Publicité

Alliance des Etats du Sahel : 03 choses à savoir sur la charte signée entre le Burkina, le Mali et le Niger

Le Mali, le Burkina Faso et le Niger, trois pays dirigés par des militaires qui ont engagé des bras de fer avec la France, ont signé ce samedi 16 septembre 2023 la Charte du Liptako-Gourma instituant l'Alliance des États du Sahel (AES). Cette nouvelle alliance sonne le glas d'un possible retour dans l'ancien G5 Sahel initié par la France. Voici trois (03) choses à savoir sur l'Alliance des États du Sahel (AES).

Assimi Goita signant  la Charte instituant l'Alliance des Etats du Sahel (AES) ce samedi 16 septembre 2023

Assimi Goita signant la Charte instituant l'Alliance des Etats du Sahel (AES) ce samedi 16 septembre 2023

Trois pays du Sahel se mettent dans une nouvelle alliance pour mieux se protéger. Le projet de la Charte du Liptako-Gourma qui donne naissance à l'Alliance des États du Sahel a été gardé secret jusqu'à l'annonce de sa signature ce samedi 16 septembre 2023. C'est le président de la transition malienne Assimi Goïta qui a rendu public l'information sur son compte X (ancien Twitter). « J’ai signé ce jour avec les Chefs d’Etat du Burkina Faso et du Niger la Charte du Liptako-Gourma instituant l’Alliance des États du Sahel (AES) ayant pour objectif d’établir une architecture de défense collective et d’assistance mutuelle au bénéfice de nos populations », a-t-il écrit.

 

Dans un contexte de menace d'intervention militaire de la CEDEAO au Niger, les militaires au pouvoir à Ouagadougou, à Bamako et à Niamey ont voulu se montrer solidaire en instituant l'Alliance des Etats du Sahel. Cette nouvelle alliance vient combler le vide laissé par le retrait de ces trois pays du G5 Sahel initié par la France. D'ailleurs, le Burkina Faso, le Mali et le Niger ont rompu tous les accords de coopération militaire avec l'ancienne puissance coloniale. L'Alliance des États du Sahel vient donc donner un nouveau souffle à leur bras de fer contre la France.

 

1- Une charte de 17 articles 

 

La Charte du Liptako-Gourma qui institue l'Alliance des États du Sahel est composé de dix-sept (17) articles. Selon l'article 2 de cette charte consulté par Libre Express, l'Objectif visé est « d’établir une architecture de défense collective et d’assistance mutuelle au bénéfice de nos populations ». La République du Mali est désigné comme le dépositaire de la Charte du Liptako-Gourma. 

 

2- Une alliance militaire entre trois pays du Sahel

 

Cette alliance entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger est avant tout militaire. La charte prévoit en son article 6 que : « toute atteinte à la souveraineté et à l'intégrité du territoire d'une ou plusieurs parties contractantes sera considérée comme une agression contre les autres parties et engagera un devoir d'assistance et de secours de toutes les parties, de manière individuelle ou collective, y compris l'emploi de la force armée pour rétablir et assurer la sécurité au sein de l'espace couvert par l'Alliance »

 

LIRE AUSSI : Le Parlement de la CEDEAO divisé sur l'intervention militaire au Niger

 

Par la Charte du Liptako-Gourma, ces trois pays du Sahel s'engagent également à « lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes et la criminalité en bande organisée dans l'espace commun de l'alliance ».

 

3- Mais pas que militaire…

 

« Cette alliance sera une conjugaison des efforts militaires, économiques entre les trois pays », a déclaré aux journalistes le ministre de la Défense du Mali, Sadio Camara. « Notre priorité, c'est la lutte contre le terrorisme dans les trois pays », a-t-il -précisé.

 

La région du Liptako-Gourma est une zone frontalière partagée entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger. Elle est touchée par le djihadisme au cours de ces dernières années. Avec la Charte du Liptako-Gourma, les trois  pays vont conjuguer leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme.

Dans la même catégorie
Des drapeaux des pays de la CEDEAO. Image d'illustration

Législatives 2024 au Togo : la CEDEAO en mission exploratoire

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l'Ouest (CEDEAO) est en “mission exploratoire” au...

Le président de la transition malienne, Assimi Goïta

Mali : les autorités interdisent aux médias la diffusion des activités des partis politiques

La Haute autorité de la communication (HAC) a interdit aux médias maliens la diffusion des activités...

Les opposants Joël Aïvo et Reckya Madougou lors d'un meeting à Porto-Novo en mars 2021

Loi d'amnistie pour Aïvo, Madougou et Cie : la proposition des démocrates programmée au parlement

La proposition de loi portant amnistie et/ou abandon de poursuites judiciaires à l'endroit des personnalités...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire