intervention du porte-parole de l’armée béninoise, le lieutenant-colonel Ebenezer HONFOGA, invité de l’émission l’entretien grand format de Bip radio ce dimanche 21 janvier 2024.  Ce haut officier militaire qui répondait aux questions des  journalistes a dressé le bilan de la lutte anti-djihadiste menée par l'armée.

 

Quel est le bilan de présumés jihadistes tués par l'armée béninoise depuis le début de la lutte ? « Nous, nous avons déjà éliminé plus d’une centaine de terroristes depuis le début de cette lutte », a répondu le porte-parole de l'armée béninoise.

 

Selon le porte-parole de l'armée béninoise, cet exploit est à l'actif des soldats béninois déployés dans le nord du pays dans le cadre de la lutte anti-terroriste. « Et c’est à l’actif de nos soldats qui sont sur le terrain et qui ne dorment pas la nuit. Ils sont sur le qui vive à tout moment. Ils sont dans la grande vigilance pour pouvoir anéantir l’ennemi dès qu’il va se présenter face à nous », a-t-il déclaré.

 

LIRE AUSSI : Bénin : un paysan tué et des bœufs emportés par des individus armés non identifiés près du parc Pendjari

 

Le porte-parole indique que l'armée béninoise a néanmoins perdu une trentaine de soldats ce qui serait notamment lié aux engins explosifs improvisés par les terroristes. Et sur cette question des engins explosifs improvisés affirme : « Nous avons connu ces trois derniers mois des décès du fait des engins explosifs improvisés que l’ennemi passe nuitamment poser sur nos axes de circulation et de mouvement. Ça a pris la vie de certains de nos personnels. Mais cela dit, l’ennemi lui-même sait que toutes les fois où il vient nous attaquer frontalement, il ne peut plus repartir avec sa vie ».

 

Mais ces incidents liés aux engins explosifs improvisés, le porte-parole de l'armée béninoise, Ebenezer Honfoga affirme : « Nous essayons autant que faire se peut de réduire leur impact sur nos opérations ».

 

Au Bénin, l'armée a déployé près de 3 000 militaires dans le nord du pays pour lutter contre la menace terroriste dans les zones frontalières avec le Burkina Faso et le Niger. C'est dans le cadre de l'opération « Mirador » en cours depuis 2022 qui vise à enrayer cette menace.

 

 

Dans la même catégorie
Le porte-parole du gouvernement béninois, Wilfried Léandre Houngbédji. © Présidence du Bénin

Crise Bénin-Burkina : Cotonou annonce l'accueil de 5000 réfugiés burkinabés

Alors que les tensions s'exacerbent entre le Burkina Faso et le Bénin voisin, Cotonou a accueilli il...

Interpol. Image d'illustration

Afrique de l’Ouest : 300 interpellations dans une vaste opération contre la fraude financière d’Interpol

Pendant trois mois, l'Organisation internationale de police criminelle (Interpol) a mené une opération...

Un char de l'armée béninoise lors d'un défilé à Cotonou

Le Bénin sécurise son armement avec un système de marquage des armes

Conformément aux directives de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), le Bénin...

Publicité

Commentaires

Basso

Le Bénin ne peut être comme les autres pays parce que les forces de sécurité sont utilisés dans le cadre d'individualisme.Les militaires recrutés seront déployés pour sont peuples.

19-02-24 à 11:53

Emile KONDO

C'est une très bonne lutte. Il va falloir que les pays de la sous région s'unissent. De grâce, ne faisons pas n'engageons pas seulement cette guerre avec des armes militaires mais impliquons aussi les armes divines. Mettons Dieu devant. Christ nous donnera la victoire.

28-01-24 à 11:53

Emile KONDO

C'est une très bonne lutte. Il va falloir que les pays de la sous région s'unissent. De grâce, ne faisons pas n'engageons pas seulement cette guerre avec des armes militaires mais impliquons aussi les armes divines. Mettons Dieu devant. Christ nous donnera la victoire.

28-01-24 à 11:53

MAMA Abdou Waliou

Pourquoi le Bénin ne veux pas sciencer à imiter les pays sahéliens? Nos autorités béninoises se soucient de notre sécurité ?

28-01-24 à 06:22

Abdoulaye chabi yorouba

Avoir les informations du monde de l'Afrique

22-01-24 à 12:13

Abdoulaye chabi yorouba

L'information du Bénin et le reste du monde,adhere les chael pour union avec ces pays voisins

22-01-24 à 12:12

Abdoulaye chabi yorouba

L'information du Bénin et le reste du monde

22-01-24 à 12:08

Abdoulaye chabi yorouba

Avoir les informations du monde de l'Afrique

22-01-24 à 12:04

Djondo Kléber

La lutte que mènent le Mali, le Burkina et le Niger est une lutte totale pour recouvrer dans tous les domaines la SOUVERAINETÉ NATIONALE. Cette lutte doit passer par la dénonciation des onze accords coloniaux qui permettra à notre de ne plus être la chasse gardée de l'Occident dirige6par les USA. Les accords des USA avec ces trois pays visent la déstabilisation du Niger, du Burkina et du La signature de ces accords vise la déstabilisation du Mali du Burkina et du Niger Et ça me fera mal que mon pays participe à la destruction de l'élan de libération et d'indépendance amorcé par ces trois pays.

22-01-24 à 11:11

LOTCHA Méré

Pourquoi le Bénin ne veut pas imiter les autres pays du Sahel?Moi je n'ai pas confiance à l'Occident et à l'Amérique.

22-01-24 à 09:05

Laisser un commentaire