Publicité

Détournement de 2,6 milliards à l'OBSSU au Bénin : les graves révélations du procureur spécial de la CRIET, Mario Mètonou

Ce mercredi 20 décembre 2023, le procureur spécial de la CRIET, Mario Mètonou a animé un point de presse sur le présumé détournement de plus de 2,6 milliards à l'Office béninois des sports scolaires et universitaires (OBSSU). Le magistrat fait de graves révélations sur les faits ayant conduit au placement en détention provisoire du directeur général Donald Alexis Acakpo, son comptable Tchibozo Vitalien et le présumé escroc Roland Zossou.

Le procureur spécial près la CRIET, le magistrat Mario Mètonou.

Le procureur spécial près la CRIET, le magistrat Mario Mètonou.

Deux milliards six cent quatre-vingt-quinze millions quatre cent cinquante-deux mille (2.695.452.000) FCFA appartenant à l’Etat béninois ont été dilapidés à l’OBSSU sur la période de 2019 à 2023. C’est l’un des points clés qu’il convient de retenir du point de presse animé ce mercredi 20 décembre 2023 par le procureur spécial de la CRIET, Mario Mètonou.  

 

Selon le magistrat, ce préjudice causé à l’Etat a été découvert dans le cadre d'une enquête ouverte contre Donald ACAKPO, Directeur Général de l’Office Béninois des Sports Scolaires et Universitaires (OBSSU). « Le Directeur Général de I’OBSSU et son Agent comptable ont frauduleusement sorti des caisses de l'office une somme évaluée, pour I'heure, à deux milliards six cent quatre-vingt-quinze millions quatre cent cinquante-deux mille (2.695.452.000) FCFA », précise le procureur.

 

Une somme investie dans une escroquerie de coton

 

Le directeur Donald ACAKPO, dont le procès s’est ouvert le lundi 18 décembre 2023, aurait investi une partie de cette somme dans un projet d'intermédiation dans la commercialisation de fibres de coton proposé par son ami Roland Zossou. Ce nommé Roland Zossou aurait usé de la fausse qualité de neveu de Monsieur Eustache KOTINGAN, Administrateur Général de la SODECO S.A pour faire croire à Donald ACAKPO que son prétendu parent pouvait leur obtenir de juteux contrats.

 

« Pour le convaincre, il a acquis une carte Sim qu'il a insérée dans un téléphone portable différent du sien et a enregistré le numéro de cette Sim dans son propre téléphone portable comme étant celui de Monsieur Eustache KOTINGAN. II a également communiqué ce faux numéro à Donald ACAKPO comme étant celui de Monsieur Eustache KOTINGAN. À partir de ce faux numéro, il a simulé des échanges de messages qu'il a transférés à Donald ACAKPO. Aux multiples messages de Monsieur Donald ACAKPO à ce numéro, C'est Roland ZOSSOU qui répond. Avec ce stratagème, il a convaincu Monsieur ACAKPO à lui remettre des sommes d’argent », précise le procureur.

 

 

Une série de faux courriers au nom de l’IGF et de SODECO

 

Le procureur spécial de la CRIET renseigne que dans sa stratégie de provoquer la remise des sommes d'argent, le prévenu Roland Zossou a également initié une série de faux courriers sous l'en-tête de l’inspection Générale des Finances. « Ces correspondances laissaient planer la menace de contrôles au niveau de l’OBSSU. Sollicité par Donald ACAKPO, Roland Zossou s'est proposé d'empêcher les contrôles, moyennant la remise de fortes sommes d'argent ».

 

Selon le procureur, la perquisition effectuée au domicile de Roland ZOSSOU a permis de retrouver les téléphones ainsi que le numéro configuré au nom d'Eustache KOTINGAN, plusieurs courriers avec l'en-tête de l'Inspection Générale des Finances, et de la SODECO S. De faux cachets au nom de la SODECO S.A et de l'IGF ainsi que des feuilles de papier sur lesquelles Roland Zossou s'est exercé à reproduire la signature de l'inspecteur Général des Finances, ont été aussi retrouvés.

 

Lundi 18 décembre 2023, le procès de ce dossier s'est ouvert devant la chambre de jugement de la CRIET. Le ministère public a sollicité l'incompétence de la chambre de jugement et a souhaité que le dossier soit renvoyé en instruction. Le délibéré est prévu pour le lundi 15 janvier 2024.


Mise en garde aux acteurs publics 

 

Profitant de ce point de presse, le procureur Mario Mètonou rappelle à tous les acteurs publics que toute dépense doit être conforme aux règles de la comptabilité publique et dûment justifiée. Toute remise de fonds en vue d'empêcher la mise en œuvre des mécanismes de contrôle, signale le magistrat, est un acte délictuel sévèrement puni par les dispositions du Code pénal et des lois en vigueur. 

 

« Le détournement de deniers publics est puni de peines allant jusqu'à la réclusion criminelle à perpétuité, outre les peines accessoires et les sanctions disciplinaires. Les procédures suivent leur cours devant la CRIET et je ne manquerai pas de revenir vers vous en cas de nécessité » , a ajouté le procureur Mario Mètonou.
 

Dans la même catégorie
Image d'illustration

CRIET : venu libre à un procès en tant que plaignant, il se retrouve en prison pour faux en écriture

Alors qu'il est venu libre à un procès en tant que plaignant dans une affaire de vente de parcelles,...

Les cinq Nigériens arrêtés au terminal pétrolier de Sèmè-Kpodji sont de retour à Niamey

Retour au Niger des trois Nigériens de WAPCO libérés par la justice béninoise

Cinq agents Nigériens de WAPCO Niger, dont trois ont été détenus pendant près de deux semaines au Bénin...

Des militaires béninois. Images d'illustration

Bénin : un militaire présumé gayman jugé par la CRIET

Un militaire présumé cybercriminel a comparu lundi 17 juin 2024 devant la CRIET pour des faits d'escroquerie...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire