Publicité

Niger : les raisons de l'expulsion par la junte de la coordonnatrice de l'ONU, Louise Aubin

La junte militaire au Niger a expulsé ce mercredi 11 octobre 2023 la coordonnatrice du système des Nations Unies (ONU), Louise Aubin. Plusieurs raisons sont évoquées par la junte pour justifier son expulsion dans les 72 heures du territoire nigérien.

La coordonnatrice de l'ONU au Niger, Louise Aubin

La coordonnatrice de l'ONU au Niger, Louise Aubin

Une nouvelle expulsion au Niger. Ce mercredi 11 octobre 2023, le ministère des Affaires étrangères du Niger a, dans un courrier adressé au secrétaire général des Nations Unies, mis fin au mandat de Louise Aubin, la coordonnatrice résidente du système des Nations Unies au Niger.   

 

Les raisons évoquées par le Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP) et le Gouvernement du Niger sont : « les manœuvres sournoises que le Secrétariat Général des Nations Unies continue d'orchestrer, sous Instigation de la France, à travers toutes les entraves déjà posées en vue de contrarier la participation pleine et entière du Niger aux différentes séquences des réunions de la 78ᵉ Session de l'Assemblée Générale de I'ONU ».

 

LIRE AUSSI : Niger : Macron annonce le retrait de l'ambassadeur de France et le départ des militaires français
 

Selon les nouvelles autorités du Niger, « ce sabotage commandité s'est poursuivi à Vienne à l'occasion de la Conférence Générale de l'AIEA du 25 au 29 septembre 2023, à Vienne et au 4ᵉ Congrès extraordinaire de l'Union Postale Universelle (UPU) du 01 au 05 octobre 2023, à Riyad (Royaume d'Arabie Saoudite ».

 


« Au regard de ce qui précède et face à la volonté du Secrétaire Général de nuire au Niger et à son peuple, le Gouvernement décide d'ordonner à l'Ambassadeur, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies, Son Excellence Madame Louise Aubin de prendre toutes les dispositions utiles pour quitter Niamey sous soixante-douze heures (72 H 00) », indique le courrier.


 

Le Niger adopte la même posture que le Mali et le Burkina Faso


Depuis le coup d'Etat qui a renversé le président Mohamed Bazoum, la junte nigérienne adopte la même posture que le Mali et le Burkina Faso. Ces deux pays voisins sont également hostiles aux Nations Unies et à l’ancien colonisateur français depuis la prise du pouvoir par des militaires.

 

Le Burkina Faso a expulsé le coordonnateur résident de l'ONU en décembre 2022, et le Mali a également mis fin à une mission de maintien de la paix de l'ONU qui était là depuis une décennie. Les trois pays font face au terrorisme qui s'est intensifié ces dernières années, provoquant la prise de pouvoir par des militaires qui ont promis d'améliorer la sécurité.

Dans la même catégorie
Des drapeaux des pays de la CEDEAO. Image d'illustration

Législatives 2024 au Togo : la CEDEAO en mission exploratoire

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l'Ouest (CEDEAO) est en “mission exploratoire” au...

Le président de la transition malienne, Assimi Goïta

Mali : les autorités interdisent aux médias la diffusion des activités des partis politiques

La Haute autorité de la communication (HAC) a interdit aux médias maliens la diffusion des activités...

Les opposants Joël Aïvo et Reckya Madougou lors d'un meeting à Porto-Novo en mars 2021

Loi d'amnistie pour Aïvo, Madougou et Cie : la proposition des démocrates programmée au parlement

La proposition de loi portant amnistie et/ou abandon de poursuites judiciaires à l'endroit des personnalités...

Publicité

Commentaires

Issa

Je soutiens les niger

12-10-23 à 07:38

Laisser un commentaire