Publicité

Bénin : Patrice Talon met en place une plateforme et un numéro vert pour dénoncer les actes de corruption

Au Bénin, le gouvernement du président Patrice Talon a rendu public ce jeudi 01 décembre 2022 une plateforme pour dénoncer les faits de corruption. Ce nouvel outil a pour but de mettre fin aux actes de corruption.

Le président béninois Patrice Talon. © Présidence du Bénin

Le président béninois Patrice Talon. © Présidence du Bénin

La lutte contre la corruption entre dans une autre phase au Bénin. Le gouvernement du président Patrice Talon veut afficher désormais une “intolérance zéro’’ envers les faits de corruption au Bénin. Depuis ce jeudi 01 décembre 2022, la plateforme des plaintes et des dénonciations, le nouvel outil pour traquer la corruption, est opérationnel. C’est un outil mis en place par le gouvernement

 

Pour tous les Béninois victimes des faits de corruption, il est dorénavant possible de les dénoncer. Il suffit d’appeler gratuitement un Numéro vert. C’est le 155. Une plateforme est également disponible pour le faire.  C’est la plateforme https://denonciation.bj  pour dénoncer les actes de corruption et de mauvaise gouvernance au Bénin dont vous avez connaissance ou êtes victimes.

 

Les faits de corruption concernés

 

Les faits de corruption qui peuvent être dénoncés sont : “la sollicitation et l’acceptation de pots-de-vin, l'abus de confiance ou l'escroquerie”. Le manquement d'un fonctionnaire dans l’exécution d’actes judiciaires ou de toute autre nature, la fraude en matière douanière (déversement de marchandises déclarées en transit, minoration de la valeur en douane, etc.) et la fraude en matière fiscale. Les faits de corruption qui peuvent être dénoncés sont aussi : l'utilisation abusive ou à des fins personnelles de biens publics, la non-transparence dans les actes de gestion de l’administration publique et autres.

 

Depuis l’arrivée au pouvoir en 2016 de Patrice Talon, le Gouvernement béninois a souhaité afficher une « Tolérance Zéro » contre la corruption. Il a engagé une lutte implacable contre le phénomène de la corruption qui constitue un obstacle au développement du Bénin. Plusieurs réformes normatives et institutionnelles ont été initiées.

 

LIRE AUSSI : Bénin : Talon promulgue la loi permettant au président de la République de suspendre des peines de prison

 

Dans un décret signé le 19 janvier 2022, la Cellule d’Analyse et de Traitements des Plaintes et Dénonciations a été créée. Le Gouvernement a ainsi mis à la disposition de la population, un dispositif de collecte de plaintes et dénonciations relatives à des actes ou faits de corruption, de mauvaise gouvernance, de mauvaise gestion et de pratiques assimilées ou connexes à la corruption.

Dans la même catégorie
Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

La préfecture de Cotonou

Présumée fraude dans l'attribution d'un marché public à la préfecture de Cotonou : 3 collaborateurs du préfet et un chef d'entreprise devant la CRIET

À la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), le procès d’un dossier...

Publicité

Commentaires

Kamy

Le numéro vert ne fonctionne pas

21-05-23 à 02:41

kédji

Votre commentaire c'est très très bon

08-01-23 à 01:43

SOKENOU MAURICE

Je félicite le gouvernement . Je demande au président de n'ai pas baissé les bras pour l'escroquerie , la corruption et surtout la cybercriminalité . Merci

06-12-22 à 05:09

Assokou Hyacinthe

Salut à monsieur le président moi je veux demander si je peux trouver un numéro pour contacter pour écrire je vais fais beaucoup de erreur c'est pourquoi

05-12-22 à 06:27

AZIFFAN Valéry

Escroquerie, corruption, cybercriminalité. Se sont des maux qui ont pour ennemi un seul mot. (''LÉGALISATION''). D'après AZIFFAN Nestor

04-12-22 à 07:07

SOSSOU José

Hum, c'est sérieux.

03-12-22 à 06:26

Fataï

Très bon travail, que notre Seigneur Jésus-Christ fortifie notre Président pour les effort pour permettre à tous les béninois de bénéficier ou de jouir pleinement leur droit. Merci une fois encore.

03-12-22 à 06:21

TOVIKLINDE

C'est une bonne chose Très très bonne chose

02-12-22 à 05:09

TOVIKLINDE

C'est une bonne chose Très très bonne chose

02-12-22 à 05:09

Anselmeso

C'est vraiment super. Que le Président aille de l'avant. Trop c'est trop

02-12-22 à 10:25

ACCLOMBESSI Dodji B.

C'est de la volonté de Dieu que ceux qui commettent un péché soient punis afin de servir d'exemple aux autres. Sinon,le mal va toujours régner. Merci aux autorités en charge de veiller au bon développement de ce pays le Bénin. Il est écrit dans: Ecclésiaste, 8:11 - Parce qu`une sentence contre les mauvaises actions ne s`exécute pas promptement, le coeur des fils de l`homme se remplit en eux du désir de faire le mal.

02-12-22 à 07:38

EBOH Luc

Une très bonne initiative pour mettre fin à certaines choses

02-12-22 à 06:51

Ousmane

C'EST très Bon

01-12-22 à 06:05

Modeste

C'est normal

01-12-22 à 03:32

ZALE Gérard

À quand l'arrestation des tracasseries policières sur nos différents frontière.j'invite nos différentes autorités à y penser.on dit nous sommes pays membres de la CEDEAO, et en réalité l'observance de la libre circulation des personnes et biens doit être parfaite.Actuellement quitter le Bénin pour aller au Burkina Faso en passant par le Togo,toi passager, tu dois payer au moins 5 mille pour les tracasseries policières.tu peux être élèves, étudiants, tu payes ,nos frères et sœurs en souffrent.

01-12-22 à 10:58

ZALE Gérard

À quand l'arrestation des tracasseries policières sur nos différents frontière.j'invite nos différentes autorités à y penser.on dit nous sommes pays membres de la CEDEAO, et en réalité l'observance de la libre circulation des personnes et biens doit être parfaite.Actuellement quitter le Bénin pour aller au Burkina Faso en passant par le Togo,toi passager, tu dois payer au moins 5 mille pour les tracasseries policières.tu peux être élèves, étudiants, tu payes ,nos frères et sœurs en souffrent.

01-12-22 à 10:58

Laisser un commentaire