Publicité

Intervention militaire au Niger : « Je ne souhaite pas que nos conflits soient réglés par la force », estime Thédore Holo

Au Bénin, l'ex-président de la Cour constitutionnelle Théodore Holo estime que l'intervention militaire préconisée par la CEDEAO n'est pas une bonne solution pour le règlement de la crise politique en cours au Niger.

L'ex-président de la Cour constitutionnelle, Théodore Holo

L'ex-président de la Cour constitutionnelle, Théodore Holo

Comme la CEDEAO, Théodore Holo condamne le coup d'Etat militaire survenu au Niger, mais ne partage pas l'avis de l'Organisation régionale sur l'utilisation de la force pour rétablir l'ordre constitutionnel. Invité de l'émission « De vous à nous » sur Peace FM, ce dimanche 20 août 2023, l'ex-président de la Cour constitutionnelle affirme qu'il n'y avait pas de tension qui justifiait le coup d’État qui a renversé le président Bazoum. 

 

Réunis en sommet extraordinaire à Abuja, les chefs d'Etat et de gouvernement de la CEDEAO ont sanctionné le Niger et ont donné un ultimatum d'une semaine pour rétablir le président Bazoum. Cet ultimatum assorti d'intervention militaire est arrivé à expiration et la CEDEAO a autorisé une intervention militaire au Niger.

 

LIRE AUSSI : Le Parlement de la CEDEAO divisé sur l'intervention militaire au Niger

 

Déplorant le coup de force, Théodore Holo exprime néanmoins son opposition à la résolution de la crise nigérienne par la force telle que préconisée par la CEDEAO. « Je ne souhaite pas que nos conflits soient réglés par la force. Je souhaite que ce soit le droit qui définisse les mécanismes de résolution de nos conflits et que les perdants acceptent aussi la décision de la juridiction constitutionnelle », a-t-il confié.

 

L'ex-président de la Cour constitutionnelle qui se dit être « démocrate dans l’âme » préconise une résolution pacifique de la crise nigérienne. « Il faut d’abord épuiser toutes les voies de la diplomatie et constater l’échec de cette diplomatie avant de recourir à la force. J’espère que le bon sens interviendra pour que les compromis nécessaires soient trouvés afin que la formule qui a toujours marché pour la CEDEAO puisse donner ses résultats », a-t-il exhorté.

Dans la même catégorie
Entrée de l'Assemblée nationale du Bénin à Porto-Novo.

Présumé cas d'exécution extrajudiciaire à Porto-Novo : le gouvernement béninois invité à s'expliquer devant le parlement

Le député Abdou Akim Radji a indiqué à Libre Express avoir interpellé le jeudi 23 mai 2024 le gouvernement...

Le capitaine Ibrahim Traoré, président de la Transition au Burkina. © Présidence du Faso

Burkina Faso : la transition du capitaine Traoré prolongée pour 5 ans

Après une journée d'assises nationales, les représentants de la société burkinabè ont signé ce samedi...

Jacques Rolland Amadou, le nouveau préfet de la Donga nommé par Patrice Talon

Bénin : qui est Jacques Rolland Amadou, le nouveau préfet de la Donga nommé par Patrice Talon

En Conseil des ministres ce mercredi 22 mai 2024, le président Patrice Talon a nommé un nouveau préfet...

Publicité

Commentaires

Coovi Christian

Réfléchissons. Celà ne veux pas dire que je soutiens le Niger mais si vous levez une armée, sachez que ça ne sera pas seulement contre le Niger. C'est une guerre mondiale.

22-08-23 à 02:56

Habib ALLEY

Celà ne signifie pas que je suis d'accord avec le coup d'État. Mais de vous en moi , soyons honnêtes le prix à payer sera lourd .

22-08-23 à 12:48

Cesare y.goudjô-ako ako -finnon

Vous les africains vous voulez faire la guère contre qui vous m'aime vous n'êtes pas honte le président ont les milliards et les paysages ont faim dieu Va gérer l'Afrique

20-08-23 à 05:29

Laisser un commentaire