Publicité

Blocage du pétrole nigérien : le premier ministre du Niger répond à Patrice Talon et tacle le Bénin

Le premier ministre du Niger, Lamine Zeine Ali Mahaman, a critiqué à nouveau les autorités du Bénin pour avoir enfreint les accords établis entre les deux pays ainsi qu'avec la Chine concernant l'exportation du pétrole brut nigérien. Lors d'une conférence de presse le samedi 11 mai 2024, il invite le gouvernement du président Patrice Talon à respecter les engagements pris dans le cadre du projet du pipeline Niger-Bénin.

Le Premier ministre du Niger, Ali Lamine Zeine

Le Premier ministre du Niger, Ali Lamine Zeine

Dans le bras de fer entre Cotonou et Niamey, le Niger maintient sa position de fermeté en attendant des garanties de sécurité de la part des autorités béninoises. Selon des informations rapportées par l’Agence nigérienne de presse (ANP). Le premier ministre nigérien, Lamine Zeine Ali Mahaman, a déclaré lors d'une conférence de presse tenue le samedi 11 mai 2024, que les autorités béninoises ont violé les accords conclus entre le Niger, le Bénin et la Chine concernant l'exportation du pétrole brut nigérien depuis la plateforme de Sémé.

 

Le premier ministre nigérien justifie cette sortie médiatique par un devoir de répondre aux propos du président Patrice Talon qui a décidé d’imposer un blocus total sur l'exportation du pétrole brut nigérien via le port de Sèmè-Podji. Il a rappelé que des mesures réglementaires avaient été prises pour encadrer la réalisation du pipeline Niger-Bénin. Ali Lamine Zeine apprend que plus de dix accords ont été signés entre le Niger et le Bénin pour garantir que rien ne puisse entraver cet objectif.

 

LIRE AUSSI : Transit du pétrole nigérien bloqué par le Bénin : le premier ministre nigérien dédouane son pays et implique la Chine

 

"Mais tous ces accords ont été violés par les autorités béninoises", a déclaré Ali Lamine Mahamane Zeine qui souligne qu'il existait un accord bilatéral entre le Niger et le Bénin, un autre accord bilatéral entre le Bénin et la Chine, ainsi qu'un accord tripartite.

 

Le premier ministre a cité un passage de l'accord signé par les autorités béninoises le 5 août 2019, qui stipule que "l'Etat béninois ne modifiera, n'annulera, ne résiliera (...) les effets du présent accord de tout autre document du projet ou document de financement sans le consentement écrit, préalable de la société et du projet même."

 

Pour le premier ministre, le Niger avait inclus des dispositions dans cet accord qui permettaient au pétrole brut nigérien de circuler librement et d'être présenté sur le marché international. Il a également rappelé que les règles internationales interdisent d'empêcher un pays enclavé d'avoir accès à la mer.

 

Le Bénin accusé à nouveau de vouloir déstabiliser le Niger

 

Le premier ministre a aussi abordé la question de la fermeture des frontières entre le Niger et le Bénin, expliquant qu'elle était motivée par des raisons de sécurité. Il a révélé l'existence de cinq bases connues et documentées sur le territoire béninois où des terroristes étaient formés pour déstabiliser le Niger.  «Il y a des bases en République du Bénin, y compris certaines dans lesquelles on entraîne des terroristes qui doivent venir déstabiliser notre pays », a-t-il accusé. "Le Niger est prêt à rouvrir sa frontière lorsque nous aurons la certitude que notre territoire est en sécurité", a-t-il précisé.

 

LIRE AUSSI : Patrice Talon : « Si demain Niamey accepte de collaborer, les bateaux pourront embarquer le pétrole nigérien »


Quant à la contrebande de céréales en provenance du Bénin, le premier ministre nigérien affirme que le Niger n'avait jamais demandé que ces céréales entrent frauduleusement sur son territoire. il a souligné que le Niger avait fait preuve de tolérance en raison des liens entre les populations des deux pays.

 

Dans la même catégorie
Des députés à l'Assemblée nationale du Bénin

Parlement béninois : une première session parlementaire 2024 productive avec 17 lois adoptées

Lors de la première session ordinaire 2024, l'Assemblée nationale du Bénin a adopté 17 lois et autorisations...

L'ex-président du Bénin, Thomas Boni Yayi chez Bruno Amoussou

Mort du Père Jacques Amoussou : les condoléances de Boni Yayi à son frère Bruno Amoussou

Le jeudi 18 juillet 2024, l'ex-président Bénin, Boni Yayi, s'est déplacé au domicile de Bruno Amoussou,...

Image d'illustration

Conseil des ministres au Bénin : les grandes décisions du mercredi 17 juillet 2024

Le chef de l'État Patrice Talon et ses ministres se sont réunis à nouveau en session ordinaire du Conseil...

Publicité

Commentaires

Djivo Mathias

Le Niger croyais joué au malin avec le Bénin ce qui n'est pas du tout bon voir le sens d'amitié Bénin Niger Le président talon, n'a rien demandé que le favoritisme des deux pays,le président nigérien insiste a garder tjrs la frontière fermé,je vois ce comportement enfantin Donnant raison que les Français chassé de chez lui son accueillir par le Bénin, après tout c'est les populations qui va souffrir. Je demande humblement au deux dirigeants de se souvenir des pauvres population. A plus forte raison président Nigérien doit permettre l'ouverture de frontière rien d'autre que celà ce que demande Talon L'ennemi de l'autre peux être amis de l'autre.

