Publicité

La Russie s'oppose à une intervention militaire de la CEDEAO au Niger

La Russie a mis en garde le vendredi 11 août 2023 contre une intervention militaire au Niger, un jour après que les dirigeants de la CEDEAO ont déclaré qu'ils rassembleraient une force "en attente" pour rétablir le président renversé par un coup d'État.

Le président russe, Vladimir Poutine

Le président russe, Vladimir Poutine

« Nous pensons qu'une solution militaire à la crise au Niger pourrait conduire à une confrontation prolongée dans ce pays africain et à une forte déstabilisation de la situation dans l'ensemble de la région saharo-sahélienne", a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères.

 

Selon la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova, citée par les agences de presse russes, les « problèmes africains (nécessitent) des solutions africaines » et la « menace de recourir à la force contre un Etat souverain ne contribuera pas à désamorcer les tensions et à résoudre la situation dans le pays ».

 

Les dirigeants de la CEDEAO ont approuvé le déploiement d'une "force en attente pour rétablir l'ordre constitutionnel" au Niger, une intervention qui aura lieu dès que possible, avait déclaré jeudi 10 août 2023 le président ivoirien Alassane Ouattara. La CEDEAO n'a pas fourni de détails sur la force à déployer ni sur le calendrier d'action contre les officiers militaires qui ont pris le contrôle du Niger il y a deux semaines, destituant Mohamed Bazoum à la présidence.

 

Mais à son retour à Abidjan du sommet d'urgence dans la capitale nigériane Abuja, Ouattara a déclaré : « Les chefs d'état-major auront d'autres conférences pour finaliser les choses, mais ils ont l'accord de la Conférence des chefs d'État pour que l'opération commence dès que possible.»

 

LIRE AUSSI : Niger : des milliers de partisans du coup d'Etat manifestent dans un stade de Niamey

 

La Côte d'Ivoire va fournir un bataillon de 850 à 1 100 hommes aux côtés de soldats nigérians et béninois, et d'autres pays les rejoindraient.« Nous sommes déterminés à rétablir le président Bazoum dans ses fonctions», a précisé Ouattara.

 

Plus tôt, à Abuja, le président de la Commission de la CEDEAO, Omar Touray, avait annoncé le déploiement de la force du bloc. Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a appelé à une solution non violente pour inverser le coup d'État, louant la "détermination de la CEDEAO à explorer toutes les options pour la résolution pacifique de la crise" dans un communiqué jeudi. L'ancienne puissance coloniale française a apporté son "plein soutien à toutes les conclusions" auxquelles la CEDEAO est parvenue.

 

Mais alors même que le sommet a eu lieu, les nouveaux dirigeants militaires du Niger ont décidé de consolider leur position et ont signalé un nouveau défi en nommant un nouveau gouvernement. Un cabinet de 21 membres sera dirigé par le Premier ministre Ali Mahaman Lamine Zeine, un civil, avec des généraux du nouveau conseil de gouvernement militaire à la tête des ministères de la Défense et de l'Intérieur.

 

Les putschistes ont déjà défié l'ultimatum fixé par la CEDEAO une semaine plus tôt pour réintégrer Bazoum – détenu depuis le 26 juillet 2023 – sous peine d'une éventuelle intervention militaire.

 

A Abuja, le président nigérian Bola Tinubu, qui a présidé la réunion de crise, a déclaré : « Tout n'est pas encore perdu » pour une « solution pacifique, comme feuille de route pour restaurer la démocratie et la stabilité ». Mais il a ajouté : « Aucune option n'est retirée de la table, y compris le recours à la force en dernier recours."

Dans la même catégorie
Des drapeaux des pays de la CEDEAO. Image d'illustration

Législatives 2024 au Togo : la CEDEAO en mission exploratoire

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l'Ouest (CEDEAO) est en “mission exploratoire” au...

Le président de la transition malienne, Assimi Goïta

Mali : les autorités interdisent aux médias la diffusion des activités des partis politiques

La Haute autorité de la communication (HAC) a interdit aux médias maliens la diffusion des activités...

Les opposants Joël Aïvo et Reckya Madougou lors d'un meeting à Porto-Novo en mars 2021

Loi d'amnistie pour Aïvo, Madougou et Cie : la proposition des démocrates programmée au parlement

La proposition de loi portant amnistie et/ou abandon de poursuites judiciaires à l'endroit des personnalités...

Publicité

Commentaires

Lokonon Paul

Laisser le Bénin en Paix nous cherchons quoi manger.

13-08-23 à 11:48

Abdel MOCTARD .J.B/NY NIGER

Les pR. de la Cédéao ,s'ils 'ont pas initiatives intélect, ils n'ont k îmité UE qui , est devenue CE ,donc plus performent . Je leurs suggèrent , de diminuer leur vin ,avant de le boire : Suspendre les sanctions , faire une délégation de 3 à 5 membres des PR en fonction et demandez une audience au chef du 'gouvernement de la 'nouvelle République.(Considérations peuvent abaisser la pression ).

12-08-23 à 06:09

Laisser un commentaire