Publicité

CRIET : un jeune de 24 ans risque 05 ans de prison pour avoir soutiré 16 millions FCFA de crédits à MTN Bénin

Au Bénin, un jeune informaticien de 24 ans poursuivi pour avoir soutiré 16 millions FCFA de crédits au réseau MTN risque cinq ans ferme de prison. Son procès a eu lieu le lundi 22 mai 2023 à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET)

Le siège MTN Bénin à Cotonou. Image d'illustration

Le siège MTN Bénin à Cotonou. Image d'illustration

Une affaire de vols de crédits à MTN Bénin digne d'un film de hacker informatique. Le nommé A.F. âgé de 24 ans et titulaire d'un Bachelor en intelligence artificielle a comparu le lundi 22 mai 2023 devant la CRIET. Placé en détention provisoire depuis quelques semaines, il est reproché au prévenu d'avoir soutiré 16 millions de crédits au réseau MTN Bénin. Il a commis ce forfait alors qui travaillait pour Ouranos ICT Services, une société qui gère en partie le volet crédit de MTN-Bénin, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Convoqué à la barre, le jeune homme a reconnu les faits, mais souligne à la Cour n'avoir soutiré que 06 millions de crédits à MTN-Bénin. Des représentants de la société Ouranos ont également fait leur déposition lors de l'audience.

 

Selon ces représentants, le prévenu a été recruté au sein de cette société en octobre 2021. Dans le cadre de sa mission, le jeune homme avait accès au système informatique de l'entreprise en ayant pour mission de traiter les requêtes crédits des clients de MTN Bénin. Mais, le prévenu a compris qu'il pouvait aussi profiter du système en introduisant ses propres requêtes de montants de crédits. Ce jeune homme aurait soutiré en tout 16 millions FCFA de crédits, selon ces représentants.

 

Le procureur réclame 05 ans de prison ferme

 

Le ministère public représenté par le procureur Armand Hounguè, premier substitut du procureur spécial de la CRIET a fait sa réquisition. A l'analyse des faits, le parquet spécial souligne que le jeune homme de 24 ans s'est rendu coupable des infractions de vols de données informatiques.

 

Il a réclamé cinq ans de prison ferme contre le jeune homme. Le procureur a également demandé la condamnation du prévenu à payer 18 millions FCFA à la société pour toute cause de préjudice subi, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express.

 

Son avocat plaide pour une clémence de la Cour envers “un génie”

 

La défense de l'accusé a plaidé la clémence de la Cour envers son client. “Il est titulaire d'un Bachelor en Intelligence artificielle. C'est un génie qu'on ne saurait enfermer dans les décombres de la prison”, a-t-il déclaré. Selon l'avocat, ce jeune homme est titulaire d'un diplôme informatique qui est fortement recherché par le gouvernement béninois actuel. Il souligne que sa condamnation entrainerait le gouvernement à aller rechercher des cerveaux étrangers alors que le pays dispose de ce jeune Béninois qu'on peut recruter.

 

Selon l'avocat, son client a généré du crédit, il ne l'a pas volé. L'homme de droit a souligné que son client ne savait pas ce qu'il faisait. "Vous ne ferez pas ça. C'est un jeune à qui il faut tirer un peu les oreilles'', a ajouté l'avocat qui plaide la clémence de la Cour.

 

Le délibéré du dossier a été renvoyé au lundi 26 juin 2023. Ce jeune homme est retourné en prison.

 

N.B : La rédaction du journal Libre Express a constaté une exploitation de certains de ses contenus dont elle a l’exclusivité sans mention de son nom. Toute exploitation de nos contenus sans mention de notre nom et redirection vers l’article concerné sur notre site sera passible de poursuites judiciaires. Respectez le travail de toute une rédaction !

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

xman

M. le journaliste, Quelqu'un qui se sert de compétences acquise au poste et qui s'en sert pour se faire plaisir n'est aucunement un hacker... il n'y rien à qualifier de cyber hacking dans ce cas précis. Je remplace juste un numéro par un autre pour exécuter une commande que je dois exécuter régulièrement ne signifie pas que je suis un génie.. Je n'ai rien contre ce jeune homme et je lui souhaite bonne chance pour s'en sortir. Arrêter juste de qualifier tout acte ayant rapport à un système informatique comme du hacking. Aller un peu chercher la définition du mot.

23-05-23 à 12:18

Laisser un commentaire