13-05-24 à 12:18

AVOCEVOU Innocent

Ce que le président du Niger fabrique avec le Bénin,il va croire que le peuple Nigérien est d'accord.Cest le sang qui unie ces pays quelques soient ce que le président nigérien féra il ne peut jamais briser la relation du sang entre le Bénin et le Niger pays frère et ami inséparable.

13-05-24 à 04:27

KIDES

Le Niger aussi n'a qu'à mettre de l'eau dans son Vin. Aucune base du genre n'existe au be'in

12-05-24 à 10:30

KIDES

Le Niger aussi n'a qu'à mettre de l'eau dans son Vin. Aucune base du genre n'existe au be'in

12-05-24 à 10:30

*Leader Richard depuis le Bénin ✍️.*

Le Bénin peut faire preuve d'ignorance pour vaquer à ses occupations. Si effectivement des accords ont été signés au paravent, nous ne pouvons pas se référer à une seule frontière fermée pour se ridiculiser devant autre pays qui ne nous apporte apparemment rien. Laissons le Niger exploiter ses ressources librement. Nous sommes tous des africains et nous devons préserver et assurer la sécurité de nos arrières. Je souhaite que le Président Patrice TALON oublie la situation du Niger et de même que le président du Niger oublie le problème de la CEDEAO pour que les deux Pays puissent tisser à nouveau des relations pouvant favoriser la bonne relation et l'évolution des citoyens les jours à venir. Bonsoir chez vous et que la paix règne en Afrique de l'ouest 💯

12-05-24 à 07:05

Le Phoenix

Mon frère,on n'a jamais demandé à personne d'oublier ses blessures. Il faut aussi que tu saches qu'aucun article n'a qu'il faut fermer la frontière après un coup d'État mais je te rappelle que le Niger fait partie de la CEDEAO dont les pays membres sont régis par des normes internationales et communautaire. Donc si les frontières étaient c'est parce que cela d'un commun accord des chefs d'État, ils pourraient trouver autre sanction après ce coup d'État c'est ce qu'ils ont préféré ça. Et ça avait été la même sanction lors des coups d'État au Mali et au Burkina Faso, leurs peuples en avaient bavé mais comme ces populations soutenaient vivement les putsch perpétrés chez eux,la CEDEAO les a laissé et a levé les sanctions. Donc les autorités nigériennes s'attendaient à quoi après avoir fait un coup d'État dans un pays membre de la CEDEAO ? Ils pensaient que la CEDEAO allait se réunir les féliciter ? Ne cherchez pas à nous embrouiller,gardez vos frontières fermées mais arrêter d'accuser notre pays d'abriter des militaires français 😡😡 Vous pouvez détourner notre pinepline,on s'en fout. Si les populations voient deux ou trois militaires français avec ceux du Bénin, ils vont commencer à crier qu'il y a une base française.Retenons que général Tiani et sa compagnie cherchent un bouc émissaire pour aveugler deux peuples. Il est entrain de décevoir les efforts de tout un peuple,ce peuple qui lui a fait confiance et qui s'était aligné pour le soutenir lors du coup d'État. Ce peuple souffre aujourd'hui et il y en a qui commence déjà à plaindre de votre arrivée au pouvoir. Avant vous, le Mali et le Burkina Faso ont fait des putsch, jusqu'à présent, leurs peuples les soutiennent. Vous n'avez pas encore fait un an et depuis votre putsch, vous êtes toujours en conflit avec des gens, quand est-ce que vous pensez souvenir du peuple ? Pensez-vous que c'est coup d'État là on mange ? Le président Bazoun quand même vous avez dit qu'il nourrit les intérêts de la France,il n'afamait pas son peuple. Vous cherchez un alibi pour ne pas ouvrir la frontière parce que vous vous êtes fait des amis qui vous induisent en erreurs. En tout cas, arrêtez d'accuser le Bénin, malgré les tensions entre la CEDEAO et autres pays de l'AES, ça n'a jamais duré de 6 mois et de votre côté, cela fait bientôt 8 mois. Si vous n'ouvrez pas vos frontières, je vous précise que actuellement nous sommes au début de la saison des pluies,les paysans béninois ne cultiveront pas suffisamment pour vous ravitailler......

12-05-24 à 04:24

dangbenonromain2014@gmail.com

Les terroristes ont-ils besoin de prendre par la frontière des deux Etats avant de rentrer dans l'un ou l'autre des pays? Faisons simplement la paix au lieu de continuer à se faire du mal. Le Bénin n'est pas la CEDEAO.

12-05-24 à 01:23

dangbenonromain2014@gmail.com

Les terroristes ont-ils besoin de prendre par la frontière des deux Etats avant de rentrer dans l'un ou l'autre des pays? Faisons simplement la paix au lieu de continuer à se faire du mal. Le Bénin n'est pas la CEDEAO.

12-05-24 à 01:22

dangbenonromain2014@gmail.com

Les terroristes ont-ils besoin de prendre par la frontière des deux Etats avant de rentrer dans l'un ou l'autre des pays? Faisons simplement la paix au lieu de continuer à se faire du mal. Le Bénin n'est pas la CEDEAO.

12-05-24 à 01:22

Laisser un commentaire