Publicité

Bénin : le procureur Mario Mètonou assure que la CRIET n'est pas une machine à broyer les opposants de Patrice Talon

Procureur spécial près la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), Mario Mètonou a assuré ce lundi 03 juillet 2023 que cette juridiction n'est pas une machine à broyer les opposants au régime du président Patrice Talon. Sa juridiction est indépendante et ne reçoit pas d'ordre venant d'un bras politique actuel, confie-t-il dans une interview diffusée par Bip Radio.

Le procureur spécial près la CRIET, le magistrat Mario Mètonou.

Le procureur spécial près la CRIET, le magistrat Mario Mètonou.

Accusée de broyer les opposants au régime de Patrice Talon, la CRIET n'est rien de tout ce qui se raconte à son sujet dans l'opinion publique nationale et internationale. C'est son procureur, le magistrat Mario Mètonou qui l'affirme dans une interview accordée à Bip radio. « La plupart des personnes que j'ai poursuivies pour des infractions économiques sont des personnes qui se réclament non pas de l'opposition, mais de la gouvernance actuelle (celle de Patrice Talon, NDLR) », a-t-il répondu aux accusations de l'opposition sur la CRIET.

 

Le procureur Mario Mètonou a pris ses fonctions au parquet spécial de la CRIET en janvier 2021 quelques mois avant la dernière présidentielle. Lors de ces élections, des opposants au régime du président Patrice Talon ont été mis aux arrêts et poursuivis par le parquet spécial de la CRIET pour des faits de terrorisme et de blanchiment de capitaux. 

 

Les plus brillants opposants condamnés à des peines de prison allant de 10 ans à 20 ans de prison sont le professeur Joël Aïvo et l'ex-garde des sceaux Reckya Madougou. Depuis ces évènements, plusieurs opposants au régime du président Patrice Talon ont accusé la CRIET d'être une juridiction aux ordres.

 

LIRE AUSSI : Cybercriminalité au Bénin : "Nous avons 1188 détenus dans les prisons", selon le procureur spécial de la CRIET

 

Pour le procureur Mario Mètonou, la CRIET n'est pas aux ordres. “ Il n'y a pas eu depuis que je suis là une seule procédure, une seule poursuite que j'ai voulue engager et j'ai été retenu par le bras politique. Il n'y en a pas eu une seule”, a-t-il déclaré à Bip Radio. Le magistrat assure que la juridiction dont il dirige le parquet spécial est “totalement indépendante”.

 

Au Bénin, la CRIET a été instituée en juillet 2018 par la loi n° 2018-13 du 2 juillet 2018 relative à sa création. Elle a pour compétence de lutter contre les infractions économiques, la cybercriminalité et le terrorisme. Mais, en 2021, le législateur a renforcé les prérogatives de la CRIET. Elle a également pour compétence de lutter contre les infractions liées aux genres.

Dans la même catégorie
Image d'illustration

CRIET : venu libre à un procès en tant que plaignant, il se retrouve en prison pour faux en écriture

Alors qu'il est venu libre à un procès en tant que plaignant dans une affaire de vente de parcelles,...

Les cinq Nigériens arrêtés au terminal pétrolier de Sèmè-Kpodji sont de retour à Niamey

Retour au Niger des trois Nigériens de WAPCO libérés par la justice béninoise

Cinq agents Nigériens de WAPCO Niger, dont trois ont été détenus pendant près de deux semaines au Bénin...

Des militaires béninois. Images d'illustration

Bénin : un militaire présumé gayman jugé par la CRIET

Un militaire présumé cybercriminel a comparu lundi 17 juin 2024 devant la CRIET pour des faits d'escroquerie...

Publicité

Commentaires

K

J'espère que quand ce régime ne sera plus là ,il tiendra les mêmes propos .

03-07-23 à 10:11

Laisser un commentaire