Publicité

Terrorisme au Bénin : psychose chez des enseignants d’une école de Banikoara après l’attaque qui a coûté la vie à un chef village

Des enseignants de l’école primaire publique de Guimbagou sont sous le choc après une attaque terroriste qui a coûté la vie à un chef village dans la nuit du lundi 30 au mardi 31 janvier 2023. Malgré le déploiement des forces de défense et de sécurité dans cette école située dans le nord du Bénin, c’est la psychose chez les enseignants.

Une salle de classe incendiée par des individus armés à l'Epp de Guimbagou à Banikoara, Bénin.

Une salle de classe incendiée par des individus armés à l'Epp de Guimbagou à Banikoara, Bénin.

Au lendemain de l’attaque de l’école primaire publique de Guimbagou, les enseignants ont peur de reprendre le chemin des classes. Selon des informations rapportées par Radio Banikoara, les enseignants de cette école ont abandonné mercredi 1er février 2023 les classes par peur des attaques terroristes.

 

Face à cette situation le directeur départemental des enseignements maternel et primaire, Bio Togou Gounou Zimé, a été obligé de faire une descente sur le terrain pour échanger avec les enseignants de cette école et les parents d’élèves. “Cette situation (l’attaque terroriste, NDLR), a entrainé la panique de tous les enseignants. Ils sont six qui interviennent dans l’école. Ils ont été attaqués, mais aucun d’eux n’a été blessé ni tué. Ils sont tous en vie. On rend grâce à Dieu”-a-t-il déclaré. “À travers cette démarche, nous sommes venus voir comment les cours peuvent reprendre”, a-t-il ajouté

 

Dans cette école du nord Bénin, ce directeur départemental a rassuré les enseignants de la prise par l’Etat béninois des dispositions sécuritaires idoines. “Nous avons déjà un minimum de sécurité qui est assurée dans l'école. Une présence des forces de défense et de sécurité sous la direction d’un chef de corps est déjà présente. Cela me rassure déjà du retour progressif de la sécurité”, confie-t-il au micro de cette radio locale.

 

LIRE AUSSI : Lutte contre le terrorisme au Bénin : les plaintes du ministre des Finances, Romuald Wadagni

 

Selon le directeur, les individus armés non identifiés (IANI) qui ont attaqué cette école publique ont tout détruit sur leur passage. “Les salles de classe surtout les bâtiments neufs construits par la mairie de Banikoara, ces bâtiments, ont été vandalisés, brûlés. Ce bâtiment a reçu des coups de fusils et les portes sont trouées. Tout a été brûlé. Tous les documents pédagogiques, tous les documents administratifs, tout a été brûlé. Nous avons vu tout consumé. C’est vraiment horrible. Tout est parti. C’est une reprise à zéro de toute l’école. C’est décourageant”, a-t-il précisé.

 

Un chef village tué dans l’attaque de cette école

 

Dans la nuit de lundi 30 au mardi 31 janvier 2023, des individus armés non identifiés, venus sur des motos, ont attaqué l’école primaire publique de Guimbagou notamment la maison qui sert de résidence aux enseignants. Les trois enseignants qui étaient présents sur les lieux à l’exception du Directeur ont été maitrisés par ces individus, selon les informations rapportées par Radio Banikoara.

 

Par la suite, leurs téléphones ont été confisqués et ils ont été sommés de garder le silence. Une moto de marque SANYA appartenant à l’un des enseignants a été trainée jusqu’au bâtiment abritant les trois classes de l’école couplées de magasin et bureau du directeur. À ce niveau précis, les agresseurs siphonnent le réservoir de la moto et se servent du carburant pour déclencher l’incendie.

 

La carcasse de la moto d'un enseignant incendiée par de présumés terroristes lors de l'attaque

 

Le bureau du directeur de l’école et deux salles de classes sont incendiés par ces individus armés. Les coups de feu tirés à répétition par ces individus alertent le village qui panique et entre en débandade. Les plus curieux qui avançaient vers l’école ont été retournés de force par des jeux de lumière de lampes torches et des tirs de dissuasion.

 

Selon Radio Banikoara, le chef du village alerté par les nombreux coups de feu a accouru par un autre chemin situé derrière le bâtiment de l’école. Un jeu de lampe torche et le coupe-coupe qu’il gardait à la main renvoie un reflet aux yeux de ces individus en colère. Ils rengainent et transpercent la poitrine du chef de village qui s’écroule à proximité de l’école. Les habitants du village se retirent et gardent le calme jusqu’au petit matin du mardi 31 janvier 2023 avant de regagner les points stratégiques de la bourgade pour appeler les autorités communales à l’aide.

Dans la même catégorie
Interpol. Image d'illustration

Afrique de l’Ouest : 300 interpellations dans une vaste opération contre la fraude financière d’Interpol

Pendant trois mois, l'Organisation internationale de police criminelle (Interpol) a mené une opération...

Un char de l'armée béninoise lors d'un défilé à Cotonou

Le Bénin sécurise son armement avec un système de marquage des armes

Conformément aux directives de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), le Bénin...

Le Général Fructueux Gbaguidi et le chargé du retrait des militaires américains du Niger, le Major Général Kenneth Ekman

Bénin : le général Gbaguidi s'entretient avec le responsable du retrait des troupes américaines au Niger

Le Général de Division Fructueux Gbaguidi, Chef d'État-Major général des Forces armées béninoises (FAB),...

Publicité

Commentaires

Désiré

Quel pays nous sommes? Que Dieu le tout puissant veille sur notre pays le Bénin

03-02-23 à 04:42

Laisser un commentaire