Publicité

Bénin : un inquiétant rapport sur la présence d’un nombre important de terroristes dans le Parc W

Intitulé « Contenir l’insurrection jihadiste dans le Parc W en Afrique de l’Ouest. », le nouveau rapport de l'International Crisis Group (ICG) a été présenté le mardi 31 janvier 2023 lors d'un atelier à Niamey. Ce rapport présente une situation inquiétante sur la présence d’un nombre important de terroristes dans le Parc W, une vaste zone protégée transfrontalière, partagée entre le Bénin, le Burkina Faso et le Niger. Mais pas que…

Des rangers béninois au Parc Pendjari. Image d'illustration

Des rangers béninois au Parc Pendjari. Image d'illustration

Une présence croissante de groupes terroristes dans le Parc W et des pistes de solutions pour le Bénin, le Burkina Faso et le Niger. C’est ce qui ressort du nouveau rapport rendu public par l'International Crisis Group (ICG). Selon le rapport d’ICG, des groupes de terroristes utilisent comme base arrière le Parc W partagé entre ces trois pays pour lancer leurs incursions dans la savane ouest-africaine. La présence de ces groupes dans le parc, selon l’ONG, met en péril les efforts de protection de la biodiversité ainsi que les moyens de subsistance des populations des alentours. « Elle risque également d’aggraver l’insécurité dans les pays côtiers avoisinants », souligne le rapport.

 

Le Parc W fait partie du complexe W-Arly-Pendjari (WAP), l’une des plus grandes aires protégées d’Afrique de l’Ouest, qui abrite des éléphants, des lions et d’autres espèces dont les habitats disparaissent progressivement ailleurs. Depuis ses débuts à l’époque coloniale, en 1937, l’effort de protection du Parc W a causé des conflits entre les défenseurs de la nature, qui souhaitaient protéger un site précieux pour la biodiversité, et les habitants, qui considéraient le parc comme une zone de cultures, de chasse et de récolte de fourrage pour leur bétail. Les trois gouvernements qui se partagent la juridiction ont manqué d’argent et de main-d’œuvre pour préserver l’intégrité du parc.  À partir des années 1970, des sécheresses récurrentes ont poussé les populations des zones arides du Sahel vers le pourtour du parc.

 

 

 

Selon le rapport l'International Crisis Group, ces terroristes ont profité de ces problèmes pour s’implanter. En 2018, deux groupes, la Katiba Ansarul Islam et la Katiba Serma ont pénétré dans le parc et en ont pratiquement pris le contrôle à la fin du mois d’août de la même année. Ces terroristes ont utilisé différentes méthodes pour tenter de nouvelles recrues. « Au début, ils ont recruté des brigands qui vivaient dans la forêt et des jeunes en difficulté. Avec le temps, ils ont tissé des liens avec des éleveurs qui, comme eux, vivent dans la brousse », explique l’ONG. Ces deux dernières années, le Parc W est devenu une base importante pour les terroristes, apprend le rapport.

 

Des sources de revenus et des activités illicites pour les terroristes

 

Le rapport de l’ICG évoque également les sources de revenus de ces groupes terroristes qui essayent de prendre le contrôle du Parc W. Ces derniers tirent des revenus en prélevant des taxes sur les mines d’or artisanales, en vendant le bétail qu’ils y gardent et en faisant la contrebande de divers produits. 

 

Le même rapport de ICG souligne que le Park W sert à la fois de refuge et de rampe de lancement pour les terroristes. Ils ont saboté les principales infrastructures du parc, notamment les tours de guet, les forages, les panneaux solaires, les points d’eau et les antennes de réseau mobile. Ils y ont installé leurs camps et dirigent même un tribunal pour juger les violations présumées de la loi islamique et punir la collaboration avec les autorités de l’État.

 

LIRE AUSSI : Lutte contre le terrorisme au Bénin : les plaintes du ministre des Finances, Romuald Wadagni

 

 « Ils emprisonnent ceux qu’ils trouvent coupables à l’intérieur du parc. Le tribunal règle également les différends entre villageois. Jusqu’à récemment, seuls les hommes combattants vivaient dans les camps. Cependant, après que le Burkina Faso a qualifié son côté du parc de zone militaire spéciale, des femmes et des enfants se sont installés dans le parc depuis les villages voisins, apparemment pour demander la protection des djihadistes auprès de l’armée », confie le rapport.

