Publicité

Au Niger, le Français Stéphane Jullien arrêté, Paris demande sa libération immédiate

Le Français Stéphane Jullien, conseiller des Français de l'étranger basé au Niger, a été arrêté le vendredi 08 septembre 2023 par des forces de sécurité nigériennes. L'information de son arrestation a été rendue publique par la France ce mardi 12 septembre 2023.

Image d'illustration

Image d'illustration

Un nouvel épisode dans le bras de fer qui oppose les nouvelles autorités de Niamey et Paris. Ce mardi 12 septembre 2023, la France a annoncé l'arrestation le 8 septembre par les forces de sécurité nigériennes de Stéphane Jullien, conseiller des Français de l'étranger basé au Niger. Le Quai d'Orsay appelle à sa « libération immédiate ».  « Depuis le premier jour, notre ambassade est pleinement mobilisée pour assurer la protection consulaire à notre compatriote », a indiqué la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères et de l'Europe dans une déclaration.


L'arrestation de ce ressortissant français intervient dans un contexte de tension entre Paris et Niamey, depuis le coup d’État militaire du 26 juillet au Niger. La France ne digère toujours pas ce coup de force contre son allié Bazoum. Les autorités françaises considèrent toujours le président renversé Mohamed Bazoum comme le chef de l’Etat légitime du Niger. 

 

Depuis le coup d'Etat survenu au Niger, la France a adopté une position de fermeté. Elle a déclaré qu'elle ne reconnaissait pas le régime militaire qui a renversé Bazoum. « Les putschistes n'ont pas autorité » pour demander le départ de l'ambassadeur, avait ainsi fait savoir le ministère français des Affaires étrangères.

 

LIRE AUSSI : Intervention militaire au Niger : Patrice Talon ne consultera pas l'avis du Parlement

 

La junte, au pouvoir depuis le 26 juillet 2023, avait demandé le départ de l'ambassadeur de France à Niamey, Sylvain Itté. Dans un communiqué, les militaires putschistes avaient indiqué lui avoir donné quarante-huit heures pour quitter le Niger. Les putschistes ont également demandé le départ des forces françaises stationnées au Niger. La France n'a toujours pas répondu favorablement et a gardé en poste son ambassadeur au Niger.

 

Comme ce fut le cas pour les récents coups d'État au Burkina Faso et au Mali, cette prise de pouvoir militaire s'est déroulée dans un contexte marqué par une montée du sentiment anti-français. Certains habitants accusent la France d'interférer dans les affaires du pays.

Dans la même catégorie
Des drapeaux des pays de la CEDEAO. Image d'illustration

Législatives 2024 au Togo : la CEDEAO en mission exploratoire

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l'Ouest (CEDEAO) est en “mission exploratoire” au...

Le président de la transition malienne, Assimi Goïta

Mali : les autorités interdisent aux médias la diffusion des activités des partis politiques

La Haute autorité de la communication (HAC) a interdit aux médias maliens la diffusion des activités...

Les opposants Joël Aïvo et Reckya Madougou lors d'un meeting à Porto-Novo en mars 2021

Loi d'amnistie pour Aïvo, Madougou et Cie : la proposition des démocrates programmée au parlement

La proposition de loi portant amnistie et/ou abandon de poursuites judiciaires à l'endroit des personnalités...

Publicité

Commentaires

Edem

La France n'a pas honte on dirait 😆😆😆😆

13-09-23 à 10:34

Coffi Codjo

On peut débarquer en France avec une troupe d'un pays Africain et refusant de se soumettre aux autorités françaises ?

12-09-23 à 07:19

Gnanbode

Théophile

12-09-23 à 07:11

Laisser un commentaire