Publicité

Répression des infractions routières au Bénin : les mises en garde du DGPR Yaya aux policiers

Suite à des informations récurrentes faisant état de comportements déviants de certains fonctionnaires de Police lors des opérations de répression des infractions du code de la route, le Directeur général de la Police républicaine, Soumaïla Yaya a mis en garde les policiers contre les actes de rançonnement. Il réaffirme l'interdiction formelle des actes de rançonnement et invite toute personne témoin ou victime de telles pratiques à les dénoncer par le biais des canaux prévus à cet effet. Des sanctions exemplaires sont annoncés contre les policiers indélicats.

Le Directeur général de la police républicaine Soumaïla Yaya Alabi

Le Directeur général de la police républicaine Soumaïla Yaya Alabi

Le Directeur général de la Police républicaine du Bénin condamne fermement des agissements qui vont à l'encontre des principes éthiques et déontologiques de la police. Selon un communiqué publié le mardi 19 mars 2024, certains agents de police auraient été impliqués dans des actes de demande de paiement de frais de manutention ou de proposition d'aide au paiement des contraventions via leur propre téléphone portable. Par ailleurs, des arrangements informels auraient également été effectués pour éviter les procédures légales.

 

Ces pratiques sont considérées comme des violations flagrantes des directives et des instructions émises dans le cadre des opérations de répression nationale. Le Directeur général de la Police républicaine tient à rappeler à tous les fonctionnaires de police leur devoir d'exemplarité et leur obligation de respecter les règles et les procédures en vigueur. « C’est pourquoi, le Directeur général de la Police républicaine rappelle aux citoyens que les frais de manutention, bien qu’imputables aux contrevenants, ne sauraient être perçus par les unités de la Police républicaine », indique le communiqué.

 

LIRE AUSSI : Police Républicaine : Soumaïla Yaya devient officiellement Inspecteur général de Police de première classe

 

Afin de mettre un terme à ces comportements répréhensibles, le Directeur général de la Police républicaine exhorte vivement les populations à signaler tout acte ou tentative de rançonnement perpétré par les agents de la Police républicaine. Pour ce faire, deux canaux sont mis à leur disposition : le numéro d'urgence 166 et le numéro de contact 21 31 34 81.

 

Enfin, le Directeur général de la Police républicaine tient à se désolidariser de toute pratique de rançonnement et assure les populations que des mesures disciplinaires exemplaires seront prises à l'encontre de tout fonctionnaire de police reconnu coupable de ces actes. Il s'engage ainsi à garantir la transparence, l'intégrité et l'équité dans l'exercice des fonctions de la Police républicaine.
                                                                  
 

Dans la même catégorie
Le porte-parole du gouvernement béninois, Wilfried Léandre Houngbédji. © Présidence du Bénin

Crise Bénin-Burkina : Cotonou annonce l'accueil de 5000 réfugiés burkinabés

Alors que les tensions s'exacerbent entre le Burkina Faso et le Bénin voisin, Cotonou a accueilli il...

Interpol. Image d'illustration

Afrique de l’Ouest : 300 interpellations dans une vaste opération contre la fraude financière d’Interpol

Pendant trois mois, l'Organisation internationale de police criminelle (Interpol) a mené une opération...

Un char de l'armée béninoise lors d'un défilé à Cotonou

Le Bénin sécurise son armement avec un système de marquage des armes

Conformément aux directives de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), le Bénin...

Publicité

Commentaires

Georges amadji

Je me demande si je suis Béninois ! Trop de zèle dans la répression. Ils nous pourchassent jusqu'à dans les vons . Même si les papiers sont à jour, si ce n'est pas " pneus usés" c'est système de freinage qui n'est pas dans les normes. Mettez un peu de l'eau dans vos vins.

22-03-24 à 06:43

Gabbana

Pour le poste des casques est pour nos biens mais les policiers nous traite comme un étranger même si tout les papier sont à jour ils vont créer autre chose pour avoir de l'argent surtout nous qui sont au villages

21-03-24 à 08:19

Firmin ABALLO

C'est vrai la situation n'épargne personne .. Mais nous remarquons que nos agents policiers nous traite comme si nous ne sommes pas des citoyens Béninois .. Que l'eau chaude n'oublie pas qu'elle était froide . Merci beaucoup

21-03-24 à 10:50

Achille AGOSSOU

Ils n'avaient pas pris en compte les agissements des policiers avant de lancer leurs répression là ? Nos agents policiers déversent souvent leurs colères sur nous oubliant que nous subissons tous ensemble.

21-03-24 à 03:40

Laisser un commentaire