 

À la périphérie du parc, poursuit l’ICG, les terroristes tentent toujours d’imposer la Charia, notamment aux femmes, à qui ils interdisent de sortir seules en public. « Ils s’immiscent dans les relations entre femmes et hommes et ont parfois forcé des jeunes filles mineures à se marier. Ils ont également dû mettre fin à ce qu’ils sont désignés comme des pratiques non islamiques, y compris dans des lieux où les animistes et les chrétiens constituent la majorité de la population », cite le rapport.

 

Des efforts des gouvernements des trois pays pour s’en sortir et des pistes de solution

 

Le rapport souligne que les autorités des trois pays, soutenues par leurs partenaires étrangers, ont fait de gros efforts pour arrêter l’avancée des insurgés terroristes. Elles mettent particulièrement l’accent sur trois axes d’intervention que sont : « Protéger le parc par des actions militaires, améliorer les mécanismes de surveillance et de lutte contre le braconnage, et traiter la question des conflits pour les ressources ». À ces efforts s’ajoutent des actions de protection grâce à une réforme juridique, un renforcement des capacités du personnel de gestion du parc et des programmes concertés visant à impliquer les communautés locales.

 

Mais, selon l'International Crisis Group, leurs efforts n’ont pas suffi, pas davantage que les tentatives visant à améliorer la protection et à atténuer les conflits autour des ressources naturelles dans le parc et aux alentours. ICG invite donc les autorités des trois pays à mieux prévoir leurs actions militaires et s’entendre sur une stratégie commune de protection des populations, passant, le cas échéant, par une offre de dialogue avec les terroristes. Ils devraient également envisager des réformes pour mieux gérer la concurrence pour les ressources dans les environs du parc.

 

LIRE AUSSI : Terrorisme au Bénin : “Notre pays ne tombera pas aux mains de ces lâches”, assure le chef d’Etat-major général Gbaguidi
 

Dans son rapport, l’ICG préconise par ailleurs une action militaire coordonnée, devant laisser la place à des stratégies civiles complémentaires, conjuguée à des réformes de moyen et long terme soutenues par les bailleurs de fonds.  « Au niveau militaire, il faudra une coordination plus solide entre le Bénin, le Burkina Faso et le Niger – même si, par souci d’efficacité, les trois armées devaient continuer à opérer en tant que commandements séparés plutôt que dans un cadre unique. Mais le terrain est difficile, et le coût humain et environnemental d’une action militaire sera probablement élevé. C’est pourquoi, plutôt que de mettre sur une reconquête du parc, les trois pays se sont plutôt concentrés sur une stratégie d’endiguement des groupes armés – notamment autour de Niamey, la capitale du Niger. En parallèle, les trois pays devront s’attaquer aux facteurs de tensions sociales dans les environs du parc, notamment la concurrence autour des ressources. Les autorités pourraient, par exemple, envisager de déclassifier certaines parties des zones tampons du parc pour permettre aux éleveurs de faire paître leur bétail et donner aux agriculteurs des terres à cultiver, même si cette mesure s’éloigne des objectifs de protection. À terme, les trois pays – et d’autres États de la région – pourraient également se pencher sur la question difficile, mais de plus en plus incontournable, de savoir s’il faut encourager les nomades à adopter un mode de vie sédentaire », recommande l’ICG.


L'International Crisis Group (ICG), aussi connu sous le nom de Crisis Group, est une ONG internationale à but non lucratif créée en 1995. Sa mission est de prévenir et d’aider à résoudre les conflits meurtriers grâce à un travail de recherche sur le terrain, des analyses et des recommandations indépendantes.

Dans la même catégorie
Image d'illustration

Bénin : un faux militaire arrêté à Tchaourou déposé en prison

Un individu a été interpellé dans la matinée du mercredi 5 juin 2024 à Tchaourou pour avoir usurpé l'uniforme...

Des militaires de l'armée nigérienne

Le Niger recrute 10 000 jeunes pour renforcer ses forces armées face aux menaces sécuritaires

Le Niger s'apprête à recruter 10 000 jeunes Nigériens cette année pour renforcer l'effectif de ses forces...

Des militaires béninois en opération.

Attaque meurtrière dans le parc de la Pendjari : 7 soldats béninois tués dans une embuscade

Dans une embuscade survenue mardi 4 juin 2024 dans le parc de la Pendjari, au nord du Bénin, 7 soldats...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire