Publicité

Patrice Talon : « Si demain Niamey accepte de collaborer, les bateaux pourront embarquer le pétrole nigérien »

Après la décision du Bénin d'interdire l'embarquement du pétrole nigérien via la plateforme de Sèmè Kpodji, le chef de l'État béninois Patrice Talon a justifié cette mesure de son gouvernement. Il regrette la décision des autorités de Niamey de maintenir la frontière fermée et exprime son vœu de rétablir ses relations avec ce voisin.

Le président béninois, Patrice Talon. © Présidence du Bénin

Le président béninois, Patrice Talon. © Présidence du Bénin

Le président béninois a confirmé ce mercredi 8 mai 2024 la décision d'interdire l'embarquement du pétrole nigérien via la plateforme de Sémè Kraké. Patrice Talon  affirme n’avoir reçu aucune réponse des autorités nigériennes concernant ses démarches visant à apaiser et à normaliser les relations entre les deux pays.

 

Selon RFI, le président béninois a fait le point sur ses initiatives, telles que l'ouverture des frontières du côté béninois, l'envoi de messages et même la mission de son ministre des Affaires étrangères à Niamey en tant qu'émissaire.

 

Selon Patrice Talon, les échanges entre Cotonou et Niamey doivent se faire de manière formelle et structurée. Il a expliqué que c'étaient les autorités chinoises qui l'avaient informé de l'arrivée d'officiels nigériens au Bénin pour l'inauguration du pipeline, qualifiant cela d'"informel".

 

LIRE AUSSI : Transit du pétrole nigérien bloqué par le Bénin : le premier ministre nigérien dédouane son pays et implique la Chine

 

Le président Talon a également souligné que des quantités importantes de céréales du Bénin empruntaient des voies informelles pour entrer au Niger. Il a déclaré : "On ne peut pas nous voir comme des ennemis et vouloir notre collaboration et nos moyens." Pour lever cette mesure, le chef de l'État béninois a posé ses conditions : "Si demain Niamey accepte de collaborer, les bateaux pourront embarquer le pétrole nigérien" dans les eaux béninoises.

 

Patrice Talon veut désormais la réouverture des frontières terrestres et le rétablissement des relations : "Je suis peiné par les relations tendues entre le Niger et le Bénin, deux pays amis et frères", déplore Patrice Talon. "Prendre le Bénin comme pays ennemi et répandre qu’il a massé des troupes étrangères à ses frontières pour attaquer le Niger est totalement ridicule", ajoute-t-il.

 

Le chef de l'État béninois espère que cette mesure va pousser Niamey à la collaboration et à la normalisation des relations entre le Bénin et le Niger.
 

Dans la même catégorie
Des députés à l'Assemblée nationale du Bénin

Parlement béninois : une première session parlementaire 2024 productive avec 17 lois adoptées

Lors de la première session ordinaire 2024, l'Assemblée nationale du Bénin a adopté 17 lois et autorisations...

L'ex-président du Bénin, Thomas Boni Yayi chez Bruno Amoussou

Mort du Père Jacques Amoussou : les condoléances de Boni Yayi à son frère Bruno Amoussou

Le jeudi 18 juillet 2024, l'ex-président Bénin, Boni Yayi, s'est déplacé au domicile de Bruno Amoussou,...

Image d'illustration

Conseil des ministres au Bénin : les grandes décisions du mercredi 17 juillet 2024

Le chef de l'État Patrice Talon et ses ministres se sont réunis à nouveau en session ordinaire du Conseil...

Publicité

Commentaires

CHABI MERE MOÏSE ÉLIE

C'est bien mon président, s'ils ne veulent pas collaborer avec le Bénin, on prend notre disposition, c'est clair, je vous soutiens mon président Talon

08-05-24 à 06:39

Laisser un commentaire