Publicité

CRIET : « Vous faites de la fiction », Désiré Vodonou en colère contre un avocat de la partie civile

Au procès de l'affaire fraude à la carte bancaire, l'ex-député Désiré Vodonou s'est mis en colère le jeudi 11 mai 2023 contre Me Filbert Béhanzin, avocat de la partie civile. À la suspension de l'audience par le juge de la CRIET, il a qualifié de "fictions" les déclarations de l'homme de droit qui défendait une banque dans ce dossier.

L'ex-député, Désiré Vodonou

L'ex-député, Désiré Vodonou

Des déclarations d'un avocat de la partie civile n'ont pas été du goût de l'ex-député Désiré Vodonou. Jeudi 11 mai 2023, la quatrième audience du dossier fraudes à la carte bancaire, dans lequel Désiré et 07 coaccusés sont poursuivis, s'est ouverte à la CRIET à 10 heures 55 minutes. Ce dossier est bien distinct de celui de l'affaire casse d'une banque. Dans l’ancien dossier de casse d’une banque, Vodonou est poursuivi pour deux chefs d’accusation : “Accès et maintien illégal dans un système informatique, escroquerie et blanchiment de capitaux”, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

À l'ouverture de cette nouvelle audience, c'est Me Filbert Béhanzin, avocat d'une banque, qui se dit victime dans ce dossier, a la parole. L'homme de droit a présenté à la Cour ce que la Banque réclame aux prévenus dont Wilfried Ayatodé, Désiré Vodonou et le Sénégalais Sy Sérigne Abdoul Aziz. Il s'agit d'un préjudice d'un peu plus de 628 millions créés par ces prévenus dans l'utilisation d'un Terminal de paiement électronique (TPE), estime l'avocat. 

 

Selon l'avocat, la fouille du téléphone de l'ex-député Désiré Vodonou après son interpellation par la BEF en octobre 2022 a permis de retrouver des messages compromettants. Ces messages portaient sur des cartes bancaires sur lesquelles ils ont débité de l'argent grâce à un TPE. Ces cartes bancaires incriminées étaient envoyées au principal accusé Wilfried Ayatodé qui disposait d'un TPE d'une banque béninoise afin de procéder à l'opération de débit. Quant à l'informaticien sénégalais, Sy Sérigne Abdoul Aziz, il aurait envoyé 10 cartes bancaires volées à Désiré Vodonou pour qu'il envoie à Wilfried Ayatodé afin qu'il débite, selon Me Filbert Béhanzin, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Suspension de l'audience et colère de Vodonou

 

Après les déclarations de Me Filbert Béhanzin, le président de céans, le magistrat Guillaume Lally a suspendu l'audience. L'ex-député Désiré Vodonou, qui retournait s'asseoir dans le box des accusés, s'est mis dans une colère noire contre l'avocat. “Vous faites de la fiction”, a-t-il répété de vives voix à plusieurs reprises.

 

Les policiers qui étaient dans la salle d'audience lui ont demandé de se calmer à plusieurs reprises. À la suite, Désiré Vodonou est sorti de la salle d'audience accompagnée de policiers pour se rendre dans les toilettes, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

07 ans ferme et près d'un milliard d'amendes et dommages-intérêts pour Vodonou

 

À l'audience du jeudi 11 mai 2023, le parquet spécial représenté par Yélinest Ahoueya, l'un des substituts du procureur spécial a fait sa réquisition. Dans ce dossier qui implique Désiré Vodonou et sept coaccusés, le procureur a requalifié les faits de complicité d'escroquerie via internet en complicité de vol pour sept prévenus dont Désiré Vodonou. Il a relaxé au bénéfice du doute trois prévenus et a sollicité la condamnation d'un quatrième prévenu à sept ans de prison assortis de sursis. Pour le cinquième prévenu, le procureur a requis cinq ans de prison dont deux ans fermes et un million d'amendes.

 

Par contre, le parquet spécial a réclamé à la Cour de retenir dans les liens de la prévention de “complicité de vol et de blanchiment de capitaux”, l'ex-député Désiré Vodonou et l'informaticien sénégalais Sy Sérigne Abdoul Aziz. Il a requis sept ans de prison ferme contre eux et 300 millions d'amendes chacun, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Le procureur a requis le nommé Wilfried Ayatodé quatorze ans fermes de prison et six-cent millions d'amendes. Il a également demandé à la Cour de condamner les prévenus Wilfried Ayatodé, Désiré Vodonou, Sy Sérigne Abdoul Aziz et deux autres à payer solidairement à titres de dommages-intérêts six-cents trente millions (630 000 000 francs).

 

N.B : La rédaction du journal Libre Express a constaté une exploitation de certains de ses contenus dont elle a l’exclusivité sans mention de son nom. Toute exploitation de nos contenus sans mention de notre nom et redirection vers l’article concerné sur notre site sera passible de poursuites judiciaires. Respectez le travail de toute une rédaction !

Dans la même catégorie
Des militaires béninois. Images d'illustration

Bénin : un militaire présumé gayman jugé par la CRIET

Un militaire présumé cybercriminel a comparu lundi 17 juin 2024 devant la CRIET pour des faits d'escroquerie...

Le procureur spécial de la CRIET, le magistrat Mario Mètonou

Pipeline Bénin-Niger : la CRIET condamne à 18 mois de prison assortie de sursis les trois Nigériens arrêtés à Sémè-Kpodji

Le parquet spécial de la CRIET représenté par Armand Donald Reagan Hounguè, le premier substitut du procureur,...

Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET)

Bénin : journée de procès à la CRIET pour trois Nigériens arrêtés au terminal de Sèmè-Kpodji

Ce lundi 17 juin 2024 s'ouvre à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET)...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire