Publicité

Intervention militaire au Niger : une délégation de la CEDEAO rencontre Bazoum, le Mali et le Bukina Faso déploient des avions de guerre

Une délégation de la CEDEAO a rencontré ce samedi 19 août 2023 à Niamey le président déchu du Niger Mohamed Bazoum et les militaires au pouvoir. Il s'agit d'une mission de médiation de dernière chance avec la junte militaire dirigée par le général Abdourahamane Tchiani alors que le Mali et le Burkina Faso ont déployé des avions de guerre en préparatif à l'intervention militaire de la CEDEAO.

Une délégation de la Cédéao  a rencontre le président déchu Mohamed Bazoum à Niamey ce samedi 19 août 2023.

Une délégation de la Cédéao a rencontre le président déchu Mohamed Bazoum à Niamey ce samedi 19 août 2023.

Une médiation de dernière chance avant l'intervention militaire au Niger ? A Niamey, la délégation de   la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) dirigé par l'ex-chef de l'Etat nigérian Abdulsalami Abubakar est arrivée pour une médiation de dernière chance avec la junte militaire dirigée par le général Abdourahamane Tchiani. Le sultan de Sokoto, Alhaji Muhammad Sa'ad Abubakar fait également partie de la délégation qui a pu rencontrer président déchu Bazoum ce samedi 19 août 2023.

 

Selon RFI, cette rencontre avec les émissaires de la CEDEAO et l'ex-président Bazoum n'a duré que dix minutes et s'est faite en présence du Premier ministre nommé par la junte. Les émissaires de l'organisation sous-régionale étaient venus voir les conditions dans lesquelles est détenu le président renversé, apprend le média français.


La visite de la délégation intervient un jour après que les chefs d'Etat-majors de la CEDEAO se sont déclarés prêts à intervenir au Niger pour rétablir le président déchu Mohamed Bazoum. Elle devrait faciliter une résolution de la crise en cours au Niger. 

 

Des avions de combats déployés au Niger par le Mali et le Burkina

 

Les militaires arrivés au pouvoir depuis le 26 juillet 2023 ont confirmé l'arrivée des représentants de la CEDEAO. Mais le Burkina Faso et le Mali ne sont par inquiéter par la menace d'une éventuelle intervention militaire de la CEDEAO au Niger. Ces deux pays dirigés par des militaires ont déployé vendredi 18 août 2023 des avions de guerre à l'intérieur des frontières du Niger.

 

"Le Mali et le Burkina Faso ont transformé leurs engagements en actions concrètes en déployant des avions de guerre pour répondre à toute attaque contre le Niger", indique un reportage diffusé sur la télévision nationale du Niger. Ces avions déployés sont des avions de combat Super Tucano.

 

La chaîne de télévision a déclaré que les chefs militaires du Burkina Faso, du Mali et du Niger se sont réunis vendredi dans la capitale nigérienne Niamey pour décider de « mesures concrètes » au cas où la CEDEAO choisirait « d'intensifier une guerre ».

 

Les gouvernements militaires du Mali et du Burkina Faso ont dénoncé la décision de la CEDEAO d'intervention militairement au Niger.

Dans la même catégorie
Commune de Kpomassè. Image d'illustration

Bénin : liste des 51 PRMP des communes à statut ordinaire après tirage au sort

Un tirage au sort a permis de désigner les 51 Personnes responsables des marchés publics (PRMP) pour...

L'activiste Kémi Seba perd sa nationalité française

Kemi Seba déchu de la nationalité française pour ses positions anti-françaises

Le mardi 9 juillet 2024, les autorités françaises ont officiellement retiré la nationalité française...

Des drapeaux des pays de la CEDEAO.

Retrait des pays de l'AES de la CEDEAO : les conséquences selon le président de la Commission

Lors du sommet de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) tenu le dimanche 7...

Publicité

Commentaires

Daniel IDANI

J'apprécie énormément. À nos frères qui s'engagent dans une aventure si obscure et dangereuse, méfiez-vous c'est une question de vie ou de mort. J'estime que ce sera fatal pour oseront vouloir honorer la décision dictée à la CEDEAO par la France. Certe le coup d'état perpétré par les juntes demeure un acte condamnable mais pour une sortie de crise,il faut de façon idéal prioriser la diplomatie,precauniser le dialogue afin de partir du contentieux au concensus. Quant au président Talon,vis à vis à situation sociopolitique dégradante dans la sous-région, il devra savoir raison garder. Face à la non transparence financière dans son pays notamment, les quitus fiscaux, les salaires des ministres qui restent inconnus posent un problematique,,,,,,,,,,,,,,,,

25-08-23 à 11:49

AGBAKODJI Georges Romulus

Il serait mieux de dire à nos frères militaire qui iront au Niger que c'est une question de guerre

20-08-23 à 10:17

Laisser un commentaire