Publicité

Le Parlement de la CEDEAO divisé sur l'intervention militaire au Niger

Le parlement de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) est divisé sur une intervention militaire au Niger pour réinstaller au pouvoir le président Mohamed Bazoum.

Des chefs d'Etat de la CEDEAO. Illustration

Des chefs d'Etat de la CEDEAO. Illustration

Les députés du parlement de la CEDEAO réunis en session extraordinaire virtuelle sur la situation politique au Niger, ce samedi 12 août 2023, ont prôné le dialogue, la négociation avant toute intervention militaire dans le pays.

 

Au cours de cette session plénière, un mémorandum a été présenté aux parlementaires de la CEDEAO sur la situation politique au Niger marquée par un coup d'État militaire intervenu le 26 juillet 2023. L'exposé de ce mémorandum a été suivi de discussions au cours desquelles sur les 21 interventions enregistrées par la plénière, 18 étaient contre une quelconque intervention militaire au Niger, 2 pour et une sans avis sur la question.

 

LIRE AUSSI : Niger : la junte dénonce des accords militaires avec la France et menace la Cédéao

 

Ces opposants à toute intervention militaire au Niger, avec à leur tête les parlementaires du Nigeria suivis de ceux du Niger, du Togo et du Bénin ont montré les risques de dégradation de la situation sécuritaire dans la sous-région. Ils évoquent une intervention militaire avec des conséquences négatives sur les populations des pays limitrophes du Niger. 

 

Ces parlementaires ont également demandé au Nigéria de rétablir la fourniture de l'électricité au Niger et la réouverture des frontières pour approvisionner les populations en aliments.

 

Un projet de résolution n'a pu être adopté

 

Un projet de résolution a été présenté à la plénière à la fin des débats, mais il n'a pas pu être voté en raison de l'opposition des parlementaires de la CEDEAO à toute utilisation de la force au Niger. Ils estiment que le terme intervention militaire ne devait pas figurer dans le document si tant est qu'on croie à la démocratie par la majorité qui s'est dégagée au cours des débats.

 

Le Président du parlement de la CEDEAO et des députés ont attiré l'attention de la plénière sur le fait que le parlement, en tant qu'institution de la CEDEAO, ne doit pas aller à l'encontre des décisions prises par la Communauté contre les autorités militaires du Niger.

 

LIRE AUSSI : Coup d’État au Niger : pluie de sanctions de la Cedeao contre les militaires, un ultimatum d'une semaine pour réinstaller Bazoum

 

Pour trancher sur cette question et dégager une position claire du parlement de la CEDEAO, ils ont décidé de mettre en place un comité qui va réfléchir sur la question. À la prochaine réunion, prévue dans deux jours, toujours virtuellement, ces députés vont en débattre.

 

Le parlement de la CEDEAO est composé de 115 parlementaires issus des assemblées nationales des 15 pays membres de la CEDEAO. Lors d'un sommet extraordinaire des chefs d'Etat, la CEDEAO a ordonné le jeudi 10 août 2023 l'activation d'une force en attente pour une éventuelle intervention militaire contre la junte au pouvoir au Niger, mais n'a pas exclu l'utilisation de la voie diplomatique.

Dans la même catégorie
Entrée de l'Assemblée nationale du Bénin à Porto-Novo.

Présumé cas d'exécution extrajudiciaire à Porto-Novo : le gouvernement béninois invité à s'expliquer devant le parlement

Le député Abdou Akim Radji a indiqué à Libre Express avoir interpellé le jeudi 23 mai 2024 le gouvernement...

Le capitaine Ibrahim Traoré, président de la Transition au Burkina. © Présidence du Faso

Burkina Faso : la transition du capitaine Traoré prolongée pour 5 ans

Après une journée d'assises nationales, les représentants de la société burkinabè ont signé ce samedi...

Jacques Rolland Amadou, le nouveau préfet de la Donga nommé par Patrice Talon

Bénin : qui est Jacques Rolland Amadou, le nouveau préfet de la Donga nommé par Patrice Talon

En Conseil des ministres ce mercredi 22 mai 2024, le président Patrice Talon a nommé un nouveau préfet...

Publicité

Commentaires

ASSANI DAGA ROMEO

que les ames des ancetres nigeriens et de tous les africains se levent et chassent ses francais du territoires nigeriens tous disons abat la france

14-08-23 à 11:05

ASSANI DAGA ROMEO

que les ames des ancetres nigeriens et de tous les africains se levent et chassent ses francais du territoires nigeriens tous disons abat la france

14-08-23 à 11:04

Christ-LeBlanc

Félicitations au parlement de la CEDEAO, ce n'est pas fini dans leur résolution nous devons banir la guerre des africains contre les Africains sur tout sa forme. La plus dangereuses de ces guerres est celle faite par les urne la démocratie dictatoriale que subissent les pays francophones. Nous devons banir aussi le franc CFA. Et nous mettre ensemble. Vive l'Afrique, vive l'Afrique Unies !!!

13-08-23 à 01:59

Abraham

Vivent le parlement de la CEDEAO

13-08-23 à 01:43

Dels

Vive le Niger et Vive l'Afrique 👌

13-08-23 à 01:15

Roufaï Ismaïl

Ce que moi je vais demander à nos présidents c'est de faire tout possible de négocier avec les militaires nigériens pour la libération de Bazoum mais pas pour le maintenir comme président de la République le coup d'état est fait et c'est fini la page Bazoum est déjà tourné cultivons la paix , c'est la vie des populations qui est en jeu et nous sommes tous des africains ont doivent rester ensemble pour combattre les terroristes occidentaux

13-08-23 à 11:53

Roufaï Ismaïl

Ce que moi je vais demander à nos précédents c'est de faire tout possible de négocier avec les militaires nigériens pour la libération de Bazoum mais pas pour le maintenir comme président de la République le coup d'état est fait et c'est fini la page est déjà tourné cultivons la paix , c'est la vie des populations qui est en jeu

13-08-23 à 11:48

Roufaï Ismaïl

Ce que moi je vais demander à nos précédents c'est de faire tout possible de négocier avec les militaires nigériens pour la libération de Bazoum mais pas pour le maintenir comme président de la République le coup d'état est fait et c'est fini la page est déjà tourné cultivons la paix , c'est la vie des populations qui est en jeu

13-08-23 à 11:48

MK

Si certains présidents de la sous-région arrivent allégrement à troquer les différentes constitutions de leurs pays afin de s'éterniser au pouvoir sans que la CEDEAO ne puissent rien faire,de la même façon ,la CEDEAO ne devrait s'inquiéter lorsque le peuple d'une manière ou dune autre se lève pour chasser certains présidents du pouvoir quelques soient les moyens utilisés.

13-08-23 à 11:43

Yahaya Abdou Ñiamey Niger

Dans mon esprit ces gens qu'on appelle CEDEAO où quoi ne sont pas des responsables c'est au Niger seulement qu'il y a un coup d'état on a vu et vécu pire que ça dans d'autres pays Africains pourtant rien ne c'est passé parceque ceux qui vous pousse n'ont aucun Intérêt là-bas.Nous ne somme pas des moutons qu'on peut abattre à tout moment, essayé et vous verrez qui nous sommes bande des corrompus.

13-08-23 à 10:47

Delphin GOUVOEKE

N'oublions pas que nos ancêtres de là où ils sont, nous regardent dans nos différents faits et gestes

13-08-23 à 04:19

DAGA Marcellin

Ce que tu fais te fait

13-08-23 à 01:42

Laisser un commentaire