Publicité

Lutte contre le terrorisme au Bénin : la CRIET va désormais juger les militaires déserteurs

Au Bénin, la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) va désormais juger les militaires déserteurs qui ne veulent pas aller au front contre le terrorisme. C’est l’une des nouvelles dispositions de la loi n°2022-37 modifiant et complétant la loi n°2018-16 du 28 décembre 2018 portant Code pénal en République du Bénin. C’est le jeudi 08 décembre 2022 qu’elle a été adoptée par le parlement béninois.

Soldats béninois. Illustration

Soldats béninois. Illustration

Le Bénin prend des dispositions pour éviter toute désertion et infractions de soldats appelés à combattre sur les théâtres d’opérations terroristes. Les députés du parlement béninois ont adopté à l’unanimité le jeudi 08 décembre 2022 la loi n°2022-37 modifiant et complétant la loi n°2018-16 du 28 décembre 2018 portant Code pénal en République du Bénin. Cette loi modifiée prévoit la poursuite devant les tribunaux des militaires qui refusent ou fuient les rangs de l’armée béninoise. Cela, afin de ne pas aller combattre dans les opérations de lutte contre le terrorisme.

 

Selon La Nation, la loi n°2022-37 modifiant et complétant la loi n°2018-16 du 28 décembre 2018 portant Code pénal en République du Bénin est composée de trois articles. Le premier comporte toutes les nouvelles dispositions insérées dans le texte. Ces dispositions sont notamment relatives aux infractions spécifiques aux membres des Forces armées ou de sécurité publiques et assimilées et complètent le titre premier du livre 2 de la loi 2018-16 du 28 décembre 2018 portant code pénal en République du Bénin.

 

LIRE AUSSI : Bénin : 04 terroristes tués et des armes de guerre saisies dans l'attaque de Kérou, l'Armée dresse son bilan

 

L'article 2 de la loi modifiée donne donc désormais compétence à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) de juger les infractions spécifiques aux membres des forces armées ou de sécurité publiques et assimilées, rapporte le même média.

 

Des dispositions qui viennent à propos

 

Depuis novembre 2021, le Bénin a enregistré des attaques terroristes dans sa partie septentrionale, notamment dans les communes de Matéri et de Karimama. L’armée béninoise et les hommes de la police républicaine ont été déployées dans ces zones pour parer à la menace terroriste.

 

Dans ce contexte de lutte contre le terrorisme, cela induit la mobilisation constante des Forces de sécurité et de défense afin d’assurer la protection et la sécurité des populations et l’intégrité territoriale.  “Il convient d’introduire dans le droit positif des dispositions visant à sanctionner toute personne coupable de désertion ou autres infractions connexes ou similaires ; qui pourraient être commises par un membre des Forces de sécurité ou de défense régulièrement incorporé qui, sans droit, rompt le lien qui l’attache à son corps” ;  souligne le rapport de la commission des Lois cité par le même média.

 

LIRE AUSSI : Lutte contre le terrorisme au Bénin : achats d’armement, 80 milliards investis… Patrice Talon fait le point des efforts consentis
 

L’adoption de cette nouvelle disposition doit permettre de renforcer la défense et la sécurité du Bénin. Cela, en la dotant d’un arsenal juridique de définition et de répression des infractions spécifiques aux membres des Forces de défense et de sécurité.

Dans la même catégorie
Interpol. Image d'illustration

Afrique de l’Ouest : 300 interpellations dans une vaste opération contre la fraude financière d’Interpol

Pendant trois mois, l'Organisation internationale de police criminelle (Interpol) a mené une opération...

Un char de l'armée béninoise lors d'un défilé à Cotonou

Le Bénin sécurise son armement avec un système de marquage des armes

Conformément aux directives de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), le Bénin...

Le Général Fructueux Gbaguidi et le chargé du retrait des militaires américains du Niger, le Major Général Kenneth Ekman

Bénin : le général Gbaguidi s'entretient avec le responsable du retrait des troupes américaines au Niger

Le Général de Division Fructueux Gbaguidi, Chef d'État-Major général des Forces armées béninoises (FAB),...

Publicité

Commentaires

Jean-Paul

Pourquoi

17-12-22 à 08:56

Sergio

Que les militaires fassent le travail pour lequel ils sont appelés . Assurer la sécurité et défense de la nation contre le danger. Que l'État béninois fassent d'autres recrut en police et militaire pour avoir plusieurs argents sur le terrain.

15-12-22 à 05:11

Kabirou

Cette loi est primordiale Pour la bonne sécurité Béninoise face aux terrorismes

15-12-22 à 05:04

Lamine

Une lois se promulgue, c'est portée à la connaissance du peuple puisqu'elle va s'appliquer au peuple

14-12-22 à 04:50

Aristide

Ce n'est pas la solution vous risquez de ne pas avoir de nouveau candidats pour le recrutement au sein de l'armée Les trucs comme ça se tait

14-12-22 à 03:37

Angelo ahitcheme

Pourquoi ?

14-12-22 à 02:55

Laisser un commentaire