Publicité

Bénin : le fils d'un roi et 03 Bangladais jugés par la CRIET pour terrorisme

Ce jeudi 9 novembre 2023, un Béninois, fils d'un roi du département de la Donga, et trois ressortissants bangladais, ont été jugés pour appartenance à une organisation terroriste. Leur procès fait suite à leur arrestation début octobre 2023 par la police républicaine.

Image d'illustration

Image d'illustration

Soupçonné de terrorisme pour avoir accueilli des ressortissants étrangers, le fils d’un roi du département de la Donga séjourne désormais en prison. C’est l’histoire d’un jeune homme béninois et de trois Bangladais qui ont comparu le jeudi 09 novembre 2023 devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET).

 

Poursuivis pour appartenance à une organisation terroriste, le fils du roi et ses trois ressortissants bangladais plaident non-coupables.  Convoqué à la barre, le fils du roi indique qu’il n’est pas un terroriste. Il précise aux juges que c’est son grand-frère qui vit en Algérie qui lui a  demandé d’héberger ces trois Bangladais. Ces Bangladais devraient immédiatement reprendre la route le lendemain, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

LIRE AUSSI : CRIET : 05 ans de prison requis contre un présumé gayman arrêté en possession de 1146 cartes sims et 546 cartes d'identité

 

Le prévenu ajoute qu’à leur arrivée, il s’est rendu chez le délégué du quartier pour annoncer leur présence. Mais le délégué était absent de sa maison. Ensuite, le jeune homme renseigne qu’il est allé chez le roi pour annoncer la même nouvelle. Ce jour-là, ce roi d'une commune du département de la Donga était en conseil. Le fils n’a donc pu le voir avant qu’il ne soit arrêté avec ses hôtes, confie-t-il à la Cour.

 

Le ministère public représenté par un substitut du procureur spécial a demandé à la Cour de se déclarer incompétente et de renvoyer le dossier en instruction.

 

Son avocat plaide sa libération

 

Me Samari, avocat de la défense, est revenu sur les circonstances de l’arrestation de son client qui n’aurait posé aucun acte qui pourrait justifier les faits de terrorisme. « Quel est l’acte matériel qui justifie sa participation à une entreprise terroriste ? », interroge-t-il.

 

Selon l’avocat, ces trois Bangladais venaient du Ghana et étaient en transit vers un autre pays. Il renseigne qu’ils voulaient juste séjourner dans le département de la Donga avant de reprendre leur chemin le lendemain quand ils ont été interpellés et placés en détention provisoire depuis le mercredi 04 octobre 2023 par la CRIET.

 

L’avocat plaide leur remise en liberté. Le président de céans a renvoyé le délibéré de l’affaire au jeudi 07 décembre 2023. C'est à cette date qu'il va se prononcer sur l'incompétence sollicitée par le ministère public. Le fils du roi et les trois Bangladais restent en détention provisoire, rapporte l’envoyé spécial de Libre Express.

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

ALFA Idrissou

Le nordiste n'a jamais fait la carte d'identité d'un passant avant de l'héberger Cela prouve que le manque d'hospitalité est en jeu d'où une destruction de nos mœurs du Nord Mais il est aussi important de savoir que le monde change donc la prudence doit être au rendez-vous Cependant il y a une chose que nous ne lisons pas. Les bangladais appartiennent à quel groupe terro*riste et quelles sont les preuves ?

11-11-23 à 09:56

François

S

10-11-23 à 09:31

Laisser un commentaire