Publicité

Affaire comptes mobile money vidés depuis la prison de Missérété : la femme et la soeur du gayman donnent leur part de vérité

La deuxième audience dans le procès du gayman, poursuivi pour avoir vidé les comptes mobile money d'une soixantaine de marchands depuis la prison de Missérété, s'est ouverte ce lundi 17 juillet 2023. La femme et la sœur de ce gayman ont donné leur part de vérité dans ce dossier.

Image d'illustration

Image d'illustration

Une nouvelle audience dans le dossier du gayman videur de compte Momo. Lors de l'audience du lundi 26 juin 2023, vingt-et-un (21) marchands sur une soixantaine de victimes avaient comparu pour réclamer plus de onze millions FCFA à un gayman poursuivi pour avoir vidé leurs comptes momo. Dans ce dossier, dix-neuf (19) personnes sont poursuivies par le parquet spécial de la CRIET. Parmi ces prévenus se trouvent deux femmes dont l'épouse et la sœur du détenu gayman videur de compte Momo, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Trois chefs d'accusation pèsent contre les prévenus. Il s'agit des charges : “d'escroquerie via internet, blanchiment de capitaux et abus de fonction”. Parmi les dix-neuf (19) personnes poursuivies figurent également neuf policiers qui sont des gardes pénitenciers à la prison civile de Missérété.

 

Six policiers parmi eux ont été placés en détention provisoire début juin 2023 par le parquet spécial de la CRIET et 03 autres comparaissent libres. Il leur est reproché des faits d'abus de fonction. Selon l'accusation, ils auraient aidé le principal accusé incarcéré à la prison civile de Missérété pour cybercriminalité à vider les comptes de plus de 60 marchands de Momo, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

La femme du gayman donne sa part de vérité 

 

À l'ouverture de l'audience ce lundi 17 juillet 2023, le premier prévenu qui a été entendu par les juges de la CRIET est la nommée K.A.G. Elle est esthéticienne et femme du gayman depuis quatre ans. À la barre, les interrogations du juge ont tourné sur le métier de son mari avant son arrestation et sa condamnation en 2019 à sept ans de prison pour des faits de cybercriminalité. Selon la déposition de la femme, son mari lui aurait déclaré qu'il fait dans les changes et transferts d'argent. 

 

Interrogée sur les raisons de l'arrestation de son mari, la prévenue a déclaré que le gayman lui aurait indiqué qu'il est en prison à cause de ses activités de transferts d'argent. Mais, la femme a confié à la Cour qu'elle n'a pas voulue trop en savoir sur les véritables raisons de son incarcération. Elle a déclaré par la suite que son mari même en prison lui envoyait par mois entre 200 000 et 300 000 FCFA pour ses soins. La femme a même confié qu'elle s'est battu avec son mari dans un hôpital de Porto-Novo à cause d'une affaire d'infidélité, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

LIRE AUSSI : Bénin : vidés depuis la prison de Missérété par un détenu, 21 marchands Momo réclament 11 millions FCFA à la CRIET

 

Dans ce dossier, ce gayman condamné à sept ans de prison aurait également acheté une voiture range rover à cette femme depuis sa cellule de la prison de Missérété. La femme a déclaré à la barre que son mari ne lui avait pas acheté de voiture et qu'elle n'a jamais conduit la voiture en question. Elle a précisé qu'elle n'a ni voiture ni moto. La femme a signalé à la Cour que le gayman avait acheté une voiture qui était garée dans sa maison et qui était destinée à la location. Cette voiture était louée de temps en temps.

 

Au cours de sa déposition, le parquet spécial de la CRIET a par ailleurs écouté la femme du gayman sur un message lié à la cybercriminalité retrouvé dans son téléphone. Elle a rejeté les faits de cybercriminalité. La nommée K.A.G. a précisé à la Cour que le téléphone sur lequel ce message a été retrouvé en question était également utilisé par ses collaborateurs au niveau de son salon de beauté. La femme a signalé que ce message pourrait être celui de l'un de ses collaborateurs.

 

La sœur du gayman à la barre

 

Convoquée à la barre, la nommée K.E, sœur du gayman, a reconnu avoir régulièrement envoyé de l'argent à son frère gayman Erno pour les soins liés à sa maladie de diabète. Dans sa déposition, elle a déclaré avoir notamment envoyé une somme de 150 000 f à son frère en prison pour ses soins. Cette jeune dame a été arrêtée le vendredi 19 mai 2023 en compagnie de son mari. Elle n'a pas nié n'avoir pas reçu de l'argent de l'argent de son frère gayman. Mais, elle affirme à la barre n'avoir pas reçu plus de 500 000 FCFA de son frère.

 

Selon le parquet spécial, cette dame aurait supprimé un mail contenant un mot de passe envoyé par son frère gayman. Interrogée à ce sujet, elle a déclaré que son frère l'a appelé depuis la prison pour lui demander de supprimer ce mail qu'il aurait envoyé par erreur. Par la suite, elle a confié avoir demandé l'aide de son mari pour l'aider à supprimer ce mail. À la barre, le mari de la sœur a reconnu l'avoir aidé à supprimer un mail. Il est également revenu sur les circonstances de leur interpellation à Cotonou avant de signaler qu'il n'a rien à avoir dans le dossier, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Un fonctionnaire de police écouté

 

Dans ce dossier, un fonctionnaire de police poursuivi sans mandat de dépôt, a été entendu à l'audience de ce lundi 17 juillet 2023. L'homme est gardien à la prison civile de Missérété. Convoqué à la barre, le policier a déclaré qu'après un transfert du détenu gayman pour des soins de santé, ce dernier a donné son numéro de téléphone aux agents de l'hôpital.

 

Le gayman aurait donné son numéro afin que son père puisse passer chercher ses affaires dans l'hôpital. Ce policier a déclaré à la Cour qu'il n'est en rien impliqué dans ce dossier. Le président de céans a ensuite suspendu l'audience et l'a renvoyé au lundi 24 juillet 2023 pour continuation, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

N.B : La rédaction du journal Libre Express a constaté une exploitation de certains de ses contenus dont elle a l’exclusivité sans mention de son nom. Toute exploitation de nos contenus sans mention de notre nom et redirection vers l’article concerné sur notre site sera passible de poursuites judiciaires. Respectez le travail de toute une rédaction !

Dans la même catégorie
Des militaires béninois. Images d'illustration

Bénin : un militaire présumé gayman jugé par la CRIET

Un militaire présumé cybercriminel a comparu lundi 17 juin 2024 devant la CRIET pour des faits d'escroquerie...

Le procureur spécial de la CRIET, le magistrat Mario Mètonou

Pipeline Bénin-Niger : la CRIET condamne à 18 mois de prison assortie de sursis les trois Nigériens arrêtés à Sémè-Kpodji

Le parquet spécial de la CRIET représenté par Armand Donald Reagan Hounguè, le premier substitut du procureur,...

Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET)

Bénin : journée de procès à la CRIET pour trois Nigériens arrêtés au terminal de Sèmè-Kpodji

Ce lundi 17 juin 2024 s'ouvre à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET)...

Publicité

Commentaires

LOKO Angelo

Le gouvernement fait des efforts considérables pour rendre docile les indélicats et les cupides. J'aimerais qu'il soit recommandé désormais que certains procès soient en direct sur nos chaînes de télévision. Je vous assure que la honte est aussi une sévère chicotte qui redresse.

17-07-23 à 03:52

Laisser un commentaire